AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: Le monde du miroir :: Rps en folie

 
Il est temps de mettre le petit Jésus dans la crèche /BAF/
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Un immense sapin vert trônait fièrement au milieu du salon, près du feu ouvert. Tout nu comme au premier jour venu, il faisait pale figure, ça c’est sûr ! Comme d’habitude, le gérant, dans sa grande mansuétude, avait déposé des cartons tout colorés pour déguiser le sapin comme la tradition le voulait. Du rouge, du vert, du bleu, de l’argenté, du doré, du rose, du mauve, de l’orange, il y en avait pour tous les goûts. Maintenant, il ne restait plus qu’à s’y mettre tous ensemble pour décorer notre beau sapin, roi des forêts… Mais dites-moi… Que faisait donc une licorne et un chimpanzé avec un bonnet et une barbe de père noël ? Quoiiiii ?!? Comment ça ? Non mais le gérant n’avait pas le droit de nous imposer un déguisement pourri pour fêter Noël pardi ! Déjà qu’il n’était pas foutu de décorer l’hôtel, maintenant, il faisait preuve d’un goût des plus douteux en nous imposant des costumes des plus étranges… M’enfin, c’est nowel les gens ! Hors de question de plomber l’ambiance !!! On est ici pour s’amuser /picoler/, chanter /s’empiffrer/, danser /mettre le petit Jésus dans la crèche/ toute la nuit !

Comme dit dans le mail, ce sujet est plus une occasion pour tous s’amuser ensemble sans se prendre la tête. La seule « condition », c’est que votre personnage doit être costumé (votre avatar devra donc «mettre le costume en avant »). Ouvert jusqu’au 24 décembre, vous postez quand vous le voulez, ce que vous voulez, aucune restriction à ce sujet Wink Envie de faire de votre personnage un lutin chapardeur ? Envie de passer pour le gai luron de la soirée alors que d’ordinaire vous faites toujours la tête ? Tout est permis, rien n’est interdit ^.^
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 24
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



« Jingle bell, jingle bell, jingle bell-ha »…

Ha les doux chants de noël… Entêtants à souhaits – et même plus qu’à souhaits parfois – nostalgiques, universels, … Le doux plaisir d’être devant un bon feu de cheminée avec l’odeur d’un sapin richement décoré derrière, les chandelles dégoulinantes et les paquets attrayants. La joie d’être derrière une fenêtre au chaud, tout en voyant tomber la neige dehors et le vent souffler la cime des arbres. La chaleur des sourires, la brillance des regards, la joie des visages heureux. Mais oui, c’est noël ! La famille, les amis, les proches, tous ceux – et tout ce – qu’on aime ! L’ardeur qu’on met à déballer le cadeau qui nous est destiné, l’étreinte des remerciements ! Haaa inutile de le nier : j’aime noël ! Et..

*Knock Knock*

- Qu’est-ce que c’est ?
- Le service d’étage, Mademoiselle.

J’allai ouvrir, non sans m’être aplati les cheveux auparavant – bah quoi ? Vous n’aviez pas deviné que ce n’était qu’au réveil que je pouvais avoir des pensées philosophiquo-niaises ? – et me trouvai nez-à-nez avec le type su service d’étage, un paquet dans les mains.

- Un cadeau de la part de l’hôte, dit-il en me fourrant la boîte dans les bras. Joyeux noël.

