AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: Signez le registre! :: Fiches validées

 
Eileen Wallace petite bouille d'ange pour un coeur perfide (V2) [finish]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 232


Dernière édition par Eileen Wallace le Mar 5 Fév - 17:16, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://themafiarpg.forumactif.com/

avatar




Eileen Wallace feat. Rin Kagamine

Fiche d'identité && Caractère


Je suis née le 27 du mois de juin en1992. Je suis donc âgé(e) de 19 ans. Je suis d’origine américaine et suis née dans la ville de Provo. Je vivais dans la ville de Pralineland avant de débarquer à l’Hotel Dusk. J’exerçais le métier d'étudiante. Généralement, les gens trouvent que je suis quelqu’un d'attachant mais aussi quelqu’un de capricieux. Mais ce n’est pas tout, je peux également être fragile et cruelle. N’allez pas croire que je suis une personne gentille, je peux aussi être manipulatrice et sadique. Je suis arrivée ici via une connaissance (Luuuuuuuu) et je pense pouvoir me débrouiller seul(e) après 2 belles années à vos côtés.




Histoire du personnage

Cela aurait pu être seulement une histoire comme on en voit tant. Une petite histoire insignifiante que les enfants auraient rêveusement réclamés le soir avant d'aller se coucher. Une histoire pendant laquelle on aurait pu sourire, pousser un petit soupir tendre, les yeux emplis d'une douce nostalgie. Une histoire de capes et d'épées, de châteaux, de princesses prisonnières et de preux chevaliers. Oui, cela aurait pu être tout cela.
Mais il n'en fut rien. Ce fut une histoire sombre, délicieusement mesquine, sadique et cruelle. L'histoire du malheur du monde. Au début, cela n'avait été qu'une rumeur. Comme un souffle, une caresse, ou l'impatiente promesse d'une heure prochaine. Dieu avait tout crée. Sa magnificence égalait son pouvoir, s'alliait à une imagination, une créativité incomparable. Ils ne faisaient que les contempler. De loin. De près. De partout et de nulle part. Jusqu'à ce moment. Ce moment tant attendu, le moment où Eve commit l'erreur. L'erreur suprême : la tentation. Trompée par des mensonges réalistes, par de fausses possibilités futuristes. Il ne fallut guère longtemps pour qu'elle succombât au fruit défendu. Et ce fut ainsi qu'ils, et donc qu'elle, entrèrent en action. Ely avait attendu des années, avec patience. Certainement pour la première fois de sa vie, et ce fut également la dernière. Car dès qu'elle prit racine sur Terre, dès que cette dernière se peupla d'humains, tous plus corruptibles les uns que les autres, elle perdit toute patience. Son esprit se mêla avec un plaisir mesquin aux délices de cette nouvelle vie. Partout où elle passait, Eileen semait tromperie et dévastation. Le vice dans sa plénitude. Elle restait là, à les regarder s'entretuer pour un plaisir qu'ils n'atteindraient jamais. Ils n'iraient très sûrement pas au paradis. Pourquoi les portes immaculées leur seraient ouvertes alors qu'ils avaient succombé à une passion démoniaque ? Cette perspective que la poisse ne cesserait de les poursuivre même dans leur mort était des plus paradisiaque. Pour rien au monde, Ely n'aurait arrêté ses petites affaires. Distrayantes. Car l'homme est un jouet tellement amusant. Si fragile, si vulnérable, si... naïf. Il lui en faut peu pour se ruer tête baisser dans les mailles empoisonnées de ses toiles. Et une fois dedans, il n'est plus possible d'en ressortir.
