AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: L'hôtel avant la Folie... :: Le rez-de-chaussée
 :: La pièce de séjour

 
Evangile de Saint Andrew - La visitation d'Andrew
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Dans l'ombre, une silhouette se déplace à pas feutré. La personne est pleine d'une intention pas si bonne que ça, du moins pour sa victime. Le plan était parfait, une idée superbe qui allait lui mettre du baume au cœur. Il fallait juste éviter d'éveiller les soupçons de la personne persécutée. Dans ce cas-ci juste éviter de la réveiller, sinon tout tombe à l'eau. Enfin à proximité du pauvre être piégé, un décompte se fait à voix basse...

- Un, deux, trois... Avalanche de Ryann!!

Schlaf! Pang! Que?!

Et un Ryann au sol! Sa sœur Sacha eut la "Meeeeeerveilleuuuse" envie de tirer son petit frère du lit. Et quoi de mieux que tirer les draps d'un côté du sommier pour faire écrouler son adorable frangin de l'autre côté. Dans une position peu glorieuse et avec un énorme mal de crâne, l'adolescent mit un long moment pour se redresser. Grommelant et pestant contre tous les saints qui lui passaient par la tête, enfin sur ses deux pieds, et les deux mains sur le nez, Ryann put constater qui était l'auteur de cette mauvaise blague.

-Doi? Doi! Bais d'es gomblètement ginglée ou guoi?! Le garçon retira ses mains. T'essayais de me tuer ou quoi, Sach'?!

-Roooh mon poussinet! Tu étais si mignon quand tu faisais ta sieste que je n'ai pas pu m'en empêcher, hihi!

-Attends deux secondes le temps que je saisisse bien l'odieuse incohérence que tu viens de me dire... Tu as voulu me réveiller parce que j'étais mignon?! Qu'est ce qu'il y a de mignon a vouloir casser le nez de ton frère!?

-Mais c'était drôôôôôle. Et puis c'était mignon de voir la surprise sur ton visage! Ça change de ton air tout sérieux et ronchon.

-Encore une fois tu me prouves que ce n'est pas toi qui a hérité d'un cerveau dans la famille...

-Hein?

-Non rien, oublie. Je sors...


Sans même se retourner et voir l'air abruti de sa sœur, Ryann sortit de la chambre en claquant la porte. Les voisins allaient encore râler mais ça, ce sont les responsabilités de Sacha.

*Quel diable lui a pris! Certes, il n'y a strictement rien à faire dans cet hôtel miteux parfumé à l'odeur de vieux cireux transpirant la pauvreté et l'ignorance, mais de là à trouver un malin plaisir à embêter son monde! Je ne commettrai jamais quelque chose d'aussi... puéril! On peut faire tourner en bourrique les gens mais pas avec de pareilles méthodes! Faut toujours tout lui apprendre à cette imbécile heureuse! Enfin, bon, je pense qu'elle est plus facile à récupérer que Çà... Pas comme ce crétin d'homme de ménage qui a recommencé ses méfaits ce matin! Je vais me plaindre à la direction! Il va moins rire quand il sera mis à la porte! Quoique j'aimerai bien sortir d'ici... Il y a tant de chose qu'ils faut corriger ici! Et avant tout cette satané moquette!*

Pour ne pas changer, c'est avec un flot de critiques mentales que Ryann déambula dans les couloirs. Au pied de l'escalier, le jeune homme dut choisir où il s'occupera pour le restant de l'après-midi.

*Alors, récapitulons les lieux à éviter... La chambre pour une raison évidente. Je suis sur que Sacha est occupé de faire des petits bonshommes avec mes draps... Si je retrouve encore une pseudo chauve-souris, je réclame de faire chambre à part! Bon ensuite... Pas le placard, c'est le repaire de la bassesse incarnée... Pas la cuisine, je n'ai ni envie de répéter un dialogue dénué de tout sens avec un fou échappé d'asile, ni envie de manger de la nourriture qui ressemble plus à de la gelée qu'autre chose... Le bar c'est pour les dépravés... La porte du hall d'entrée n'a toujours pas cédé, donc ça ne sert à rien de retenter ma chance aujourd'hui... Bon, je vais faire un tour dans le séjour. Il doit au moins y avoir une activité distrayante là-bas!*

Quelques minutes plus tard, dans le séjour, quelques souris gambadaient gaiement dans la pièce semblant vide.

*...Mouais... Sans commentaire...*

Trainant les pieds, Ryann s'affala dans un des canapés. C'était sans compter qu'il n'avait pas remarqué que...
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 20
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Hem. Le soleil se levait doucement, inondant la terre de ces rayons. Alors que les jolis petits oiseaux chantaient allègrement, lesdits rayons traversèrent une vitre, éclairant ainsi une chambre, et...

Stop. On rembobine.

Parce qu'un soleil aussi éblouissant, il n'y en a pas dans cet hôtel. De temps en temps, certes, mais tout pâle, et on entend rarement les moineaux chanter pour ne pas dire jamais. Par contre, la chambre dont on vient de parler est bien réelle, quoique un peu en désordre. Un peu beaucoup d'ailleurs. Déjà, un peu plus de la moitié de la chambre était occupée par les oeuvres d'Andrew qu'il entreposait un peu partout. Quelques vêtements trainaient dans un coin, et dans le seul coin qui semblait bien rangé, un lit dans lequel dormait béatement le propriétaire actuel de la chambre. Quand il dort, il dort. Néanmoins, dans cette heure bien avancée de la matinée, il consentit à ouvrir doucement l'oeil, et à se lever aussi doucement que possible. Oui, monsieur aime dormir. Par contre, une fois qu'il est levé, il passe en vitesse rapide, ce qu'il fit aussi ce matin-là. Aussi, un peu plus de cinq minutes plus tard, il était déjà habillé. Aujourd'hui était le jour où il allait reprendre la route et quitter cet hôtel qui était assez effrayant selon lui. Rapidement, il commença à remballer tout son petit bazar, quand il tomba sur son carnet de croquis. Le jeune homme resta un moment à le regarder, pensif, tandis qu'il y avait un vacarme pas possible dans une chambre un peu plus éloignée de la sienne. N'y faisant absolument pas attention, il prit un crayon au hasard dans toute la jolie panoplie qu'il possédait, et le même carnet dans l'une de ses mains et sortit de sa chambre, ses affaires à peine remises dans ses deux valises. Après tout, il avait le temps, non ? Il partirait cet après-midi.

C'est sur cette résolution, qu'il la tienne ou non, qu'Andrew descendit à grands pas dans la pièce de séjour pour dessiner ce qu'il lui passait par la tête, ou alors ce qu'il y aurait autour de lui. Sachant qu'une simple salle, ça peut donner l'inspiration, mais il faut bien chercher cette dernière. Mais il faut également prendre en compte le fait que l'hôtel est inquiétant. L'albinos espérait surtout qu'il n'y aurait personne, il ne manquerait plus que ça.

Et c'était à croire que Dieu lui en voulait puisqu'une fois dans cette pièce, il s'aperçut qu'un jeune homme y était bien installé. C'était sans compter qu'il n'avait pas remarqué qu'Andrew était présent derrière lui. Ce dernier resta planté là un moment, sans savoir quoi fait ou quoi dire, de peur de déranger. Finalement, il bougea et partit s'asseoir dans un autre fauteuil.


