AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: L'hôtel avant la Folie... :: Le premier étage
 :: Les chambres
 :: Chambre 1408

 
L'antre du Diable... Info ou Intox? {Mini-quête}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Cette pièce est inoccupée depuis votre arrivée. Verrouillée à double tour, comme si le propriétaire y avait caché lourd secret, vous ne pouvez vous empêcher de vous interroger à son sujet. Cette pièce vous intrigue, elle vous appelle. Curieusement, quand vous passez à côté, de drôles de bruits s’y font entendre. Alors vous vous questionnez. Quelqu’un serait-il enfermé ? Serait-ce le propriétaire qui y planque sa réserve de rhum ? Quel épais mystère et vous comptez bien le résoudre ! Vous voilà embarquer dans une enquête de la plus haute importance. Mais dites-moi, la chambre 1408… Cela ne vous rappelle-t-il rien ? Une pièce maudite. Occupée par le Diable. Ouais, bof, pure coïncidence n’est-ce pas ? La curiosité est plus forte que la peur et vous vous retrouvez à nouveau devant cette étrange porte.

Elle est verrouillée et vous ne savez pas trop comment l'ouvrir. Comment crocheter cette serrure? C'est alors que des pas se font entendre dans le couloir... Vite, vite, il faut trouver une solution... Trop tard. Vous avez été repéré mais... Minute, c'est quoi ce regard en coin? Qu'est-ce que ces airs de connivence? Oh! Auriez-vous trouvé une complice pour votre épique aventure? Mais oui, il semblerait bien que cela soit le cas. L'union fait la force comme le dit l'adage. A deux, vous tentez de crocheter la serrure mais pas moyen... C'est alors que vous perdiez espoir que deux autres arrivantes viennent vous prêter mains fortes. Courage les filles, c'est ce soir ou jamais! Il est onze et trente minutes, parviendrez-vous à ouvrir cette porte avant minuit? Bah oui, on raconte que les pires choses arrivent à minuit alors... Prêtes pour l'antre du diable?


Concrètement, vous débarquez l'une après l'autre et vu votre intérêt commun pour cette mystérieuse pièce, vous décidez de vous prêter mains fortes. Dès que vous avez posté toutes les quatre, le prochain tour commencera. Aucun ordre particulier pour ce tour, à vous de trouver pourquoi vous êtes là et de tenter de trouver une solution pour ouvrir la porte. N'oubliez pas, si vous parvenez à éclaircir ce mystère avant dans deux semaines, vous aurez 300 flouzz de récompense en plus!
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 23
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She



Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

avatar



Cela faisait quelques jours déjà que Willow Lewis avait réservé sa chambre à l'Hôtel Dusk. Bien qu'elle avait prévu de partir le surlendemain si ce n'était le lendemain, elle se baladait encore dans les couloirs de l'hôtel pourtant confortable perdu dans une ville encore plus paumée. Pourquoi ? Elle ne le savait pas trop elle même, toujours un problème à la réception, un soi-disant vol de savon de bain auquel elle ne se souvenait même pas avoir touché et un problème étrange avec la caisse pour payer par carte qui avait désespérée l'étudiante sans possibilité de se trouver du liquide...

La jeune femme aux origines chinoises avaient donc trouvés diverses activités pour combler l'ennui. Si elle ne se baladait pas un livre à la main pour trouver le meilleur coin tranquille (elle avait trouvé en la buanderie, un endroit très sympa !), elle s'était mise à utiliser un appareil photo oublié dans sa chambre par l'ancien propriétaire. Parcourant ainsi les dédales de couloirs des différentes ailes du bâtiment ainsi que les différent étages, elle avait échoué plusieurs fois à l'aile ouest du premier étage en suivant un quelconque papillon ou en voulant comparer la différence de papier peint de son étage et de celui du dessus...

A cet étage, il n'y avait rien de spécial. Vraiment ? Et bien, non... Si on oubliait le tableau penché du fond et le papier peint de fleurs qui se décolle en bas de la porte de la chambre 1418, il y a une chambre .... louche. Enfin, comment nommer ça ? La première fois que la Chinoise y est passé, il y avait des bruits non identifiés qui y venaient ... Au début, elle ne s'y est pas trop attardé, puis la seconde fois, elle a tendu l'oreille pour essayer de comprendre sauf que là : plus rien !