Tout allait pour le mieux. Mais l'ennui, sans doute le pire des vices, le maître incontesté de la frustration, ne tarda pas à les gagner. Sentiment contre lequel elle ne put rien. Chaos, le père des père, leur créateur, leur fondateur, la puissance incontestable, ne lui avait jamais appris à fuir l'ennui. Parce qu'il finit toujours et inlassablement par vous rattraper. Et si ce n'est pas aujourd'hui, ce sera demain. Eileen dut reconnaître que bien vite, les petits jeux se ressemblaient tous, et même le plaisir de les voir plonger droit au fond du gouffre ne lui laissait plus qu'un goût amer dans la bouche.
Mais la qualité principale de l'ennui c'est qu'il finit par disparaître. Aussi éphémère qu'un papillon. Il arrive sans qu'on le lui demande, avec calme et douceur, et repart de la même manière. Doucement. Enfin bref, l'idée vint de l'aîné. Une idée brillante, lumineuse, comme on en voit peu. Cette était idée simple, mais tellement attrayante qu'elle ne mit pas longtemps à rallumer les brasiers de la cruauté. Pourquoi s'amuser à contempler la vie par la fenêtre alors que l'on pourrait mettre les pieds directement dedans ? Et bien oui, pourquoi ne le feraient-il pas ? Et comme ils n'avaient pas de réponse à cette question, ils le firent. Le corps d'Ely fut l'un des pus durs à trouver. Un corps, un visage, une silhouette qui pourrait faire fondre la plus résistante des forteresses. Qui briserait les cœurs avec autant de facilité que les clés ouvrent les serrures. La tâche fut longue et fastidieuse, mais la terre est presque totalement peuplée, et le visage parfait finit par apparaître sous ses yeux. Cheveux blonds, yeux bleus, bouche rieuse, bouille enfantine, un parfait ange pour un esprit né du Chaos. Délectable mensonge, car nul homme ne connut pire tromperie que celle-là. Seulement cette merveilleuse idée avait également ses inconvénients. Puisqu'ils habitaient dorénavant une personne, ils n'avaient plus accès à la totalité du monde. Grande déception pour Ely qui se sentait vaincue. Et s'il y a bien une chose qu'elle déteste plus que les autres, c'est de se sentir vaincue. Par le chaos de l'enfer, c'était inconcevable qu'elle ne pût avoir accès aux esprits des autres. 
Mais, une fois encore, l'aîné calma ses pulsions meurtrières en exposant un plan, que seul un vice pouvait concevoir. Un endroit. Juste une endroit bien à eux, où un groupe d'individus sans aucun lien viendrait s'y arrêter pour "prendre du repos". Jeunes naïfs. Le lieu avait fini par être trouvé. Leur clavaire pouvait commencer et Ely reprit sa tâche avec un dévouement infernal, goûtant de plus en plus aux plaisirs de cette nouveauté, entraînant ses cibles dans un monde de débauche et de luxure dans lequel ils ne purent bientôt plus ressortir.
Prenez garde, étrangers, car croiser sa bouche en cœur, son regard insouciant et se laisser charmer par sa petite voix fluette signe le début de votre enfer. Seulement, prenez garde, étrangers, car même si vous désirez résister, elle ne mettra pas longtemps à vous plier à sa volonté. Mieux vaut ne jamais entrer dans cet hôtel... mais c'est trop tard. 
Vous êtes déjà en plein dedans.