- Hmm... Bonjour ?
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



La salle suintait le papier peint usé, les crottes de souris et la vieille mousse des fauteuils rongés par les bestioles. Dans un canapé, Ryann observait sans vraiment y porter d'attention les rongeurs sautillant au travers des coins et recoins poussiéreux de la pièce. Ce qui le captivait davantage c'était... eh bien, lui-même en fait.

*Saleté de nez! J'en pleurerai si je n'étais pas une femmelette non mais! Tu vas payer Sacha! Toi et tes maudites blagues! D'abord je vais capturer les souris de ce taudis, les mettre dans ton lit, tes vêtements et ton shampooing et rira bien qui rira le dernier! Bwahahah! Mais bon, faudrait que l'homme de ménage s'en débarrasse ensuite... Brrr, juste cette pensée me donne un frisson dans le dos. Il serait capable de nettoyer ET de voler mes sous-vêtements, immonde pervers! Si tout n'avait pas commencé par cette farce infantile et mon pauvre petit nez, je ne me torturerai pas les méninges afin de savoir comment me débarrasser de ma sœur, de la bonne et de "Çà" par la même occasion! Manquerai plus que quelqu'un voit cette regrettable et désastreuse vision de mon nez si divin en temps normal. Tel un sphinx de Gizeh, je deviendrai tristement célèbre pour mon absence nasale...*

Perdu dans un mélodrame théâtral un temps soit peu extrême, Ryann regarda d'un air égaré devant lui et sursauta. Planté timidement devant lui dans un autre fauteuil, un homme, un peu plus âgé que le garçon, le regardait et le saluait de façon hésitante. Sous le coup de a surprise, Ryann ne put lâcher qu'un bête:

- Euh... Bonjour?

Ryann regarda de la tête au pied son interlocuteur, afin d'en savoir au moins un peu plus sur ce dernier et remarqua qu'il tenait un carnet et un crayon. Mais ce qui l'interloquait, en plus d'arriver silencieusement, c'est les cheveux blancs garnissant le crâne de l'homme.

*Par tous les saints chrétiens de Padoue! Pourquoi je répète exactement ce que dit ce... ce... Mais pourquoi diable vois-je un albinos planté devant moi?! Hum... Bon reste réfléchi Ryann. Un mec au cheveux blanc est là, pile en face de toi, ce qui est déjà un cas rare d'une chance sur 10 millions. Deuxièmement, il te regarde avec un air horrifié. Oui, bon j'ai un nez déformé -Croit-il... - Mais ça n'empêche que je reste superbe! Oui, je dois l'impressionner. Faisons lui un grand sourire magnanime, c'est pas tous les jours qu'on a un fan albinos. Encore faut-il que ça en soit un vrai... Mouais, non, ça doit juste être un guignol qui veut se donner un genre. Aaaah un hôtel inintéressant. Dire que je voulais passer un après-midi tranquille à me complaire dans mes projets futurs de gloire et déification! Mais il faut croire que le hasard compromet mes plans... Ô miséricorde me soit accordé! Pourquoi, Mère Nature, chaque fois que je cherche quiétude et paix afin de développer ma divine ivresse de pouvoir , pourquoi faut-il que tu m'envoies quelqu'un? Des imbéciles le plus souvent! ... En fait, tout le temps! A moins que ce ne soit un signe du destin? Je suis destiné à rassembler des apôtres? Mais pardi! C'est bien ça! Et j'ai une brebis qui s'offre à moi! Enfin, bon , passons les autres brebis, "Çà" et le guignol de Carroll ont plutôt été des bêtes galeuses. On va tester celui-ci...*

- Erm...Vous m'avez surpris. Je ne m'attendais à retrouver quelqu'un dans une pièce aussi peu accueillante. Ryann Stalker, je voyage actuellement avec ma sœur mais celle-ci ne semble pas se lasser de cet endroit. Vous êtes nouveau, non? Et vous êtes quoi au juste? Artiste?

*Oui, c'est suffisamment poli pour attirer le commun des mortels. Enfin, selon mes connaissances. Il est évident que le contact avec la masse stérile qui peuple 95% cette Terre est futile, mais après tout, je dois bien tenter ma nouvelle hypothèse sur ces augures particuliers procurés par Dame Nature.*

HJ: Une réponse! Hourra! Désolée du retard (pas facile avec les examens...).
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 20
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Assis dans son fauteuil, Andrew essayait de garder son dos droit. Pas trop non plus, hein. Il n'aimait pas être affalé dans un siège. Déjà parce que la paresse le gagnerait et il n'arriverait plus à se relever. Mais aussi parce le regard de son interlocuteur le rendait nerveux et il tendait ses muscles à cause de ça. De plus, il - celui en face de lui - semblait faire une fixation sur ses cheveux blancs, comme l'albinos en faisait une sur... Son nez. Comme c'est futile. (En passant pour les cheveux, c'était, certes, compréhensible. Pour cause, on ne croise pas un mec aux cheveux d'un blanc immaculé, mais il fallait savoir que l'artiste en herbe n'aimait pas ça du tout. Pauvre petit bonhomme.) Mais disons que le nez avait quelque chose de différent. C'est là que vous vous dites, Andrew William Loxley est devenu complètement barge, à trouver qu'un simple nez n'était pas ordinaire alors que tous les nez sont différents même s'ils se ressemblent, et d'ailleurs... Bref, passons.

Le pire était la suite. On aurait dit que le regard de cet inconnu était en vérité des rayons X qui scrutait leur interlocuteur, tentant de pénétrer dans le cerveau de celui-ci pour extraire la moindre information aussi intéressante qu'elle soit. Bon d'accord... Andrew aurait dit cela, si vous préférez. N'osant pas dire à nouveau quelque chose puisque le jeune homme semblait assez furax (il n'y avait qu'à voir la lueur inquiétante dans ses yeux. Si, si, regardez !), le dessinateur resta silencieux, bougeant à peine. Néanmoins, on lui répondit, sauf qu'il avait l'air un peu... Béat, surpris, choisissez donc. De nouveau les rayons X, pendant lesquels Andrew n'avait pas répondu. Cependant, on se chargea pour lui de faire ce (sale) boulot à sa place. Merci Dieu, il y a quand même un signe que tu n'as pas abandonné un albinos gentil comme tout dans ce monde rempli de monstres. Quoique, on pourrait se demander parfois si tu n'es pas d'humeur chagrine vu ce que tu lui fais subir. Présentations maintenant faites. Que d'un côté mais ce n'est pas grave. Au moins, on sait mettre un nom sur la tête de Ryann Stalker.

« A... Andrew Loxley, enchanté. Je suis dessinateur en fait, rien de plus. Je suis arrivé hier à vrai dire. »

Bégaiement en début de phrase, production Andrew W. Loxley, copyright déposé. C'était typique de lui de bafouiller lors des premières rencontres ou en début de conversation. Il ne fallait pas chercher à comprendre, c'était ça avec tout le monde. Enfin, c'était bien beau de dire ce qu'il faisait là et ce qu'il était réellement, mais la curiosité d'Andrew, bien cachée au fond de lui (ou pas), commençait à s'éveiller. S'il pouvait en savoir plus sur ce Ryann Stalker, ce serait pas mal. Ce n'était pas pour assouvir des désirs de mégalomanie, pas du tout, juste comme ça. Et parce que c'est Andrew, donc on n'essaie de pas comprendre, voilà. Maintenant, il sourit gentiment, un peu plus à l'aise. Et posons donc une question traditionnelle que l'on entend partout !