Une fois encore, elle y retourne... Elle ne s'est pas trop pourquoi d'ailleurs, il commence à se faire tard et elle était remontée pour aller dans sa propre chambre (car les insomniaques sont regardés bizarres par le personnel fatigué) et non s'arrêter au premier. Pourtant, regardant telle un non invité les deux côtés du couloirs avec suspicion, elle s'était rapproché de la fameuse porte avec le numéro "1408" accroché dessus. Elle n'avait pas fait attention l'autre jour mais maintenant elle s'en souvient : 1408, le chiffre du diable ... Avec une histoire d'addition et de multiplication avec le nombre 22.

Pourquoi cette pensée ? C'est stupide ! Il y a sûrement dans beaucoup d'autres hôtel, ce numéro de chambre ! Oui mais ... avec des bruits bizarres qui se font entendre ? Ça recommence maintenant que Willow vient de s'en approcher... Ils semblent l'appeler ou du moins assez l'attirer pour qu'elle ose appuyer sur la poignet et d'ouvrir cette fichu porte ! Mais ... elle est fermée la saleté ! Et on a beau forcé, c'est comme si elle se moquait de vous ... La Chinoise commence à se rendre compte de l'étrange situation, elle devrait remonter pourtant, elle sent qu'il y a quelque chose là dessous et qu'il faut le découvrir !

Un bruit ! Enfin, autre que ceux de la chambre, pas loin, dans le couloir ... Quelqu'un arrive : a-t-il un lien avec la chambre ? Dans le fond, il y a d'autres chambres, ça se trouve, il vient juste se coucher, vu l''heure ça se comprend ... Mais on ne sait jamais ! Will se colle contre le mur face à la Porte et attend, un léger stress venant s'installer discrètement...
Invité
Invité


avatar



Quand j’étais arrivée à l'hôtel, j’avais remarqué une chambre étrange : la numéro 1408. Quand j’étais passée devant, j’avais entendu des bruits étranges, comme des coups donnés contre la porte. Quelqu’un y était-il séquestré ? Je voulais y aller pour savoir, savoir si je n’avais pas rêvé, mais j’avais peur. Et si les lieux étaient hantés ? Je me couchai sur mon lit, les yeux tournés vers le plafond. J’avais entendu une drôle d’histoire au sujet de cette chambre le lendemain de mon arrivée… Je me baladais alors dans les couloirs et j'avais entendu, derrière une porte, d'étranges ragots. On racontait que c’était l’antre du diable… C’était quelque chose de bizarre bizarre des additions et des multiplications. Sur le coup, je n'avais rien compris et, à vrai dire, je ne comprenais toujours rien...

J’avais peur de cette chambre et pourtant, je devais m’y rendre. Il était onze heure trente quand je me décidai enfin à me rendre sur les lieux. A cette heure là, la plupart des clients de l’hôtel étaient profondément endormis, ne songeant nullement à de pareilles inepties. Je pris une lampe de poche et quelques pilles de rechange dans un sac à dos. J’emportai également mon carnet et un stylo, pour pouvoir écrire au cas où il se produirait de totalement invraisemblable, car oui, ma mémoire me faisait souvent défaut et j’aurais bien vite fait d’oublier tout ce que j’avais vu ce soir-là.

La chambre 1408 se trouvait un étage en dessous de la mienne, aussi avais-je pris la peine de descendre les escaliers sur la pointe des pieds, pour ne pas réveiller les autres clients. J’avançai dans un long couloir sombre, le vieux plancher miteux craquait sous mes pieds, j’entendais des rires, des rires de démons, mais ce devait sûrement être mon imagination, comme d’habitude. Une silhouette se dessinait au loin, une silhouette longue et fine. Etait-ce là une créature de la nuit qui m’attendait pour m’emmener avec elle dans les ténèbres ? Non, je divaguais, ce n’était sûrement pas cela.

Je continuai à avancer vers l’ombre immobile… Lorsqu’elle m’aperçu, elle se plaqua contre le mur en face de la porte de la chambre 1408. Etait-elle, elle aussi, à la recherche de la vérité sur cette étrange pièce ? Je m’avançai, encore et encore. Les traits de celle que j’avais prise pour un démon se dessinaient petit à petit. Un visage jeune et fin avec des yeux bridés. Une étrangère en somme… Je décidai alors de me présenter.