Puis sans un mot ou sans même me laisser le temps de réagir, il repartit avec son chariot visiblement plein de paquets du même genre. J’étais perplexe, pourquoi le proprio nous enverrait des paquets cadeaux ? OK, c’est noël, mais bon, ça m’étonnerait que ça se passe ainsi dans beaucoup d’hôtels… Mais bon, perplexe ou pas, on ne se refait pas. Ni une, ni deux, je verrouillai la porte et me jetai sur mon lit, le paquet dans les bras, pour déballer ce fameux cadeau de noël. Il était dans une boîte en carton fin, blanc cassé et entourée d’un large ruban de soie rouge. Au nœud du ruban était fixée une petite carte de la même couleur que la boîte avec une écriture dorée : « A Melle Bell, chambre 1497. Joyeux Noël ! ». Rien de plus ? Alors la carte n’aura pas de considération de ma part ! Comment répondre merci à une carte de toute manière ?
A la fois curieuse et d’humeur joueuse, je me mis à soupeser et secouer légèrement la boîte pour tenter d’en deviner le contenu. Je crus d’abord, au son du frottement du tissu, à un vêtement, mais le tintement d’une clochette ou d’un grelot me fit froncer les sourcils. Plus de patience, je veux savoir ! Et hop ! On tire sur le ruban et on se comporte en être civilisé qui ne déchire pas tout violemment comme on a envie de le faire.


- Hooo, c’est une r… QUOI ??????

J’avais soulevé une jolie robe brune de sa boîte – je ne suis pas très robe en général, mais il fallait bien admettre que celle-ci me plaisait. Et sous cette robe, j’avais découvert la source du tintement. Horrifiée à l’idée de comprendre, je retournai la boîte pour la vidée et compris. Un déguisement. Un foutu déguisement de RENNE ! Je me ruai à la porte pour tenter d’intercepter le groom mais il avait déjà disparu. Robe à la main, furtivement, je fis quelques pas en dehors de ma chambre, vers la 1495 et y frappai. Je n’attendis pas longtemps pour que Willow m’ouvre.

- Toi aussi tu…

Rouge et un peu penaude, elle hocha la tête et souleva elle aussi le morceau de tissu dans sa main. Je retournai alors dans ma chambre, pas besoin de plus pour comprendre, et Willy aussi avait pigé. Mais quel Macho ce mec ! Faire venir les gonzesses dans des petites robes à la fête de noël ! Raaaah je vous jure !

Un peu plus tard dans la journée, après avoir fourré la boîte et son contenu au fond de mon placard, j’étais descendue prendre l’air dans la cour et un petit cacao au bar. J’y surpris deux hommes entrain de discuter – à voix basse mais avec animation – du drôle de paquet qu’ils avaient reçu. Tout le monde allait donc être déguisé ? Bon… Ca révise ma position, déjà. En remontant, de plus, je tombai sur une petite affichette qui me rassura et me rendit perplexe à la fois. Elle annonçait que la soirée de noël serait réservée aux clients costumés pour l’occasion. Les autres devraient se contenter de diner sur le paillasson.

C’est ainsi que plusieurs heures plus tard, je me pointai, inquiète, devant la porte du restaurant avec Willy (on se balade pas déguisée toute seule dans un hôtel quand on n’est pas sûre que tout le monde le fasse, croyez-moi) toutes deux affublées d’un costume noëlesque. Pour ma part, J’avais eu des chaussures rouges très simples, un collant en laine brune, des gants longs de la même couleur, assortis à la robe ourlée de fausse fourrure un peu plus claire, et pour décorer le tout, un serre-tête orné de bois et d’oreilles de Renne, ainsi qu’un collier ras-du-cou en ruban rouge agrémenté d’un grelot.

Mouais. Les autres ont sacrément intérêt à suivre le mouvement ou bien je fais un malheur !

Spoiler:
 
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 22
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She



Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

avatar



Spoiler:
 

Oh My God. Ce n'est pas que Willow était croyante... C'était plutôt le contraire, mais en ouvrant son paquet, ce fut la première pensée qui se présenta à elle. Mais... revenons plus tôt je vous en prie. Willow était assise sur son bureau, les bras croisées, la tête posée dessus. Elle ne dormait pas même si elle était on ne peut plus affalée. Non, elle regardait à la fenêtre la neige tomber. Elle adorait la neige. C'était un des meilleurs moments de l'hiver.