Test Rp

Ely triturait nerveusement l'oreille de son lapin en peluche. Assise sur son lit, au milieu de son monde de bonbon rose, elle réfléchissait. Dire que quelque chose la turlupinait serait un euphémisme. C'était une véritable catastrophe. Les pralines ne suffisaient plus à la réconforter et même ses doudous ou son petit monde de princesse n'avaient aucun effet sur elle. La situation était grave. Très grave même.
La nouvelle année avait commencé de la manière la plus ignoble possible. Son frère. Son frère chéri, l'unique personne qu'elle aimait plus que tout, celui qui la voyait comme le centre de sa vie se désintéressait totalement d'elle. Pire que ça : il était devenu méchant et cruel, aveuglé, consumé par son propre vice. Il ne la voyait plus, ne la calculait plus, l'ignorait complètement.
La petite princesse serra un peu plus son lapin contre elle. Elle était le vice de la tromperie. Elle adorait jouer avec les sentiments des humains, se délectait de les voir se débattre et savourait leur peine de cœur. Elle prenait un plaisir immense à regarder leur âme se briser en morceau tandis qu'ils comprenaient les conséquences de leurs actes. Pourtant, aujourd'hui, c'était son cœur à elle qui était blessé. C'était son cœur qui saignait, qui pleurait, hurlait la perte de son frère. Il palpitait dans sa poitrine faiblement. Chacune de ses pulsations creusait la faille qui s'y était déjà installée. Ely ne savait pas combien de temps il lui restait avant de se laisser submerger par l'émotion. Elle était vulnérable, absolument pas en position de force. Son frère venait de lui briser à jamais son petit cœur praliné et elle ressentait maintenant la peine qu'elle avait autrefois causé. Il s'était joué d'elle, lui avait menti et l'avait trompé. Elle ! Eileen Wallace, sa sœur. Sa petite sœur adorée ! Sa petite princesse ! Il l'avait jeté par terre, la regardait comme si elle était un trou dans sa chaussette et la piétinait comme on piétine un asticot. Avec un plaisir sadique.
Une larme coula sur sa joue. La vicieuse. D'un geste rageur de la main, elle l'essuya. Elle étranglait presque son lapin dorénavant. Il n'était plus question d'attachement, de promesses ou de niaiseries. Ely sauta sur ses pieds. Elle ouvrit la fenêtre et y jeta son lapin. Elle le regarda tomber et s'étaler sur le sol, les yeux emplis d'une haine malheureuse. Elle éclata ensuite d'un rire dépourvue de toute joie. Un rire abominable qui déformait ses traits enfantins et si adorables. Sans plus attendre, elle balaya son bureau d'un seul geste, hurlant de rage. Ses affaires, ses cahiers de dessins et de coloriages s'étalèrent bruyamment sur le sol. La petite praline ne mit guère longtemps à transformer sa chambre en un champs de guerre. Le papier d'un rose pâle pendant au mur, par moment arraché, découvrant la tristesse du mur terne derrière. Sa bibliothèque gisait maintenant au sol, écrasant de son poids sa maison de poupée. Quant aux costumes de princesses, ils avaient tous subi une coloration grâce à ses boîtes de peintures qu'elle avait malencontreusement renversé dedans. Lorsqu'elle n'eut plus rien à casser, elle se laissa tomber au milieu de ce qui restait de sa chambre. Ely ne cherchait plus à retenir ses larmes. Elle les laissait couler, n'en faire qu'à sa tête. Son petit monde rosé et praliné venait de s'écrouler brutalement à cause d'une peine de cœur. D'un geste rageur mais le visage décidé, elle empoigna sa petite paire de ciseau et l'appliqua sur sa main. Un rictus mauvais déforma ses lèvres alors qu'elle regardait l'entaille profonde sur sa main. Elle rit devant son propre sang. Devant se liquide rouge sombre couler sur sa peau pour venir s'écraser sur ses vêtements. Ce jour, Ely se promit une chose. Sa naïveté l'avait conduite à sa perte. Parfait. Très bien. Elle ne serait jamais plus naïve. Elle ne croirait plus jamais aux divagations et flatteries de personnes. Le monde baignait dans un véritable mensonge. Une usurpation qu'elle avait elle-même créée. Elle se jura que dorénavant, son cœur demeurerait à jamais scellé, dans l'état dans lequel on l'avait laissé. Sur son sang, aujourd'hui, elle en faisait le serment. Jamais plus, elle, Eileen Wallace, n'éprouverait de « tendres » sentiments, ou quelque chose y ressemblant, envers quiconque, et surtout pas envers son frère. De plus, elle jurait de faire payer à sa famille la torture effroyable qu'elle avait osé lui infliger.


