AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: Signez le registre! :: Fiches validées

 
Matt McCravatt, un autre fermier dans la place
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 09/06/2011
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 463


Dernière édition par Matt McCravatt le Ven 24 Juin - 18:13, édité 4 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar





Matt
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥McCravatt

Prédéfini ♫♫♫♫♫♫♫♫
by NES
by NES
▪️▪️ Alors, l'ami, prêt à nous dire qui tu es? ♫♫

ϡ 17
ϡ Etudiant - fermier?
ϡ Américain
ϡ Faithorn (Wisconsin)
ϡ 06.07.1993


ϡ Célébrité : l'avantage d'être connu de ceux qui ne vous connaissent pas.
(c) Chamfort
Bzzzt bzzzt... Krrr, shkrrrr...Lôô?...Frshhhh... Allô? All..Krr...Allô? Est-ce que ça marche enfin ? Alleluia, on a enfin réussi à avoir une correspondance sur la ligne… Hein ? Quoi ? On est en direct. Erm… Bonsoir et bienvenue chers auditeurs et auditrices à l’écoute de « Confessions Intrigantes ». Aujourd'hui, nos psychologues se sont déplacés jusqu'au fin fond de la campagne américaine, là où vivent les paysans afin d’y étudier un second cas des plus étranges. Vous souvenez de notre précédente émission ? Nos spécialistes s’étaient interrogés sur le cas du Jaminosius McCravattusium Irritabilis et les conclusions établies avaient été des plus… complexes. C’est pourquoi ils ont décidé de poursuivre l’enquête en étendant leur zone de recherche aux proches du cas étudié, c'est-à-dire au spécimen Mattonius McCravattusium Brutalitus.

Pendant une semaine, notre équipe a donc suivi cet énergumène hautement coloré (et aussi stup…éfiant que son congénère!) afin de vous faire profiter de ce nouveau portrait de la campagne américaine. Krrr... ShhRRR... Frchh... Jour Un, Année 20XX. Nous avons repéré notre sujet d’études en train de courser une oie sauvage. Le Mattonius semble être des plus enjoués dans sa tâche, hurlant à tout va après l’animal. Son dynamisme n’a d’égal que sa ténacité pour gagner puisqu’il vient d’attraper l’animal avec brio. Il semblerait donc que le spécimen Mattonius soit plus prédisposé que le Jaminosius pour la survie. Ou en tous les cas pour chasser afin de se sustenter. Au terme de la journée, nos spécialistes ont fini par déterminer une surprenante stratégie de survivance développée par les McCravattusium.

Jour Deux, Année 20XX. Nos spécialistes ont insisté pour que l’équipe apporte une rectification aux dires présentés hier. Le Mattonius peut faire « parfois » (rarement selon leurs termes) preuve d’intelligence et développer un stratagème de survivance. Dans la majeure partie des cas, il semblerait que le spécimen soit des plus stupides. Après capture du spécimen, notre équipe de fins limiers a employé le DUSK (Détecteur d’Unité de Sagesse Kantienne) et voilà un extrait du décryptage de la pensée de ce spécimen étrange : « … Gisèle est une oie ? Mince… Et Jamie ne l’aime pas… Zut… Qui vais-je devoir favoriser au détriment de l’autre ? ... [2 minutes plus tard]... Jamie a raison, il y a d’autres femelles dans la nature que Gisèle alors je vais abandonner ma chère oie adorée. Et puis ... [2 minutes plus tard]... Je suis sûr de pouvoir en trouver au village… »

Bref, vous l’aurez compris, il semblerait que le spécimen Mattonius McCravattusium Brutalitus ne soit pas toujours des plus vifs d’esprits mais qu’il soit aussi facilement influençable. Sans parler qu’il parle (ou pense dans le cas présent) énormément. Jour Trois, Année 20XX. Le Jaminosius McCravattusium s’est fait attaquer par une oie encore aujourd’hui. Notre équipe a observé le phénomène lorsqu’un cri des plus effrayants a retenti dans le vaste pré. Le Mattonius McCravattusium courait comme un possédé, coursant le pauvre animal à travers champs et blés. Il semblerait qu’on puisse qualifier ce spécimen de bruyant et d’insaisissable. A-t-il seulement une logique ? Le mystère reste entier et nos spécialistes auront besoin de plus de temps pour pouvoir statuer sur ce cas particulier. Bzzzt... Oh bon sang il semblerait que l’arrière-pays américain soit irrécupérable…