« Et vous, vous faites quelque chose dans la vie ? »
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Affalé dans un sofa, nonchalamment accoudé, Ryann observait du coin de l'œil le jeune albinos. Celui-ci se dandinait timidement sur place et bafouilla une réponse difficilement intelligible. Ajoutez à cela que Ryann n'en a cure de ce que le commun des mortels lui dit – alors que c'est lui-même qui a engagé la conversation...- notre petit dieu "en devenir" n'entendit que ce qu'il voulait bien entendre. Quoi de plus logique pour un mégalomane, me direz-vous!

*André? Quel drôle de prénom. Hum, un français sans aucun doute. Un de ces exécrables mangeurs de champignons trouvés avec des suidés. Tous des toxicos! Il veut polluer notre mère patrie - dont je me fiche éperdument mais on ne court-circuite pas ma conquête, point! Surtout un vieux français!*

Fronçant les sourcils, il regarda plus attentivement son vis-à-vis cherchant vainement on ne sait quels traits typiquement français.

*Mouais... Pourtant il n'a pas la tête de l'emploi... Non, il est pire que ça! Il doit être canadien! Pete avait raison! Nos voisins n'allaient pas tarder à nous attaquer et j'en ai la preuve! Québécois en plus! Quelle horreur! Ou alors c'est un belge? Il y a beaucoup de belges qui s'appellent André d'ailleurs. Bande de moules! Raah bah de toute façon c'est un étranger, un truc qui sert à rien pour résumer. Pff, ce que cet hôtel est ennuyeux... Et en plus il a eu le culot de ne pas me dire s'il était un scribouillard. Impoli!*

Dis plutôt que tu ne l'as pas écouté... Enfin bref, un regard sceptique sur le visage, l'adolescent observa les mimiques d'Andrew -*André! Achète-toi un sonotone, le narrateur.* - ... d'Andrew donc. Passant d'un air profondément confus à un sourire aimable, Ryann se demandait si cet albinos n'était pas un peu bipolaire... C'est à ce moment précis qu'un drame survenu.

« Et vous, vous faites quelque chose dans la vie ? »

Malheur, pauvre enfant! Le jeune anglais avait posé LA question. Celle à laquelle Ryann s'était entrainé depuis tant d'années - *le travail d'une vie* - pour éblouir toute une assemblée! Certes, là, il n'avait qu'un seul spectateur (et quelques souris curieuses) mais cela n'empêcha pas l'adolescent de voir ceci comme une opportunité de s'entrainer devant autre chose que Sacha ou son miroir. Le miroir c'est bien, un être humain, c'est mieux - *seulement s'il est suffisamment cultivé! Un parfait mauvais exemple est celui de Sacha*. Oubliant la nationalité quelconque du jeune Loxley, Ryann se racla la gorge et commença son petit speech.

- Si je fais quelque chose dans la vie? Dit-il sur un ton à la fois condescendant et joyeux.Oui difficile à imaginer... Je me suis assigné la plus belle tâche au monde qu'il est donné de faire! Voyez-vous, André, nous autres pauvres mortels, sommes contraints de vivre bien chichement! On vit, on meurt triste histoire de l'être humain. Et bien j'ai décidé de prendre mon destin en main et aller au-delà de cette masse insignifiante!

Le garçon se leva de son canapé et s'approcha d'Andrew. Les mains posées sur l'accoudoir, Ryann approcha son visage du jeune anglais.

- Vous l'aurez compris mon cher, je ne suis pas comme les autres, j'ai de l'ambition, moi! -Et démesurée mais ça il ne s'en rend pas compte... - Je peux embellir ce monde par ma simple présence! Gloire, richesse, que sont ces mots face à l'entreprise que je mène!? Mon but? Chasser le malin pour enfin faire dormir toutes ces personnes souffrant d'hexakosioihexekontahexaphobie! Imaginez les dormir sans avoir à se soucier si Satan rôde autour d'eux! Quel luxe! Que dis-je? Quel paradis!

Le garçon recula son visage et regarda vers le ciel, la main sur le cœur. Moment mélodramatique... Si on veut.

- Paradis. Quel mot plein de promesses. Pourtant si difficile à atteindre. C'est pour cela que plusieurs nous parlaient de créer un paradis terrestre! Promesses! Mais avez-vous déjà vu des gens les accomplir jusqu'au bout? Non? Non, évidemment! Personne jusqu'à moi n'a pu faire preuve d'un altruisme total.

Il regarda à nouveau le jeune anglais sans se soucier de l'expression qu'il pouvait afficher.

- Mais, dormez tranquille maintenant, car je suis là! Certes, je n'en suis qu'à mes débuts mais mes intentions sont louables.

Il tendit sa main gauche et termina sur un:

- Seriez vous intéressé de participer à mon entreprise visant à améliorer le monde?
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 20
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Tranquillement assis... Non. Recommençons. Tendu au maximum comme un fil qu'on tire des deux côtés (quelle jolie comparaison), Andrew commençait à se poser certaines questions. Son interlocuteur semblait réfléchir à chaque réponse que lui donnait, et le fixant étrangement, provoquant un rosissement que le jeune homme essayait de cacher. Ce qu'il n'aimait pas qu'on le regarde... Et il aurait bien aimé le faire comprendre à ce Ryann, mais comment voulez-vous dire ça à quelqu'un sans qu'il vous prenne pour un fou ou qu'il vous observe encore plus qu'avant sous l'étonnement ? Vous voyez bien que c'est impossible, franchement. D'ailleurs, le froncement de sourcils de sa nouvelle connaissance n'était pas très rassurant, dans le sens où Andrew se demandait s'il avait dit ou fait quelque chose qui ne fallait pas. Finalement, le jeune homme fit un sourire aimable, pour essayer de dissiper l'impression que son vis-à-vis lui donnait et de se rassurer lui-même. Alors qu'il posait une petite question bien innocente sur la vie du Stalker, il sentait en lui-même qu'il n'aurait pas du faire ça. Pourquoi ? Aucune idée. Ce qui allait se passer juste après allait lui donner une réponse. Ryann se racla alors la gorge. Andrew, moins tendu qu'auparavant, pencha légèrement la tête sur le côté, un air curieux sur le visage. Après la petite pause que le brun venait de faire, ce dernier commença alors à parler. Et rien qu'à la première phrase, Andrew se posait des questions. Outre la mauvaise prononciation de son prénom (il n'en avait que faire pour le moment, c'était le reste qui l'intriguait le plus), il se demandait plutôt où il voulait en venir en écoutant son discours plus qu'étrange. Cela lui rappela étrangement son aventure aux cuisines il n'y a pas si longtemps que ça. Ce n'était pas le même genre de monologue, mais malgré tout, ça y ressemblait. Mais ils s'étaient tous passés le mot, contre lui en plus ?