Bon, bien sûr, la plupart des adultes s'énervaient car ça bloquait des routes et tout pleins de problèmes du style mais la jeune Chinoise, restant une enfant pour une fois, trouvait toujours plus beau un hiver sous la neige : un vrai hiver quoi ! Il y a deux grandes activités avec cette douce et froide matière : les batailles de boules de neige qu'elle observait plus qu'elle n'en faisait (elle y participait plus par inadvertance) et les bonhommes de neige qu'elle confectionnait toujours avec précision, créant finalement plus des animaux en tous genres si ce n'est des "châteaux de neige" plus que de simples bonhommes. Mais elle était dans l'hôtel... Et elle était grande aussi. Ce deuxième point ne la dérangeait pas trop vu que son père n'était pas là pour la ramener à l'ordre en disant qu'à son âge on ne va pas sauter dans la neige.

Non, en fait, elle ne voulait qu'une chose la Willow : sortir et toucher cette neige. Marcher dedans après avoir observé l'immensité immaculée. Mais elle ne pouvait pas sentir ce froid, si ce n'est de loin. A l'Hôtel, il y avait chauffage et cheminée préparés, le froid semblait n'exister que par les fenêtres dévoilant un extérieur inaccessible. Bon, elle avait un bon pull sur elle mais elle aurait presque aimer se sentir gelée... exister. Elle rêvassait en voyant disparaître peu à peu les dalles recouvertes du dehors... quand elle entendit toquer à sa porte. Elle se leva donc et sans vraiment se poser de questions ouvrit. L'homme du service d'étage qu'elle avait déjà salué auparavant lui sourit en la saluant. Elle lui sourit en retour en lui indiquant son chariot pleins de cadeaux :

- Vous êtes un peu jeune pour faire le père noël, non ?
- Moi oui... Je ne fais que transmettre les présents du responsable. Et... voici le votre. Joyeux Noël.


Il prit un paquet aux tons verts fermé d'un ruban doré avant de le remettre entre les mains de Willow qu'elle avait tendu machinalement. Elle le remercia dans un mélange de surprise et d'hésitation alors que sans plus de cérémonie, il allait frapper à la porte suivante. Elle referma sa propre porte et posa le mystérieux cadeau sur son lit toujours aussi bien fait, car cela faisait quelques jours qu'elle ne s'était pas forcée à dormir. Elle regarda intensément la boîte comme si elle allait l'ouvrir par télékinésie... sans succès. Ce n'était pas une erreur, ce cadeau semblait bien lui être destiné selon la petite carte accrochée au ruban "A Melle Lewis, chambre 1495". Il donnait vraiment un cadeau à chaque client ? C'était gentil... enfin, tout dépendant du cadeau mais le geste restait... sympathique.

Elle se frotta les mains, non à cause du froid comme je le précisais avant, mais pour se déterminer. Elle défit le rubans et décolla le scotch avant de tirer le carton de son emballage : attendez ! C'est quoi tous ces rubans ?! Ils veulent qu'elle redécore l'Hôtel ? C'est ça le cadeau ? En regardant de plus près, elle se rendit compte que c'était en réalité un vêtement, une robe plus exactement. Elle l'étendit sur le lit pour avoir une vue d'ensemble. C'était une robe blanche doublée rouge et serrée à la taille par un ruban. Elle aurait pu être banale si elle n'était pas recouverte par dessus par un enchevêtrement de rubans verts où l'on avait glissé diverses boules de noëls et autres petits anges.

Sympathique... mais oh my god ! Ils ne voulaient pas qu'elle porte ça pour participer au réveillon comme même ? Si ?... Ça toque encore ?! Ils en ont d'autres des comme ça ? Elle alla à la porte et l'a rouvrit, prête à faire une réclamation. Ou pas : c'était Alexis.... qui était aussi armée d'un robe aux tons marrons cette fois... attendez : un renne ? Sympathique.... comme je disais. Elle semblait étonnée, honteuse et autres sentiments qui disent non aux costumes par principe de fierté.
"Toi aussi tu..." commença-t-elle alors que Willow soulevait lentement sa robe toute emmêlée... Bon okay, sa robe-sapin ne ressemblait à rien mais c'était peut être mieux pour le coup...