Jour Quatre, Année 20XX. Alors que le Jaminosius nous avait indiqué une mauvaise adresse la dernière fois, le Mattonius s’est montré très courtois (bien qu’un peu pédant et prétentieux) et nous a mentionné une très bonne auberge où nous avons pu siéger pour la nuit. Il semblerait donc que l’on puisse définir le Mattonius comme une espèce serviable, attentionnée et sociable. En effet, le dit spécimen a été très accueillant et nous a abondamment parlé de l’endroit, indiquant les lieux les plus intéressants à visiter. Ce deuxième spécimen est bien moins timide que le Jaminosius… Frssshhh, Skrr... Jour Cinq, Année 20XX. Impensable mais vrai ! Le Mattonius nous a accompagné en ville, nous pensions qu’il était empli d’intentions louables mais quelle idée avons-nous eu là. Ce second spécimen est aussi fourbe que le précédent….

Fruuuuttt..Bzzt... Suite des observations. En effet, il a profité de notre visite en ville pour nous accompagner afin de draguer les « minettes » comme il le dit si bien. En somme, il nous a menés en bateau et on s’est laissé fait avoir (encore une fois…). Il semblerait que les McCravattusium soit plus complexes que nous le pensions au premier abord. Bzzzuuut... C’est ainsi que s’achève notre semaine d’observation. Le courage nous a manqué et nous sommes restés moins longtemps que précédemment. Peut-être est-ce du au pouvoir exaspérant du Mattonius ? Ce jeune spécimen est des plus collants, ne lâchant jamais notre équipe depuis qu’il a compris l’intérêt de nous suivre en ville… Retenez donc le credo de l'émission chers auditeurs: Restez planqués en ville, des choses étranges se trament dans les campagnes... A très bientôt chers auditeurs et merci d'avoir écouté « confessions intrigantes »! ...Brrrrttt...Shhhhkrrriiiiiiitt....Bzzz...

by NES
▪▪ Ouvrons une page de ton histoire ♫♫

Un grognement se fit entendre dans la pièce tandis qu’un jeune homme blond, beau comme un éphèbe dans la force de l’âge, se réveillait doucement. Il papillonna quelques instants avant de prendre conscience de l’environnement dans lequel il se trouvait. Ok, bon, où était Jamie d’abord ? Il était seul *Comment ça je suis seul ? On ne laisse pas une star seul bon sang !* dans une pièce sombre et peu meublée.*Les habitants n’ont clairement pas conscience du mot hospitalité, c’est certain, je mérite mieux que ça bon sang, où sont les fans en furie prêtes à m’arracher ma vertu ?* Erm… Bon, vous l’aurez compris (ou pas *sbaaaf*) le petit Matt McCravatt était dans un endroit inconnu, qui ressemblait à s’y méprendre à une salle d’interrogatoire et il ne trouvait rien de mieux que de penser à ses soi-disant fans en furie...

Quand on a dix-sept, les priorités sont largement altérées… par les hormones. Que voulez-vous, c’est ainsi. L’adolescent se mit à gesticuler comme une crevette grise *non, rose, c’est plus joli, gris, c’est mauvais pour le teint* tout en faisant sautiller la chaise ce qui nous donna un spectacle assez… indéfinissable en fait. Oui, c’est le terme le plus adéquat pour représenter ce gros n’importe quoi. Après cinq minutes à expérimenter la puce et la crevette (quel étrange duo animalier), il finit enfin par comprendre sa situation. Il était ligoté à une chaise, il n’y avait qu’une faible lumière pour éclairer la pièce et il était seul. Jamie était introuvable et son pauvre, cher et tendre, Kunstkamergericht, n’était pas là non plus. En conclusion, il était mal (bien qu’on doute qu’un poisson rouge offert par Jamie après sa rupture d’avec Gisèle, fasse quoique ce soit d’utile dans notre cas).


« Hého, il y a quelqu’un ? Vous avez serré trop fort les liens vous savez… Je risque d’avoir des bleus et misère, ça ne fait pas du tout sexy. A moins que je ne joue le rôle du mec battu et malheureux ? Hum. Faut que je m’entraîne au regard de chien battu alors… »

Et c’est ce qu’il fit. La lèvre inférieure se mit à trembloter, ses yeux à briller, alors que dans un coin, deux hommes en noir observaient leur prise du jour. Il n’y avait pas de doute possible, les cousins McCravatt étaient les pires personnes qu’on leur ait demandé de kidnapper. Vivement que tout soit fini, la journée commençait à être longue. Ils venaient de balancer l’autre gamin dans la benne à ordures et le second allait subir le même sort s’il continuait ainsi son petit numéro. Enervé, l’un des deux men in black finit par craquer et sortit de l’ombre tout en faisant craquer ses poings en signe de mécontentement. Toute personne un minimum intelligente aurait compris ça mais… L’adolescence, ça peut vous rendre bête parfois… Surtout si vous êtes un McCravatt.