CASSANDRA Bon-Bonsoir… Je-Je vois que je-je ne suis pas la-la seule à vouloir per-percer le my-mystère de ce-cette chambre…

Ce n’était pas vraiment une présentation, mais après tout, je n’étais vraiment pas douée pour ce genre de chose. Je me mis à la dévisager… Et si en fait c’était elle la propriétaire de la chambre ? Et si en fait, ces lieux n’avaient rien de mystérieux ? Je n’eu pas le temps de m’interroger d’avantages, que des bruits de pas se firent entendre dans le couloir… Qui allions-nous rencontrer ? Etait-ce, cette fois, un être maléfique qui nous voulait du mal qui venait à notre rencontre ? Une chose était sûre, si cela continuait ainsi, je n’allais pas tarder à faire une nouvelle crise…
Invité
Invité


avatar



Depuis son arrivée à l'hôtel, une chambre rendait curieuse Jaylynn. Pire que tout ce qui se passait par dans ce lieu étrange. En ce début de soirée, poussée par son côté mêle-tout, elle s'apprêtait à se rendre devant la chambre 1408.

Assise sur son lit, elle vérifiait le contenu de son sac en bandoulière. Carnet, stylo et crayon, pince, petit bout de fer, une bouteille d'eau remplit du robinet de sa salle de bain, des gants au cas où elle devait forcer la porte pour entrer et une lampe de poche. Tout y était. Maintenant, il fallait s'habiller pour passer inaperçue dans les couloirs. Elle mit un pantalon noir ainsi qu'un t-shirt à longue manche avec sa paire de basket, ses cheveux se retrouvaient avec un foulard pour cacher sa couleur non naturelle. Avant de passer la porte, elle chercha dans son sac sa paire de gant et les enfila. Franchissant la porte de sa chambre, Jaylynn se mit à marcher sur la pointe de ses pieds.

Dix minutes plus tard, à l'étage de la chambre mystérieuse, une voix se fit entendre.


CASSANDRA ▬ Bon-Bonsoir… Je-Je vois que je-je ne suis pas la-la seule à vouloir per-percer le my-mystère de ce-cette chambre…

Elle s'avança pour apercevoir deux femmes devant la porte, l'une plaquée contre un mur qui avait l'air plutôt stresser et une autre qui dévisagea la première. Donc Jaylynn n'était pas la seule à s'intéresser à cette chambre mystérieuse. Elle s'avança vers elle tout en souriant, dévisagent les deux premières. Une fille aux yeux bridées et une autre qui avait un comportement des plus étranges. Jay leur sourit toutes les deux avant de s'arrêter devant la porte.

Jaylynn - Que faites-vous ici?

La voix était sans appel, et la question demandait une réponse. Elle n'allait pas forcer la porte si l'une des deux vivait dans cette chambre, si? Quelques secondes après, des bruits de pas se firent entendre dans la direction opposés à celle qu'elle avait emprunté pour venir jusque là. La journaliste resta de marbre pour regarder qui arrivait. Une main dans son sac prête à sortir ce qu'il fallait pour forcer la porte.
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



    Ah bah tiens, si ça c'est pas une histoire à dormir debout! Une chambre hantée? Et puis quoi encore? Enfin réfléchissez... Hum, ok, j’admets que ça serait pas la seule chose impossible ici, les tas de coïncidences qui s'enchainent jour après jour, c'est pas franchement le genre de choses auxquelles j'ai tendance à croire. Non monsieur! Ce ne sont pas des coïncidences, je puis vous le certifier. Je n'ai évidemment pas de preuves, mais c'est quand même gros comme un pachyderme en surpoids! Oui, moi aussi j'adore mes pensées très imagées. Et la cloche - surnom acquis grâce aux abrutis décérébrés du collège qui s'amusent à faire des jeux de mots aussi pourris que les chicots d'un grand-père du Chili sur les noms - bref, la cloche, quand elle s'ennuie, elle ne sonne pas, elle fouine, elle fouille, que dis-je? Elle farfouille! J'ai donc entrepris de visiter de fonds en combles chaque pièce de cet hôtel. Et vous n'avez pas envie de savoir comment je m'y prends pour accéder aux chambres occupées par certains visiteurs. Oh bien entendu, il ne s'agit que de peu de chambres, mais j'ai osé, oui. En revanche, pour ce qui est du domaine du personnel, ça reste un mystère total. Aucun moyen d'y accéder. Dommage.