Subitement, deux bras apparurent dans son champ de visions et s'appuyèrent sur les deux accoudoirs de son fauteuil. Andrew baissa légèrement la tête, tout en regardant toujours Ryann et en reculant le plus possible dans son fauteuil, sauf que derrière, il y avait un joli dossier. Le jeune homme cligna des yeux, mais écoutait toujours ce qu'on lui disait. Il tiqua un moment sur le mot à rallonges prononcé sans problèmes. L'albinos se demanda vraiment comment Ryann avait pu dire un mot pareil sans s'emmêler entre les syllabes. Après réflexion un tantinet plus intelligente que la précédente, ce qu'il se dit fut plus quelque chose comme "Qu'est-ce que c'est que ça ?" ou encore "Quel est le rapport ?". Maintenant, le jeune homme commençait vraiment à avoir ne serait-ce qu'un peu peur, mais pourtant, il était quand même un peu absorbé par le long discours du Stalker. Lui qui était toujours très curieux, même savoir un truc qui ne lui servirait sûrement jamais, il était servi avec Ryann Stalker. Seulement, quand il lui tendit la main, marquant sûrement la fin de ce qu'il semblait avoir préparé avec beaucoup d'attention, Andrew resta silencieux quelques secondes. Que voulez-vous répondre à ça ?... Pas grand-chose effectivement. Si vous n'êtes pas comme Andrew Loxley, vous l'enverrez balader gentiment ou non, c'est vous qui voyez, hein. Par contre, si vous ressemblez à ce crétin bien trop généreux, gentil et timide pour son propre bien, vous vous retrouvez confronté à un sérieux dilemme. S'il refusait, il pourrait éventuellement se faire un ennemi et ne tenait pas à s'attirer les foudres des gens. Par contre, s'il acceptait, il allait se retrouver embarqué dans une affaire étrange à laquelle il ne comprenait rien. Andrew déglutit, l'air soucieux.


« Excusez-moi... Vous me laisseriez réfléchir ?... »

Et maintenant, on prie pour que la réponse soit positive.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057


Dernière édition par Ryann Stalker le Ven 24 Juin - 13:31, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



*Aaaah j'entends déjà les acclamations des cieux face au geste vertueux que je viens d'accomplir! Mon ascension divine approche! Dieu, vire de ta chaise, j'arrive! Bwahahahah! Ah, j'en frémis d'impatience. Quelle merveilleuse mélodie. Quel doux écho de... pattes de souris?*

Là où une réponse était attendue, un silence malaisé pris place dans la pièce. Le regard hagard, le jeune Andrew semblait se remettre de ses émotions...

*Bah quoi? Réponds quelque chose! J'accepte le fait que tu n'en crois pas tes yeux d'avoir quelque chose d'aussi divin devant tes yeux, mais remets-toi! Ces québécois... Un rien les fascine. Faut dire avec une belette aux dents de lapin comme emblème, on ne doit plus s'étonner de leurs réactions bizarres... Un ours noir, c'est quand même plus impressionnant, mais non, ils choisissent un rat moche et mouillé. Ça me fait penser à "Çà"! E,fin, il était pas mouillé, mais c'est pareil! Raaah ça m'exaspère! Réponds-toi au lieu d'être tétanisé ainsi! Tiens, un regard bien mécontent pour te faire réagir...*

Déglutissant, le jeune dessinateur semblait réfléchir sérieusement à sa réponse. Ryann se recula et, les bras croisés à hauteur du torse, pencha la tête sur le côté se demandant s'il n'était pas un peu attardé pour mettre autant de tant à répondre à une question aussi "évidente".

Excusez-moi... Vous me laisseriez réfléchir ?...

Patatra... Pauvre Andrew... La grimace que venait de faire Ryann devait sans aucun doute marquer les esprits du jeune anglais pour un moment et lui donner une réponse à sa question. En effet l'adolescent tiqua suite à la réponse du dessinateur. Comment pouvait-il répondre cela avec tout le temps de réflexion que Ryann avait déjà accepté de lui accordé? - *Maintenant, je peux confirmer sa nationalité, c'est un suisse!* - Le garçon soupira d'un ton dédaigneux et posa ses mains sur les épaules d'Andrew, le regard profondément déçu. Secouant de gauche à droite sa tête, Ryann marquait un long silence pour faire comprendre l'erreur de son vis-à-vis...

- Voyons, voyons André! Le monde court à sa perte et vous voudriez rester là en plan à peser le pour et le contre?! Vous n'êtes pas suisse pour rien! Je vais vous aider à choisir un camp!

Il relâcha son emprise et balaya le vide d'un geste de la main pour mimer ce qui suit:

- Ne vous souciez pas des autres religions auxquelles vous vous êtes inscrit, elles seront bientôt sous mon pouvoir! Fufufufu! Tous à ma bottes, si ce n'est pas prestigieux! L'apogée de la déité dans les mains d'une seule personne, moi! Bwahahahah!

Reprenant son souffle, il retint l'épaule du jeune Andrew l'empêchant ainsi de filer. Il n'en avait pas fini avec lui. Au contraire, il lui réservait un sort grandiose! Il lui arracha des mains son bloc de feuilles et un crayon et se mit à écrire sur l'une des feuilles, tout en continuant son petit monologue.

- Bon trêve de blabla sur mon futur. Je suis content que vous vous joignez à ma cause. vous verrez, André, vous ne le regretterez pas! Bon, il manque un "Pierre" pour faire un duo parfait mais, je fais avec les moyens du bord. J'ai même une première mission à vous confier pendant que je termine de rédiger les clauses du contrat qui nous lierons à jamais! Non deux, plutôt! Avant tout, il faudra changer votre accent, il est horrible, on dirait un anglais. Deuxièmement...

Il arracha du bloc la première feuille pour dessiner sur une seconde quelque chose d'assez... abstrait. Il contempla son gribouillis et semblait satisfait. Il présenta à Andrew son œuvre et pointa avec la mine du crayon ce qui ressemblait à une boule soutenue par une longue tige accompagnée de pattes difformes. Au sommet de la boule, qui devait être une tête -*C'est une tête! Tu comprends rien à mon talent!*- un énorme épi et à côté une seule indication: "bonhomme avec une horrible tignasse blonde et un énorme épi". Il donna le dessin à Andrew tout en continuant de parler tel un stratège.

- Vous allez vous occuper de "Çà". Bon je ne connais pas son nom exact, mais c'est le cadet de mes soucis. Il est facile à reconnaître, il est tout l'opposé de ma beauté, voilà tout! Je veux que vous lui faites subir mille et un tourments, car bon, j'ai d'autres chats à fouetter en plus de lui. La mission: éradication totale de "Çà", facile donc!

L'adolescent resta tout sourire aux côtés du pauvre anglais et attendait de voir une expression de joie profonde sur son visage... Enfin, c'est ce que Ryann espérait...

HJ: Désolée du retard T_T je fais de mon mieux pour tout rattraper
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 20
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Cet hôtel devrait être rebaptisé "Crazy's Hotel". Andrew ne savait vraiment pas pourquoi il s'était arrêté dans cet hôtel en particulier. Il n'avait qu'une hâte, c'était de repartir. Déjà qu'on ne pouvait même plus aller tranquillement dans les cuisines, voilà que c'était la même chose pour la pièce de séjour. L'anarchie avait pris une place considérable dans cet endroit du Diable, mes enfants. Il n'y avait que la chambre qui était calme. Quoique, ses voisins de chambre n'étaient que deux soeurs qui se chamaillaient sans cesse comme un vieux couple. On entendait même des trucs voler un peu partout. Peut-être qu'un jour, il y aurait un meurtre ? Il imaginait déjà les journaux, "Meurtre familial entre deux soeurs". Et lui, pauvre voisin de chambre, serait interrogé par journalistes et enquêteurs, et... Bref, changeons de sujet et revenons plutôt à cet espèce de mégalomane qui se prend pour un Dieu. Ou plutôt, qui se prend pour celui qui va détrôné Dieu. Si on est comme Andrew, on est respectueux et on ne fait pas de remarques sur n'importe quelles religions, polythéistes ou monothéistes, peu importe de toute façon. S'il le pouvait, l'albinos se serait enfui de cette salle comme si ses cheveux en dépendaient. Et par la même occasion, de l'hôtel, on en revient toujours à la même idée. Vous verrez, un jour viendra où on n'entendra plus parler d'Andrew William Loxley dans les alentours ! En tous cas, ça ne sera pas maintenant, parce qu'il se passait toujours quelque chose lorsqu'il faisait sa valise ou remplissait les formulaires de fin de séjour. "Y'a plus de stylos". "J'ai perdu mon pinceau préféré !". "La nourriture de demain au restaurant est parfaite, autant rester encore un peu". Que des trucs comme ça. Que voulez-vous, la poisse était partout. C'était d'ailleurs pour ça qu'un véritable fou était en train de broyer de joie l'épaule d'un pauvre Andrew.