La journée continua et Willow laissa de côté son costume jusqu'au soir... La petite fête que des affichettes annonçaient sur les murs de l'Hôtel ne semblait réserver qu'aux personnes se parant pour l'occasion. Alex et elle étaient donc bien loin d'être les seules. Elles décidèrent tacitement d'aller ensemble à la soirée car tant qu'à être ridicules, soyons le ensemble. On l'est toujours mais on peut communier dans la honte... Le soir arriva et il fallait s'habiller. Willow retourna plusieurs fois la robe pour savoir par quel trou on passait mais finit par enfiler la robe-sapin, avec les rubans un peu près à l'endroit prévu... enfin espérons le : sinon tant pis!

C'est ainsi qu'Alexis, vêtu d'un pelage marron avec cornes et grelot compris et Willow, emmêlée dans des rubans se sentant légèrement alourdis par toutes ces décorations, arrivèrent au salon. Au moins, la Chinoise ne faisait pas de bruit de grelot à chaque pas. Elle plaignait la pauvre Alexis tellement en quittant sa chambre qu'elle allait partir pieds nus si cette dernière ne lui avait pas précisé. Elle enfila donc une paire de ballerines blanches, ajouta une coiffe de houx qui avait été aussi prévue dans le lot et referma sa chambre pour un bon petit moment...
Que la fête commence~ murmura-t-elle.


Spoiler:
 
▌Date d'arrivée : 08/08/2012
▌Age du joueur : 22
▌Commérages : 150

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



"laalalalalalalalala … dashing through de snow,
on a one-horse open sleight,
over the fields we go,
laughing all the way..."


Qu'il fait bon, cher potiron ! Petit pas de danse, pour nous porter chance, un deux trois quatre et hop, tel un gracieux cygne l'on s’envole, puis lourdement retombons sur le lit douillet et moelleux comme le flan de mère grand des après midi ensoleillé. Mais le soleil mon amis n'est pas au rendez vous aujourd'hui. Qu'importe ! La fourmis qui disait à qui voulait entendre « préparez vous, l'hiver arrive » est rentré dans son trou depuis belle lurette, et les flocons sont arrivés. Ah les flocons, volant, tourbillonnant dans le ciel brumeux, particules infimes se regroupant pour former le plus beau des manteaux ; comme cela donnait envie, de s'y jeter, de s'y rouler, de faire des choses, de jouer et de rentrer après pour prendre un bon chocolat chaud près du chauffage avec, allez soyons fous, au moins deux guimauves dedans. Aaah l'hiver, que c'est beau quand il y a de la neige. Il avait envie d'ouvrir la fenêtre, et de se jeter dans le vide en criant « caaaarquoiiiiiis » avant d’atterrir sur le blanc tapis poudreux et froid et rester là à ne rien faire, juste se reposer dans la neige. Bon ! Il avait le chocolat chaud, le chauffage, pas de guimauve malheureusement, mais c'était déjà ça.
Toc toc toc fit la porte !
Oh, de la visite, mais qui donc pouvait bien être ici ? Allons voir ! Allez mon petit Charles on se relève, petit pas de deux, hop hop, petit tours sur soit, tournicotis, tournicotons, qui est-ce potiron ?

Joyeux Noël monsieur Campbell !
Oooh, s'étonna Charles devant le monsieur du service d'étage à qui il avait ouvert la porte. Joyeux Noël à vous aussi mon brave !
Et voilà pour vous, dit-il en lui tendant un paquet bleu aux motifs de bonhomme de neige, et enrubanné d'or.
Quelle délicate attention, merci beaucoup !
Tout le personnel de l'hôtel vous souhaites de joyeuses fêtes !

Et sur ce, l'employé s'en alla, poussant son petit chariot remplis de paquets cadeaux. Charles referma la porte derrière lui et pris d'une frénésie il se met à danser sur le tapis, tournoyant avec le paquet dans les bras et riant aux éclats.

Un cadeau mon précieux ? Nous aimons les cadeaux, mais qu'est-ce donc ?