Eileen s'éveilla en sursaut et regarda paniquée autour d'elle. Son regard se heurta sur les murs froids et ternes de la cellule. Elle frissonna. Ainsi donc, ce n'était pas un rêve. C'était la réalité et, même pire que ça, un véritable cauchemar. Elle en était donc réduite à cela. Allongée sur le sol humide de sa cellule, seule, petite et minuscule. Jamais elle n'avait été aussi minable et jamais elle n'avait été traité de la sorte. Elle se releva difficilement, les membres engourdis d'avoir dormi sur cette pierre froide. Peu lui importait. Son confort ne comptait pas, sa dignité en revanche si. Elle était venue ici pour tromper et duper non ? Et bien c'est ce qu'elle allait faire. Et pas seulement son frère, mais aussi sa famille et tout ce fichu hôtel allaient en prendre un coup. Elle papillonnerait des yeux et les regarderaient s'entretuer avec délectation. Ils allaient tous goûter à sa rage et sa haine. Elle l'avait juré. Ses yeux se posèrent sur sa main. Une entaille rouge, profonde contrastait avec ses petites mains blanches. Un rictus mauvais déforma son visage.
Lorsqu'elle releva la tête, son visage reflétait la détermination implacable du respect de sa promesse. Ils avaient tous osé se jouer d'elle. A son tour de se jouer d'eux. Elle leur montrerait l'étendue de sa tromperie.
D'un geste déterminé elle essuya les larmes qui avaient coulé dans son sommeil. Pour la dernière fois.

Le mot de la fin...


Sur le net, on me surnomme votre [pseudo]. J’ai bien lu le règlement et j’ai pris connaissance du fait qu’il soit conseillé d’avoir au moins 16 ans vu la teneur des propos du forum. D’ailleurs, le code du règlement est [code du règlement]. Parce que je suis un gentil petit membre, je crédite les auteurs des créations que j’ai utilisées. Les bannières ont été réalisées par [pseudo] et [pseudo] tandis que les icônes ont été créées par [pseudo], [pseudo], [pseudo], [pseudo], [pseudo] et [pseudo]. Je suis arrivé(e) ici [via un top-site / une connaissance / par hasard / par un partenaire / par un site de référencement] et je pense pouvoir [me débrouiller seul(e) / avoir besoin d’être parrainé(e) pour faire mes marques sur le forum].

▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Jolies images pour ta nouvelle fiche! On sent bien la praline vicieuse et trompeuse!

Voici ton sujet de test rp, comme demandé (Nath peut le modifier si il voit un souci quelque part).

Les liens du sang sont sacrés, cela est bien connu. Cependant, depuis la veille de Noël, la complicité entre Eileen et Nathaniel fut rompue... Orgueil, colère, jalousie, mais également aliénation ont été les éléments déclencheurs de cette rupture. Nouvel An n'arrangea rien au brusque changement de comportement de Nathaniel, révélant à tous la supercherie de sa propre existence. Eileen avait perdu plus désormais plus qu'un frère et son don était absolument nécessaire pour camoufler l'identité des autres vices. Passant de la chambre de princesse à une vieille cellule poussiéreuse, notre petite princesse finit par être mélangée parmi ces humains insignifiants...


Voilà, donc j'aimerai que tu nous fasse part du sentiment d'Eileen depuis les évènements de Nouvel An. Elle avait déjà remarqué que Nathaniel avait changé durant les évènements de Noël et la situation est allée de mal en pis. Quelle est ta réaction quand ce dernier a révélé à tous son pouvoir? Que penses-tu de la nouvelle "décoration"? Comment te positionne-tu par rapport à tout cela? Vas-tu rejoindre Nathaniel, le reste de ta fratrie ou encore agir en solo? Prévois tu une vengeance pour l'injustice que tu as subi? Bref, j'aimerai que tu nous détailles un peu comment Eileen a vécu "l'après Nouvel An". Tu peux brièvement relater comment se sont passés les évènements de cette soirée si tu le souhaites mais ce n'est pas indispensable. J'aimerai surtout que tu te focalises sur les réactions "post Nouvel An". Courage et bonne rédaction Surprised .
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 232

Voir le profil de l'utilisateur http://themafiarpg.forumactif.com/

avatar



A y est !
J'ai terminé^^
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057

_________________


Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Oups, sorry, depuis le temps que ce sujet attend une validation! Je l'avais lu il y a un bail et rien à redire, ton test rp est magnifique, tu peux donc poster officiellement dans la partie "Asylum" ^^
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eileen Wallace petite bouille d'ange pour un coeur perfide (V2) [finish]