En plus, il prononçait mal son prénom, on aurait dit du vieux français. S'il y avait bien une chose à laquelle Andrew tenait, c'était bien son propre nom. Autant vous dire que la façon dont il avait été écorché ne lui avait pas plu du tout. Il avait froncé les sourcils et était toujours en train de se demander c'était qui ce gars-là. Et non, il n'était pas Suisse. Non mais il sortait ça d'où ? L'artiste ne pouvait même pas en placer une. Il essayait vainement de parler, mais Ryann lui coupait constamment la parole en continuant ses discours dignes d'un futur anarchiste. Et, HAN! Gros sacrilège que voilà ! Le voici qui faisait un horrible croquis sur son carnet, son magnifique carnet. Heureusement que c'était sur un autre feuille que ces autres dessins. En passant, le nouveau croquis ne ressemblait franchement à rien. Mais il avait tout de même arraché la première feuille. Abasourdi, Andrew regarda celle-ci s'écraser lamentablement au sol tandis que sous son nez Ryann brandissait son chef-d'oeuvre et semblait d'ailleurs assez fier de lui.


« Hem... Vous voulez que je le tue ? »

Ahlàlà, tout de suite les grands mots et les grands moyens. Mais il est comme ça Andrew. Celui-ci avait d'ailleurs les yeux grands ouverts d'étonnement. Non, il faisait pas ça, il faut pas rêver.

« En plus, je n'ai pas dit que j'acceptais... »
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057


Dernière édition par Ryann Stalker le Ven 24 Juin - 13:33, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Si nous devions réécrire l'histoire comme Ryann le fait, le jour où Jésus aurait rencontré Pierre et André ne serait pas celui que nous connaissons. Là où l'admiration se lisait dans leurs regards, si Ryann était à la place du Fils, ils auraient pris leurs jambes à leur cou. Voilà où nous en sommes avec Andrew et un Pierre invisible que nous remplacerons par la termite morte qui trainait près du fauteuil de Ryann. Oui, le décor laisse à désirer, mais on assiste à un genre nouveau de bible, vous suivez? Et bon le seul miracle que Ryann a accompli pour l'instant c'est réussir à arracher des mains d'Andrew son carnet de dessin fétiche. Même le vol d'une sucette à un enfant est plus glorieux! Quoique... - Tu t'égares, narrateur. Tu t'égares...- Erm, donc tout ça pour dire qu'un « grand » (?) moment d'histoire se produisait et les seuls témoins étaient une famille souris et feu Pierre la termite. C'est dans cette situation saugrenue, nous vous l'accordons, que l'adolescent avait confié sa première « sainte tâche » à son premier « malgré lui » apôtre: Tuer une chimère. Chimère car la description faite était tout sauf explicite et laissait bien le pauvre anglais dans un état de profonde perplexité. La narration également...

Tandis que notre jeune garçon attendait impatiemment que son compagnon - même si vassal sonnerait mieux – acquiesce avec ferveur, il n'en était rien. Abasourdi, le jeune homme s'était contenté de regarder avec horreur ce qu'il était advenu de son bloc de dessin – et son œuvre qui s'est misérablement écrasée sur Pierre la termite, ce qui retire tout de suite un témoin oculaire, même s'il est décédé et qu'il ne devrait donc pas porter le titre de « Pierre » - *tousse* Tu vas continuer de digresser longtemps?. Tout ça pour dire que la réponse donnée n'était guère surprenante sauf pour Monsieur Stalker.

*Par la barbe de Zarathoustra?! Ce... ce québecois ose répéter l'ordre que je lui ai donné? Pourtant les instructions sont claires, nettes et précises. Je me suis entraîné d'arrache-pied pour savoir parler au bas peuple! Mais alors? Je les aurais surestimé?! ...Bwahahahah! Cela prouve à quel point je suis génial! Je n'arrive même pas à m'abaisser à leur niveau que s'en est glorifiant! Enfin, bon pour l'instant, ça pose problème... Pourquoi il ne comprend pas le plan? Ah, j'ai une solution!*

-Ne vous inquiétez pas c'est sans danger. Et puis vous tuez bien les ours à mains nues au Canada, non? C'est comme étriper un porc. Vous avez déjà déplumer un cana...

Le jeune anglais ne lui avait pas laissé le temps de finir sa réponse qu'il lui lança une autre question qui acheva Ryann.

« En plus, je n'ai pas dit que j'acceptais... »

*Coooooooomment?! Mais qu'est ce que tu me fiches là, André?! Tu n'oserais point refuser? Attends, non, j'ai compris la magouille. En fait, je m'y suis mal pris. C'est vrai, il faut que je le considère comme un « proche », même si cette pensée me glace le sang... Mais comment on se fait un ami d'abord? *

Ryann posa le carnet de dessin sur ses genoux et regarda son vis-à-vis, un air concentré sur le visage. C'est pas vraiment comme ça qu'il aura une réponse à sa question, mais bon...

*Hum, je ne vois pas... Je suis beau, supérieur, divin et je connais plus de chose que ces scientifiques de la NASA et pourtant je n'ai pas l'impression qu'il me fasse confiance... Euh, qu'est-ce que Sacha me disait déjà?*

Creusant au plus profond de sa mémoire, la seule citation de sa sœur qui lui vint en tête fut : « Une loutre et un chien sont des mammifères! Hihi! ».

*Oui, non Sacha tu ne me sers pas du tout, vraiment... Bon je vais juste le forcer à signer ce formulaire, de toute façon il n'a pas le choix, j'ai décidé... Ooooh mais, non, la phrase de Sacha n'est pas complètement stupide! Enfin, si elle l'est mais je peux toujours trouver un point commun avec ce cher André! Bon ça sera étonnant d'en trouver un, cependant essayons toujours...*

Terminant sa longue contemplation du jeune anglais, Ryann lui sourit du mieux qu'il pouvait et s'approcha de son visage comme deux confidents.