    En visitant un étage, un jour, j'ai fais comme à mon habitude : j'ai collé mon oreille au panneau de bois de la porte pour savoir si elle était occupée ou non. Pas un bruit. Encouragée par ce silence, j'ai tenté de l'ouvrir. Rien à faire, elle était verrouillée et je n'ai même pas réussi à en crocheter la serrure. C'est à croire que je ne suis vraiment pas douée avec elles. Au bout d'un petit moment, j'ai abandonné et ai filé à une autre porte. C'est à ce moment là que celle sue je venais de quitter se mit à bouger, comme si on cognait dedans de l'intérieur. Après trois nouvelles tentatives infructueuses à nouveau dans le silence, je notai mentalement le numéro 1408 en me promettant d'y revenir avec un tout autre arsenal. Mais l'idée a fini par me sortir de la tête quelques jours, je n'y ai plus pensé. Enfin si, une fois en passant devant, j'ai encore entendu des bruits, mais là j'étais occupée, donc je ne me suis pas arrêtée. Une autre fois, j'en ai parlé à Ruthel. Il a haussé les épaules en disant que certaines personnes se plaisaient à dire que cette chambre était l'antre du diable à cause de son numéro (une série de calculs vraisemblablement que je n'ai pas pris la peine de retenir). Mais selon lui, ce n'étaient qu'affabulations et foutaises des dégénérés qui peuplaient cet hôtel. Il m'a également recommandé de ne pas me mêler d'histoires trop louches pour mon bien, mais je commence à avoir l'habitude de ce genre d'attitudes gentilles avec lui!

    Mais ce soir, je m'ennuyais. Je tournais en rond, je ne savais pas comment m'occuper l'esprit. En farfouillant un peu dans ma mémoire, je me suis souvenue de cette chambre mystérieuse et me suis enfin décidée à l'inspecter. Je me suis armée d'un crochet de cintre et d'une lampe de poche pour seul arsenal final, n'ayant pas trouvé autre chose, et me suis rendue sur les lieux. Les lieux déjà bien occupés visiblement! Prise d'un doute, je me suis demandé si la chambre n'avait pas au final un propriétaire contrairement à mes informations. Bon, je repasserai plus tard... Je n'ai qu'à passer à côté de ces dames comme si je ne faisais que passer, comme si je ne me rendais pas ici. Mais... Qu'entends-je? Elles parlent de cette chambre ou je rêve? Une habillée comme un cambrioleur, une autre à peine stressée, encore une qui a l'air d'avoir voulu se planquer... C'est le rendez-vous du soir ou quoi? Et c'est pas comme s'il était minuit passé en plus... Et je fais quoi moi? Je vais les voir en disant "Coucou, c'est ici le cours d'entrée par effraction dans une chambre démoniaque?". C'est vrai que ça a l'air très fin...


    - C'est à croire qu'une idée est contagieuse! Bonsoir Mesdemoiselles. Il me semble que cette porte n'a qu'à bien se tenir! Quelqu'un a-t-il une idée?

    C'est pas forcément plus fin, mais ça semble moins... Brusque. Et puis en général, il vaut mieux ne pas passer pour une folle au premier abord, surtout face à de parfaits inconnus! Tout en parlant, je m'étais approchée du groupe et avais ponctué ma question de deux coups frappés contre le panneau de la porte en question.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395


Dernière édition par Le conteur le Ven 24 Juin - 13:36, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Vu qu'aucune action n'a été tentée pour ouvrir la porte, cette dernière reste fermée (pas de lancé de dés). Un lancé est octroyé à Alexis pour avoir "tenté" une action. Elle déterminera ce qui se passe de l'autre côté de la porte.

Résultat du lancé de dé pour le premier tour.