« Oh, vous voilà enfin, ce n’est pas trop tôt ! J’ai cru que j’allais dessécher ici comme un vieux bout de fromage de notre grand oncle Sam. Yeurk, il a vraiment des goûts bizarres vous savez. Enfin, non, vous ne savez pas. Ahah, quelle question idiote. Toujours est-il que son fromage est dégoûtant et hélas, à chaque saison de fourrage, on doit en goûter car il nous invite à dîner. Je suis obligé de me nettoyer les dents six fois quand je rentre afin d’avoir une haleine hors pair. On n’embrasse avec une bouche qui pue le camembert, n’est-ce pas ? Hum ? Quoi ? »

L’homme en noir avait d’abord regardé interloqué notre jeune adolescent. Depuis quand les personnes qu’il devait passer à tabac n’avait pas peur de lui ? Mais sa surprise fut vite remplacée par autre chose… L’énervement. Il fit craquer à nouveau ses doigts de mécontentement. Forcément, quand vous voulez questionner quelqu’un et qu’il se met à parler comme une commère, ça a le don de vous taper sur les nerfs. Il s’en foutait que le mioche ait un oncle qui s’appelle Sam, on ne l’avait pas embauché pour ça. Il allait s’apprêter à taper le gamin quand son collègue arriva en douce pour l’en empêcher. Message de men in black à men in black : Hein, hein, si tu touches à la marchandise, on n’en tira rien. C’est fou ce que ça cause des lunettes noires… Enfin, soit, le gamin ne sembla pas impressionné pour autant et reprit de plus belle.

« Dites, vous savez que vous faites mal votre travail ? Bah oui, des gardes du corps, c’est sensé me protéger, et non pas me ligoter ! Je comprends que je suis irrésistible et que vous vouliez me garder pour vous mais comprenez que j’ai une foule en furie à calmer. Et dire que j’ai eu l’audace de vivre sans femmes pendant tout un temps… Heureusement que Jamie m’a remis sur le droit chemin en me faisant quitter Gisèle. Mais ça, je ne lui dirai jamais ! Misère, il est encore trop jeune pour comprendre ce genre de choses vous savez ? Et puis, si je lui dis, il va attraper la grosse tête et ça ne va pas. Vous savez pourquoi ? Parce que JE suis celui sur qui tous les regards doivent converger et non pas Jamie. C’est vrai, il n’est pas aussi beau, que voulez-vous. Dès la naissance j’étais un parfait poupon selon ma grand-mère. Mon oncle aussi me l’a dit, bien que ça soit plus flippant quand c’est lui qui me l’avoue. Je me demande s’il ne serait pas attiré par le taureau qu’il y a à la ferme… Enfin, je parlais de ma naissance et non pas de mon oncle, c’est beaucoup moins intéressant vous en conviendrez ? Je suis né un beau mois de juillet, mes cheveux brillant comme le blé sous le soleil enflammé par ma venue des plus désirées. Et oui, déjà bébé, j’étais amené à devenir q.u.e.l.q.u.’u.n. Vous comprenez ? Truc, dis, tu me détaches ? »

Le mioche ne venait pas de le surnommer truc, n’est-ce pas ? Apparemment si puisqu’il recommençait. Maudit gosse, si seulement il pouvait le bâillonner… Hélas, ils n’en seraient rien si le petit ne pouvait pas parler. Pourquoi devaient-ils l’interroger miséricorde… Quel travail, il prendrait peut-être sa retraite après ces deux cas. Le gamin, pas impressionné pour un dollar, se mit à invectiver ses tortionnaires – gardes du corps tout en sautillant sur sa chaise. Il leur expliqua qu’il était une célébrité encore négligée mais que ça allait changer. Actuellement, il vivait sous sa couverture de fermier, histoire de ne pas attiser les regards de la presse. Il passait son temps à pourchasser les oies et à ramener le troupeau de moutons dans l’enclos mais tout ceci n’était qu’une couverture, hein. Vous comprenez ? Les deux hommes se massèrent simultanément les tempes. Dieu que ça allait être long…