- Vous avez une sœur?
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 20
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Je regardais avec horreur mon interlocuteur se saisir de mon joli bloc-notes que j'avais acheté dans mes débuts du dessin dans un chouette petit magasin près de la Tamise. Il commença alors à dessiner rapidement quelque chose avec mon magnifique crayon que j'avais acheté dans mes débuts du dessin dans un chouette petit... enfin bref, vous avez compris. Mais quoi ! Ils me tenaient à coeur, ces deux petits trucs ! Comme ce pinceau et mon chevalet que j'avais acheté au même endroit. Ahlàlàlà... Ce magasin était un véritable paradis. Dommage qu'il ait du fermer... Pour y mettre de nouvelles toilettes publiques, si vous voulez mon avis, ça ne sert strictement à rien. J'aurai bien attaqué la Reine si j'avais eu le cran et... Non, pas du tout. On n'attaque pas la Reine d'Angleterre quand on est un bon anglais. Bon, qu'est-ce que je fais du coup ? Après tout, ce qu'il avait dans ses mains m'appartenaient et étaient sûrement les premiers objets que j'avais obtenu dans le joyeux domaine de l'art. Donc je... je... je ne pouvais pas tolérer qu'il puisse les utiliser ainsi sans me demander et de plus en me les arrachant violemment des mains. Je ne pouvais pas laisser passer ça. Je me devais de réagir, ce que j'allais faire. Enfin, plus tard. Je... je pouvais pas m'énerver contre lui, qui sait comment il pouvait me regarder, ou encore m'insulter ou me frapper, ou encore me détester et me mener la vie dure ou encore... ahem. Bon, toujours pas de conclusion. Mais que fais-je donc contre ce voleur ? Allez, réfléchis, Andrew, réfléchis. Calme-toi déjà, ça ira mieux pour ta tension qui est déjà beaucoup trop forte, ton médecin te l'a dit un millions de fois. Le stress et la peur, c'est pas bon pour toi. Inspire, expire, inspire, expire. Alors. Rends-moi mes truuuuuuuucs ! Non. Pleurer en suppliant, je ne pense pas que ça soit la meilleure solution. D'autant plus que je n'ose pas imaginer comment il pourrait me regarder après, comme si j'étais un fou. Je ne pourrais plus jamais le regarder dans les yeux après ça. Ou ne plus le regarder tout court.

Enfin bref. Finalement, j'étais encore plus horrifié en regardant ce qu'il avait vaguement gribouillé sur mon carnet. A la limite, je pouvais arracher quelques feuilles de mon carnet, mais pour le crayon, il avait sacrément appuyé dessus, la mine était foutue. Je ne taillais jamais mes crayons. Question de principe anglais. Enfin, non, l'Angleterre n'a rien à voir là-dedans, mais c'est comme ça. Tailler un crayon fait baisser la qualité de la mine donc du dessin. J'allais devoir le jeter. Non. Je ne jetterais jamais mon premier crayon que j'ai acheté dans... Voilà. Et si je l'encadrais dans ma chambre une fois revenu à Londres ? Enfin, il faudrait déjà que je sorte d'ici parce que de toute façon, je crois bien que j'ai perdu la chemise rouge et noire que j'ai mise hier donc il allait falloir que je la cherche avant de partir et ça allait sûrement me prendre deux jours, le temps que je trouve l'homme de ménage de l'hôtel et que je lui demande s'il ne l'avait pas vue. Et si ce n'était pas le cas, j'allais... Donc oui, au minimum deux jours, mais il valait mieux en compter au moins cinq, sait-on jamais. Donc. A présent, j'essayais de déceler un brin d'art abstrait dans le... dessin que j'avais à présent dans mes yeux. J'avais toujours cru que l'art était partout, même dans le dessin le plus médiocre. J'y crois toujours, mais là, j'avais du mal à trouver ce que je cherchais dans ce fouillis de traits de crayon. Mon crayoooooon...

Déconcerté, je levais les yeux vers ma nouvelle connaissance, Ryann donc pour ceux qui n'auraient pas tout suivi entre la termite qui venait d'être écrasée par je ne sais quoi, la souris qui vient de passer dans le fond de la pièce et la jolie coccinelle sur la vitre de la fenêtre. C'est joli un coccinelle en plus. Un peu de gaieté dans cet endroit, ça fait du bien quand même. Mais personnellement, je ne voyais pas ce que le Canada et ses ours venaient faire là. Et puis il avait fini d'écorcher mon prénom ! Quel mauvais accent. Du Français ? Je crois. Mais quand même... Toujours est-il que pour le moment, je n'osais pas dire grand-chose, de peur de le vexer. J'essayais alors de me fondre dans le décor derrière moi, le fauteuil. Qui en passant avait l'air joli mais qui n'était pas des plus confortables. Vint alors une question qui étaient exactement comme le Canada et les ours, qui n'avait rien à faire là donc. Enfin, si ça pouvait lui faire plaisir... Par contre, je n'allais pas lui raconter ma vie. Lui dire que j'avais grandi dans les quartiers pauvres de Londres avant qu'un homme riche devienne mon tuteur. Me voilà bien habillé, avec des habitudes assez riches, je dois dire. Mais ce n'était pas comme si je m'en vantais et que je me plaignais. Au contraire. La pauvreté et la famine, je sais ce que c'est... Bref, il devait certainement se dire que j'avais l'air d'un de ses gosses de riches qui n'avaient pas besoin de travailler. Mais non, pas du touuuut !


« Ah euh... non, je suis fils unique. Vous avez une soeur ? »

Je fis un petit sourire. J'étais assez curieux, donc savoir des choses des vies des gens me faisaient toujours plaisir, dans le sens où je me rapprochais des gens. Bon, qu'est-ce que je fais... Je lui dis que son sens artistique est déplorable ? Non, quand même pas, ne pas pousser le bouchon, Andrew, surtout pas. Mais il fallait que je fasse quelque chose pour briser ce silence. C'était surtout pour préserver ma tension qui était - encore - en hausse, mais aussi parce que je n'aimais pas du tout les silences pesants comme celui-là. Les silences tout court, j'aimais bien tout de même.

« J'imagine qu'elle doit être très gentille. »

Tu ne serais jamais doué pour faire la conversation, Andrew, même avec tes sourires gênés.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Spoiler:
 

Il y a toujours deux sujets qu'il faut éviter à tout prix d'aborder avec le jeune Stalker. La première est de parler de son statut de Dieu, que ce soit directement ou de façon détournée, auquel cas, il vous prendra en grippe ou pas, ça dépend de son humeur et de votre tête.. La seconde, c'est de toucher le sujet épineux de sa sœur. Si vous les évitez, vous serez plus ou moins sauf et éviterez torrents d'insultes, moqueries ou louanges... Encore une fois, sa réaction dépendra de votre physique avantageux ou non, additionné à la probabilité qu'il se soit levé du pied droit ou gauche.

Quoique... Non, oubliez en fait... Il trouvera TOUJOURS un moyen de tout ramener à sa petite personne et à sa sœur. Triste constat. Et celui qui en fait actuellement les frais n'est autre que le jeune Andrew Loxley. Pas que Ryann voulait l'accabler, au contraire, il appréciait le côté candide du jeune anglais - *Québecois! Hostie de Calice!* -, ça lui donnait davantage l'allure d'un agneau abandonné. Et c'est pour cette raison-même qu'il avait décidé de le prendre sous son aile, même si l'expression « à sa botte » serait plus correcte...