2, alors qu’Alexis indique à voix haute qu’elles sont parties pour éclaircir le mystère, une voix rauque se fait entendre de l’autre côté.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Dés du destin' :
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Il est désormais près de minuit, l’heure tourne et la tension monte. La porte est toujours verrouillée et vous êtes désormais quatre, prêtes à tout pour la forcer. Pourtant, aucune n’ose réellement un mouvement, comme si la peur de ce qui se cache derrière était plus forte que tout. Il faut croire que la jeunesse a plus d’hardiesse puisqu’Alexis Bell finit par prendre son courage à deux mains et toque à la porte. C’est alors qu’une voix rauque se fait entendre de l’autre côté. Les mots sont clairement prononcés, avec une voix à glacer le sang : « Vous ne pouvez plus rien faire pour elle… ». Serait-ce possible qu’une femme soit séquestrée dans cette pièce ? La tension monte, le mystère s’épaissit et il vous faut vite trouver un moyen pour entrer dans cette maudite chambre. Qui vous dit qu’il est vraiment trop tard pour sauver cette personne ?


Maintenant que les protagonistes sont présents, que le spectacle commence. Alexis a réveillé quelque chose de l’autre côté, quoi, c’est à vous de le découvrir. Vous avez donc clairement entendu une voix après les deux coups donnés par la demoiselle et un choix s’impose. Je continue ou je fuis ? Mais vous n’êtes pas des couardes, pas vrai ? Chacune a votre tour, vous pouvez tenter d’ouvrir la porte à l’aide d’un quelconque moyen, ustensile de votre choix. Je répète, seulement « tenter ». En aucun cas la porte ne doit s’ouvrir dans votre rp. Après chaque réponse, je passerai pour lancer le dé (deux lancés par personne, par tour). Le premier nombre obtenu déterminera si la porte a été ouverte. Le second nombre détermine une action derrière la porte (comme cela vient de se passer au tour précédent). Vous avez de nouveau une semaine pour poster. Pas d’ordre de passage déterminé. Bon jeu! Pour toute question, envoyez-les par mp au conteur Wink
Invité
Invité


avatar



Une jeune femme portant un foulard sur sa tête nous avait rejointes. Elle portait des gants. Pourquoi faire ? Pour tenter d’ouvrir cette maudite porte ?

JAYLYNN ▬ Que faites-vous ici ?

Elle s’était exprimée sans que je ne m’y attende, ce qui m’avait fait sursauter. Avant son arrivée, j’avais eu peur qu’elle ne soit pas humaine, qu’elle ne soit qu’un être démoniaque ne nous voulant que du mal.

Cassandra ▬ Hmm… Je pense que nous sommes toutes les trois à la recherche de la même chose…

J’avais à peine eu le temps de terminer ma phrase que de nouveau pas se firent entendre dans le couloir… Je retiens mon souffle. Qui allions-nous rencontrer cette fois ? Une jeune femme aux cheveux rouges nous fit face et s’exprima à son tour.

ALEXIS ▬ C'est à croire qu'une idée est contagieuse ! Bonsoir Mesdemoiselles. Il me semble que cette porte n’ait qu'à bien se tenir ! Quelqu'un a-t-il une idée ?

Alexis avait ponctué sa phrase de deux coups à la porte de la chambre 1408. Elle n’aurait pas dû faire cela, car une voix rauque s’était élevée de la pièce tout de suite après. Qu’avait dit cette voix ? Eh bien, à vrai dire, je n’avais rien compris… J’hésitai… Devais-je continuer ou fuir au plus vite ? Continuer signifiait peut-être que la mort se trouvait au bout du chemin, mais fuir ? Fuir était une preuve de grande lâcheté, non ? Si je fuyais, comment me regarderait mes trois compères ? Fuiraient-elles avec moi ? Non, je ne devais pas, je ne pouvais pas fuir.

Je sortis ma carte de crédit de mon sac et la glissai dans l’entrebâillement de la porte. Je dois bien avouer que j’étais réellement effrayée. Mon cœur battait à tout rompre, ma vue commençait à baisser, je n’entendais plus rien, je me mis à trembler. J’allais faire une nouvelle crise. Je ne devais pas, je devais résister.


CASSANDRA ▬ Allez !

J’attrapai la poignée de la porte et la secouai avec rage. Allait-elle s’ouvrir ? Si oui, qu’allions nous découvrir à l’intérieur de la chambre ? Son locataire ? Le diable en personne ? Une personne séquestrée par un tueur en série ? Une chose était sûre : rien de bon ne nous attendait derrière cette porte…
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395


Dernière édition par Le conteur le Sam 25 Juin - 14:23, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Premier lancé de dés pour Cassandra pour l'utilisation de sa carte de crédit.