« Et vous savez quoi ? Jamie est plus jeune que moi. Héhéhé, je suis l’aîné, je suis son maître, je lui apprends à devenir un homme, vous savez ? Bah oui, depuis Gisèle, j’ai compris l’art subtil de la parade nuptiale et j’ai choisi Jamie pour disciple. Je fais passer la famille avant tout et puis, il est à disposition pour mes expérimentations, nous habitons chacun l’un à côté de l’autre. Nos pères sont tous deux fermiers et on se débrouille très bien tous les quatre avec nos nombreux hectares. Grand-mère vient squatter de temps en temps, heureusement pas trop souvent car elle est chiante la vieille, mais sinon, on a une vie plutôt paisible. Bon, il faut bien entendu admettre que c’est pénible de devoir servir de protecteur au cousin à l’école, que voulez-vous, les autres le traitent de boulet. Mais c’est MON boulet personnel, n’à moi, pas toucher, il n’y a que moi qui aie le droit de le traiter ainsi. On est comme les deux doigts de la main et nos animaux de compagnie s’entendent bien, c’est bien la preuve, non ? Il m’a offert mon poisson rouge quand j’ai cassé avec Gisèle. Elle n’aimait pas Jamie et bon, j’ai dû faire un choix. Ce fut difficile mais je l’ai déjà dit, la famille avant tout. La preuve, si je suis ici, c’est bien pour la famille. En effet, nos pères voulaient faire un concours de la plus belle vache du coin. J’aurais pu rester à la maison pour draguer toutes les minettes du coin mais je ne pouvais pas me résoudre à laisser Jamie tout seul. Il se fout dans des ennuis pas possibles, vous savez ? Bah non, bien sûr que vous ne savez pas et… Dites ? Je ne reconnais pas l’hôtel, c’est normal ? Au fait… Vous ne seriez pas ce gars en noir qui se balade de temps à autre dans les couloirs ? Un portoricain j’crois, ou bien un… »

Le gamin n’eut jamais le temps de finir sa phrase car il fut assommé par le dit « portoricain » en question. Non mais, il avait une tête de portoricain peut-être ?!? Le type rajusta ses lunettes et refit sa cravate avant de détacher leur victime et de sortir de la pièce. Cette journée aurait vraiment été infructueuse. Ce gamin n’aura servi à rien et l’interrogatoire n’aura abouti nulle part. Tant pis, ils feraient avec mais pas une minute de plus avec cette pipelette sinon ils allaient devenir fous. Plus tard, le jeune homme se réveillerait et il se demanderait ce qu’il ferait là. Le coup l’ayant bien assommé, il aurait tout oublié et penserait qu’une femme diabolique et masochiste l’aurait ligoté avant de lui faire voir le nirvana. Autant dire qu’il s’en voudrait d’avoir oublié ça. Ne vous avions-nous pas dit que l’adolescent était commandé par ses hormones ? En voilà une nouvelle preuve…
by NES
▪▪ Et toi derrière l'écran, viens ici! ♫♫

ϡ Pseudo : NES
ϡ Age : 25
ϡ Niveau rp : 30-50 lignes
ϡ Disponibilité rp : ouh, euh?
ϡ Comment es-tu arrivé? Double compte powaa'
ϡ Un avis? Je suis le meilleur Cool
ϡ Code : Vérifié par Ruru

▌Date d'arrivée : 09/06/2011
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 463

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Je préviens d'office que la fiche sera terminée dans très très très longtemps mais bon, je ne pouvais pas laisser ryry sans nanat' *sbaaf*
▌Date d'arrivée : 31/03/2011
▌Commérages : 372

_________________

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Oh mon chaton des plages! Mon biquet tondu! Ma grenouille des îles! Mon piranha de mon cœur rien qu'à mwââ! Tu es làààà~

Eheh, j'ai hâte de lire ta fiche et de vite rp avec toi! Courage pour la rédaction Very Happy
▌Date d'arrivée : 09/06/2011
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 463

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bah oui le meilleur est arrivé Cool Et t'as vu? J'ai même déjà adopté la vague "nourriture" parce que forcément, en tant que star en devenir, je suis toujours à la page *erm* Bon, l'histoire a bien avancée mais je l'ai laissée sur ma clef USB et je ne la retrouve plus donc Rolling Eyes
▌Date d'arrivée : 09/06/2011
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 463

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Voilà, fiche terminée Ruru chou
▌Date d'arrivée : 09/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 1962

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Un gros n'importe quoi ton DC Rolling Eyes,
même remarque qu'à Ryry, j'aurai bien voulu lire un peu plus sur votre présence et votre arrivée à l'hôtel mais bon, vu que c'est un DC, on va dire que je serai moins intransigeante Wink Allez, je le valide le petit Matt.
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Matt McCravatt, un autre fermier dans la place