Le jeune Andrew avait donc pour la deuxième fois posé la question qu'il ne fallait pas. Pire, il venait d'exécuter une double question (enfin, une question et une supposition, mais c'est du pareil au même) qui, évidemment, lui réclamerait une sur-dose d'endurance pour la réponse qui allait suivre. Non, car c'est très bien de demander si Ryann a une sœur, mais si on rentre dans le détail, c'est la cata, le Ragnarök, mon petit Drewy... Non pas parce que tu fais obstruction dans la vie privée, quoique si c'était pas toi, il aurait pu t'accuser ainsi, mais parce que... En fait, on ne sait pas pour quelle raison, mais Ryann avait une subite envie de parler, et hors de question qu'on perde le fil de la conversation. Certes la première remarque avait déplu au jeune Stalker, mais heureusement, la pirouette verbale du jeune anglais avait changer la donne.


* Ainsi donc il est enfant unique... Alors la théorie de Sacha que j'ai emprunté tombe à l'eau. Pffff, fallait encore une fois que les êtres humains montrent leur incapacité à se mettre sur la même longueur d'onde que moi. Enfin, au moins cela prouve que je suis le seul dieu sur terre, fufufu. Bien sûr que j'ai une sœur, triple québécois! Pourquoi, j'aurais posé la question?! Non, non, ça ne va pas, je dois me calmer... Je dois l'amadouer, oui, m'en faire un... « ami »? Raaah, ça m'ennuie, c'est compliqué. Il pourrait pas juste signer ce papier et on est quitte? Non, mais je veux bien qu'on soit québécois et chasseur d'ours, mais je ne tolèrerai pas qu'on additionne la bêtise avec le prosélytisme du... *

Soit, c'est complètement débile, donc nous allons avancer dans l'histoire au lieu de nous pencher sur l'état psychologique de Ryann, ça vaut mieux pour tous. Alors qu'un silence agacé d'un côté et gêné de l'autre s'était installé dans la pièce, le jeune Andrew acheva son pèlerinage en citant la supposition ultime. Oui, Andrew William Loxley, ou qu'importe soit ton « W », tu as ouvert la boîte de Pandore et maintenant, subis les conséquences, bwahahahahahah! Hum, cet emportement est un peu trop excessif en fait. Tu ne subiras aucun vice ici présent, ce qui est ironique en soit, mais on perd le fil... A peine avait-il achevé sa phrase que Ryann le contempla à la fois surpris et amusé, avant de rire aux éclats, retenant avec difficulté ses larmes. Pas pour se moquer de sa remarque, quoique. Quelques longues secondes défilaient jusqu'au moment où l'adolescent s'appuya contre le dossier de son fauteuil pour retrouver son souffle. Arborant un large sourire à son « disciple », il se redressa et lui tapota l'épaule.

- Gentille? Mon cher André, tu es vraiment loin du compte. Le terme que tu viens d'utiliser est bien trop sage pour la désigner, fufufu... Non, mais franchement, je suis heureux que tu me le fasses remarquer car il y a quelque chose que j'aimerais mettre au clair et j'aimerai avoir ton avis dessus. Car vois-tu, Sacha est tout sauf gentille. Pas qu'elle soit tout le contraire, mais presque. Sacha, ma sœur, est... Comment définir? Une altruiste attardée? Non, pas ça. Une stupide généreuse? Non, non. Non, c'est une bonne poire. Voilà le terme! Ou du moins, elle le fait croire.

L'adolescent se recula un peu et soupira. Accompagné de grands gestes, son monologue reprit de plus belle.

- Car c'est un démon. Ce matin encore, elle a tenté encore une fois un stratagème stupide pour me défigurer. Fufu... Heureusement que je suis moi et ne me laisse pas avoir dans des combines aussi primaires. Je veux bien que son développement cérébral ne soit jamais arrivé à son terme, mais c'est pas une raison pour qu'une handicapée m'agresse. Tu imagines si elle avait réussi à me fracasser le bras ou la jambe?! Toute une épiphysation à refaire pour mon magnifique humérus?! Et crois-moi, c'est pas un âge à se retrouver à l'hosto. On m'aurait confondu avec ces bons à riens de planches à roulettes, risible. Ces gringalets pré-pubères ensuite se plaignent ensuite d'être amochés. Je ne donne pas de paix à leur âme, bwahahah!

Il avait souligné ce rire en tendant la main à Andrew pour qu'il frappe dedans. Un léger silence plana et, toussant, Ryann reprit le fil de la conversation comme si de rien était.

- Mais je m'égare avec ces skatters. Tout ça pour te dire, André, que ma soeur a voulu me briser le nez il y a de cela une heure et prouve donc par « A » + « B » qu'elle est un monstre furieux en besoin pressant de violence et je suis la seule victime, CQFD. Tu en penses quoi, toi?

C'est sur cette question sortie de nulle part et perturbante que Ryann acheva son petit monol...

- En tout cas, je t'interdis de dire quoi que ce soit de ma soeur, compris? Et de l'engrosser également. Sinon tu n'auras pas le mérite d'être mon disciple. Maintenant tu peux répondre.

Hum... Oui, voilà. Courage Andrew, le monde te semblera moins hostile une fois que tu auras quitté cette pièce. Ou pas.
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 20
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Spoiler:
 
J'ai toujours eu l'impression d'être quelqu'un qui ne faisait jamais les bonnes réflexions et ne disait jamais les bonnes choses. Enfin, peut-être que ce n'était que maintenant que j'avais cette impression, mais en tout cas, particulièrement en ce moment-même. Pourtant, je ne pense pas que de parler de la soeur de la personne à qui je m'adresse en ce moment soit un sujet tabou ou quelque chose d'inadmissible, même si la personne en question est un peu... "étrange" je dirais. Et encore, c'est un bien faible mot. Enfin, non, Andrew William Loxley, reprends-toi enfin ! Depuis quand est-ce qu'il t'arrive de spéculer sur la facette privée et la facette psychologique de la vie d'une personne ? Ressors un peu tes principes, mon grand ! ... Enfin, c'est ce que dirait mon "oncle d'adoption" comme j'aimais l'appeler. En ce qui me concernait, j'avais rapidement appris à adopter la même attitude que ma famille "fictive" qui n'était donc composée que de cet homme ô combien généreux de m'avoir recueilli chez lui et d'ailleurs... Ahem. Ceci étant, ce n'était pas de ça que je parlais au départ, revenons un peu à ce qui nous intéresse vraiment. Oui, donc, effectivement, je ne pensais pas que le fait d'aborder le sujet de la famille de son interlocuteur était particulièrement dérangeant... A moins que la famille en question soit décédée pour une raison obscure. Non, non, Andrew, arrête d'imaginer n'importe quoi. Quand bien même c'était ça, il ne te suffirait qu'à rougir, présenter tes plus plates excuses et soit fuir comme si ta vie en dépendait, soit te cacher sous l'un des fauteuils de la salle de séjour.

Enfin, la réaction de mon vis-à-vis n'était pas forcément celle que j'attendais. Quoi, est-ce si anodin de dire que la soeur de quelqu'un devait être d'une gentillesse et d'une politesse exemplaire ? C'était pourtant la moindre des choses, n'est-ce pas ? Vraiment... Ces américains... Je ne les comprendrais jamais. Est-ce vraiment aussi vrai que nous parlions la même langue s'ils étaient aussi étranges par rapport à nous, anglais ? Quoiqu'il en soit, je regardais d'un air passablement étonné Stalker rire aux éclats - de moi ? Je ne saurais dire, en fait... - devant moi, ne sachant pas trop comment réagir. M'emporter, ne pas m'emporter ? Non, Andrew, tu ne faisais jamais ça. Le prendre mal, ne pas le prendre mal ? Après tout, ce n'était pas forcément contre moi, donc peut-être aucune raison de s'énerver et de se faire un ennemi... Ahlàlàlà, quel dilemme atroce...