Résultat :
3, La porte ne s'ouvre pas.

Avis aux autres joueuses,
à vous de tenter d'ouvrir la porte, Cassandra n'a pas réussi pour ce tour Wink
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Dés du destin' :
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 23
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She



Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

avatar



Alors que Will se plaquait sur le mur attendant la fameuse personne, elle cru qu’il s’était passé un siècle quand malgré le fait que le couloir soit sombre elle la discerna nettement : on devient nyctalope quand on est insomniaque ? Quoi qu’il en soit, elle voyait clairement cette femme aux cheveux courts, assez fine et qui lui rappela une femme qui était arrivée il y a peu … Elle l’avait déjà vu au second étage entrer dans la chambre 1459, à l’aile de l’ouest c'est-à-dire juste au dessus. C’était donc forcement ses pas sur le plancher grinçant que la Chinoise avait entendue au dessus de sa tête puis dans l’escalier du fond ... Comme elle ne connaissait pas son nom, Will la nomma mentalement : « la Cliente de la 1459 ». Cette dernière ne devait elle pas bien voir dans le noir car elle avait une lampe torche … et un calepin ? Pour noter quoi ? Dans le fond, dans des recherches, on a toujours besoin de noter des trucs … sauf Willow qui a juste un bouquin et qui vient tranquille …

Quoi qu’il en soit, elle ne savait toujours pas ce que la Cliente de la 1459 faisait là ! Avait-elle un lien avec la chambre 1408 ? Le regard qu’elle lançait à la Chinoise toujours pensive contre le mur en face donnait une toute impression … Plus de la gêne que de la malfaisance ! 1459 (faisons encore plus bref) éclaircit quelques points en s’adressant à elle timidement ou plutôt bégayement :


- Bon-Bonsoir… Je-Je vois que je-je ne suis pas la-la seule à vouloir per-percer le my-mystère de ce-cette chambre…

Donc elle était elle aussi attirée … « Mystère de cette chambre » oui, elle le nommait bien ! Alors que Willow était au point de répondre une autre personne se ramenait : c’est la fête ou quoi ? Encore une jeune femme mais cette fois non aperçue par Will, elle n’était pas très visible (et ça devait être le but) car elle était toute de noire vêtue tel une cambrioleuse professionnelle… La pensée qu’il y avait vraiment des gens de dingues dans cet hôtel réapparu dans la tête de Willow. La nouvelle arrivante (appelons la « La Cambrioleuse ») donc la Cambrioleuse demanda de façon direct :

- Que faites-vous ici ?
- Je vous retourne la question …
commença Will
- Hmm… Je pense que nous sommes toutes les trois à la recherche de la même chose… déclara timidement 1459.
- Et on est peut être plus … finit Willow en regardant une quatrième personne (Il n’y a pas une fête, vous êtes sûr ? Ou un canular ? Non ?) arriver dans le couloir.

Cette personne si, Willow l’avait déjà aperçue elle ne savait plus trop où d’ailleurs. Elle semblait normale et la Chinoise eut la drôle de pensée
*Comment je vais la nommer elle ?* La dernière arrivante (on va dire ça comme ça) dit avec entrain :

- C'est à croire qu'une idée est contagieuse ! Bonsoir Mesdemoiselles. Il me semble que cette porte n’ait qu'à bien se tenir ! Quelqu'un a-t-il une idée ?

Au moins, elle est directe ! Surtout que malgré le gêne, la peur, le stress et tout le reste qui planait elle allait toquer deux coups contre la porte du Diable. Elle déclencha un quelconque mécanisme ou plutôt alerta quelqu’un car une voix rauque, sombre et très louche se fit entendre :

« Vous ne pouvez plus rien faire pour elle… »

- Elle qui ? s’exprima sans trop s’en rendre compte Willow représentant sûrement la pensée générale.