Un petit mot était glissé sur l'emballage, « A l'attention de Charles Campbell... » blablabla, Nous voulons savoir son contenu ! Huhuhu, les bonnes surprises font toujours plaisir !
Tenant son paquet à bout de bras, il se jetta sur son matelas et fit quelque rebonds avant de pouvoir se stabiliser.

Dis moi mon trésor, qu' y a t'il dans cette boite ?

Fébrile et curieux, déchirons le papier en deux ; arrachons le ruban, déchiquetons à coup de dents, je veux savoir, tu veux savoir ! Prenons une seconde, imaginons, tout ce que cela peut contenir, et qu'est-ce qui nous ferait plaisir ? Allons allons, enlève le dernier bout, et voit ce qu'il y a en dessous ! Et.. OooOOOooooOOooh !! Un costume !! Un bonnet, des vêtements ! Du rouge et du blanc ! Mais c'est le père Noël carrément ! Par le saint glucky, mais c'est fantastique ! Il allait être le grand monsieur tout rouge et tout bidonnant ! Regardez moi ça si c'est pas beau.. oh ! Il reste quelque chose au fond de la boite ! Qu'est-ce donc ?... mais oh ! Un sachet de guimauuuves ! Merci patron ! C'est parfait pour mon chocolat !
Lalalala, il se baladerait dans l'hôtel avec tout à l'heure, les gamins allaient adorer. Mais en attendant, il s'installa dans son fauteuil avec son chocolat, et clip clap ploc, tombe la guimauve dans le bol. Un peu de tranquillité, avant que commence la soirée.
Mais oui, quel bon jour vraiment.

La nuit tombait, le ciel brumeux s'était noircit, mais de tomber la neige ne finissait pas ; tout était blanc dehors, tout était beau, pureté du cristal, cristal de pureté, à la perfection s'ajoutait le silence de la..

OH OH OH !! JOYEUX NOËL !!.. Non non non, c'est encore trop grave, il faut ééééclairciiiiir la voix un chouilla.
Planté devant le miroir, Charles ajusta le bonnet sur sa tête et fit un immense sourire à son reflet, en tout cas de ce côté c'était parfait. Dans son costume rouge et blanc, avec le petit pompon qui pendait sur son épaule, il avait en tout point l'air d'un père Noël, sauf peut être la barbe, mais même avec un novembre de non rasage il n'aurait pas eu la pilosité suffisante pour cela. Il attacha donc la barbe factice autour de sa tête et reprit son entraînement vocal :

OH OH OH !!

Ah mais voilà ! Là c'était parfait ! Il était beau, il était fringant, tel un poney d'antan ! Cataploc cataploc cataploc, il avait le déguisement, la besace a cadeau, et puis.. oh, une paire de lunette de soleil inutile ! Encore mieux, quoi de plus parfait et inutile pour compléter le déguisement. Ohohoh, tout cela était si excitant, il en danserait, d'ailleurs il danse, sautille et tape du pied, allez zou c'est l'heure d'y aller ! Sortant de la chambre il poussa un tonitruant « OH OH OH » faisant sursauter deux grand mères papotantes et un homme d'affaire qui se trouvaient là.
Jingle bell, jingle bell, jingle all the way...
Chantonnant et sautillant, il descendit les escaliers, inondant les marches de sa débordante bonne humeur, et se dirigea vers le restaurant. Une pancarte était planté à l'entré, « réservé aux costumés » qu'elle disait, chic chic, il en faisait partie. Mais oh, c'est qu'il n'était pas seul ! Deux autres costumés semblaient attendre non loin, oh comme c'est honteux, comment avait-il pus les louper ? La première était déguisée en mon-beau-sapin, déjà décoré en plus, tout plein de décorations pendouillaient de ses habits. Quant à l'autre il lui semblait la reconnaître.. mais.. mais oui ! C'était lui ! Le renne qui sauva Noël ! C'était Rudolphe ! Ahah ! Elle avait délaissé son nez rouge, mais reconnaissable entre mille !
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Il est temps de mettre le petit Jésus dans la crèche /BAF/