Je n'eus pas trop besoin de réfléchir longtemps, à vrai dire, vu que Ryann se redressait déjà et recommençait à monopoliser toute notre conversation qui tenait plus du monologue qu'autre chose. Assis sur mon fauteuil, presque prêt à disparaître dans le dossier si c'était possible, je le regardais, hésitant quant à ce que je devais faire. Au fur et à mesure de ses paroles, mes yeux se plissèrent de plus en plus tellement le tout devenait totalement incompréhensible pour moi et sûrement pour lui-même. Au mot "handicapée", je m'imaginais alors une personne dans un mauvais état, du genre accompagné d'un fauteuil roulant ou d'une béquille voire deux... MAIS VOILA QUE CELA EXPLIQUAIT CERTAINES CHOSES ! ... ahem. Excusez-moi. Mais si ! J'en suis sûr ! S'il a réagit comme ça, c'est bien parce qu'il a soit honte de la condition de sa fratrie, soit parce qu'il ne veut pas que la société ne le prenne en pitié !

D'un soudain élan de détermination, je décollai de mon siège et saisit vivement les mains de Ryann Stalker dans les miennes, les yeux allumés d'une flamme soudaine.

« Ne vous inquiétez pas, Ryann ! Je suis sûr que votre soeur ira mieux avec le temps, mais vous ne devez en aucun cas en avoir honte ou ne pas vouloir que la société ne vous prenne en pitié ! Je suis prêt à vous donner mon soutien le plus total ! »

J'avoue être sorti totalement de mon caractère et de mes principes... Mais, diantre, je me devais de proposer mon aide et de raviver le moral de mon entourage, que diable !

« Je serai même ravi de discuter avec votre soeur si cela peut vous aider tous les deux ! »

Ahem, Andrew, calme-toi voyons... Je me raclai la gorge, maintenant hésitant, mais ce qui était fait était fait. Tant pis, j'avais proposé mon aide, et j'irai jusqu'au bout, qu'importe les obstacles ! Je lâchai enfin les mains de ma nouvelle connaissance et reculai de quelques pas en m'inclinant poliment et en prononçant timidement quelques excuses.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Spoiler:
 

Le jugement basé sur l'expérience personnelle. Quelle dangereuse arme que voilà, entrainant son usager à tomber facilement dans les quiproquos. Votre pair vous dit une chose, et vous, pauvre agneau fraîchement rencontré, ne pouvez vous référer qu'à votre propre expérience et là, vous jouez à pile ou face. Dans ce cas-ci, inutile de préciser qu'Andrew est tombé sur le mauvais revers de la pièce. Pauvre, malheureux et miséreux petit anglais, même s'il est – accessoirement – plus âgé que son interlocuteur. Il s'était emmêlé les pinceaux et le voilà maintenant dans les filets d'un groupe créé par un adolescent un petit peu trop rêveur. Le tonnerre résonnait et les cloches sonnaient cette alliance nouvelle en célébrant l'union de... Hum, bon, non, ne nous emportons pas mais voilà plus ou moins l'état d'euphorie dans lequel est désormais Ryann Stalker.

Résumons la situation. Andrew vient de tomber dans un quiproquo des plus difficiles à se défaire. Il faut dire peut-être que l'emploi soudain de la deuxième personne du singulier avait rendu soudain l'adolescent plus « sympathique ». Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. De toute façon, on en arrive à un résultat des plus surprenants, puisque l'anglais-canadien pas très motivé par les propositions du jeune « Dieu » a effectué un revirement à 180 degrés, pour le plus grand bonheur de la « communauté ». Quelle surprise! Et encore, une autre surprise vient de l'adolescent même...

En effet, le jeune homme écarquillait les yeux, un peu hébété qu'André devienne un fanatique si dévoué. Il avait bien caché son jeu, le coquin. Un sourire large avait pris résidence chez le garçon qui éclata d'un rire franc et sincère. Ah comme il était doux d'avoir quelqu'un d'aussi dévoué – autre que Sacha. Bon certes, il n'avait pas bien compris le pourquoi du comment il était pris en pitié, mais tant pis, il avait un premier apôtre! Certes, un québécois, mais on fait avec les moyens du bords on vous l'a déjà dit. Après tout, il n'allait pas choisir Pierre la termite ou Gustave, père boiteux de la famille souris, comme apôtre « numéro un ».


*Muahahah, je m'aime. Pire qu'une ménagère de cinquante ans ce cher André. Il a compris qui est le malheureux dans cette histoire face à ce monstre grossissant d'heures en heures de Sacha. Brrr, j'en frissonne encore de dégoût rien qu'en pensant être « tonto.. » Non, ne pensons pas le mot! Cela me portera malheur... Et puis, j'ai trop de choses à faire encore avant de le devenir! Sacha, espèce de sœur irresponsable! Je suis sûr qu'elle l'a fait exprès, juste pour me freiner dans mon entreprise pour... Parce que ça la fait rire, voilà! Infâme psychopathe... Mais là n'est pas la question, aujourd'hui j'ai un fan! Ou plutôt un adepte. Finalement, cette journée n'est pas si catastrophique que cela.*

Alors que le québécois lâchait la main de Ryann et reculait en se raclant la gorge, un peu gêné par son emportement, l'adolescent affichait un sourire satisfait à son « camarade », tout en sortant un mouchoir pour s'essuyer la main. On est intouchable ou on ne l'est pas, erm... Ceci fait, le garçon s'avançait en posant ses mains à nouveau pure de toute souillure humaine, apôtre ou pas, sur les épaules de ce cher « André ».

-J'apprécie ta motivation. Je n'aurai pas pu trouver meilleur allié. Aussi petit que tu sois, et québécois également, je suis ravi de te compter parmi nos rangs!

De deux personnes et une sœur enceinte, mais soit...

-Mais sache que la pitié ne m'atteint pas. Mais vu ta grande sollicitude face à ma cause, je veux bien t'occuper avec...

Ryann reprit la feuille avec son contrat et le dessin étrange et le plaçait sous le nez de son interlocuteur, un sourire machiavélique affiché sur son visage. Il saisit le crayon qui trainait on ne sait plus où – oui la narration fatigue – et força Andrew à le prendre et signer le papier avant de lâcher son poignet et de replier le « document » en huit pour le glisser dans la poche arrière de son pantalon.


-Bien, maintenant que nous avons pactisé, mon cher André, tu seras mon premier apôtre. Tu connais ta première mission et j'espère que tu l'accompliras avec brio.

Cette dernière phrase fut bien évidemment accompagné d'un regard sévère. On est pas des ratés dans la « secte », soyons clairs! Epuisé par ce recrutement, Ryann se sentit défaillir -en fait il n'avait rien mangé, le p'tit malin et n'avait pas envie de faire entendre ses grondements gastriques à tous – et décida de prendre congé.

-Sur ce, j'espère te revoir prochainement, je demanderai ton numéro de chambre au gérant. Sois rassuré, tu me reverras très bientôt, l'attente ne sera pas trop insupportable, mon brave.

Ryann toucha solennellement le front de l'anglais en murmurant un « Bénis sois-tu par ma personne! » avant de partir, avec classe, du salon et se diriger joyeusement vers le restaurant.
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Evangile de Saint Andrew - La visitation d'Andrew