Si quelqu’un était à l’intérieur fallait comme même faire en sorte de l’aider ! La Chinoise vu alors 1459 sortir sa carte de crédit, dire « Allez ! » pour se donner du courage avant de tenter d’ouvrir la porte avec la fameuse carte … sans succès ! Dommage … Regardant les autres et guidé par un quelconque besoin, elle donna un grand coup de poing dans la porte comme pour se défouler … Et gênée, elle déclara :


- Ça me démangeait … (et regardant la porte comme pour parler à un quelconque occupant) Car j’aimerais bien qu’elle s’ouvre cette porte !!
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395


Dernière édition par Le conteur le Dim 26 Juin - 17:20, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Premier lancé de dés pour Willow pour l'utilisation de sa carte de crédit.

Résultat :
5, la porte bouge et la serrure se brise. L’accès est désormais possible.

▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Dés du destin' :
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395


Dernière édition par Le conteur le Dim 26 Juin - 17:24, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Second lancé de dés puisque Willow a réussi à ouvrir la porte afin de déterminer la réaction de la voix par rapport à ce changement de situation (et surtout vu le grand coup retentissant qu'il y a eu).

4, alors que la serrure lâche et que la porte s’ouvre doucement, rien n’est visible dans la pièce. Pourtant, un râle effrayant se fait nettement entendre dans la pénombre.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Dés du destin' :
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Minuit moins cinq, l’heure tourne et la tension monte. La porte s'est enfin ouverte grâce aux efforts combinés des deux miss Lewis. Le silence règne, toutes les quatre s'observent avant d'entrer comme si l'une d'elles devait faire le premier pas. Jouer les braves pour que le reste suive le mouvement. Après tout, il ne faut pas traîner, une personne est en danger, n'est-ce pas? Ou bien serait-ce un piège? Qui sait réellement de quoi le diable est capable. En admettant bien entendu qu'il soit réellement là... La tension monte, le mystère s’épaissit et vous commencez à observer les environs. Rien. L'obscurité règne en maître mais vous savez que vous n'êtes pas seule. Un râle, inhumain, effrayant, malsain, se fait entendre. D'où vient-il? Pourquoi? Vos questions trouveront-elles des réponses?


Cassandra a essayé mais n'est pas parvenue à ouvrir cette maudite porte. Pourtant, Willow a réussi, sûrement que la serrure avait déjà été largement malmenée par l'intervention de l'autre demoiselle nommée Lewis. C'est ainsi que vous pouvez enfin entrer dans la pièce. Vous n'apercevez rien de prime abord mais un râle persistant et effrayant se fait entendre. Vu que la porte a été ouverte lors de ce second tour avant que les quatre intervenantes n'aient postées, le second tour prend fin. Toutes les quatre, vous pouvez désormais poster à nouveau. Dans votre réponse, il vous faut mener l'enquête, observer les environs. Suivant vos réponses, le conteur interviendra pour déterminer la suite des évènements. N'oubliez pas, vous ne pouvez pas voir la source du bruit étrange...
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



    Si j'avais toqué à la base, c'était simplement pour désigner la porte en question, je n'attendais pas franchement de réponse. Mais une voix s'éleva de derrière moi (puisque j'étais alors dos à la porte) et mes cheveux se hérissèrent sur ma nuque. C'était une voix à vous glacer les sangs, rauque et terrifiante.

    - Vous ne pouvez plus rien faire pour elle...
    - Elle qui ? dit l'une des "intruses"

    Gasp... Elle? Oui, qui ça elle? Mais il faut la faire sortir! Je ne sais pas qui c'est évidemment, mais c'est la paniiiiique! Si ça se trouve, elle n'est que blessée, elle n'es pas morte! Il pense juste qu'on n'arrivera pas à entrer assez vite! Mais... Minute. Si ça se trouve, je me fais juste un film à voir tous ces visages blanchir aussi vite que si on leur avait balancé du talc à la figure! Si ça se trouve... Je ne sais pas, peut-être que la nana voulait pas se faire couper les cheveux et que le coupe-tif a pris cette voix pour se donner un genre, pensant que les amies de la nana étaient venu plaider sa cause! Mouais... Un peu tordu, surtout à cette heure-ci. Une femme aux cheveux courts prit les choses en main. Ou plutôt, carte de crédit en main, elle tenta de forcer la serrure en glissant la carte dans l'interstice entre la porte et le mur. j'ignorais si elle avait une chance de réussir, mais il fallait faire autre chose : le type - ou la chose - devait croire qu'on était au courant que quelqu'un était dans cette pièce, on pouvait peut-être faire jouer ça à notre avantage? Allez, je vais tester mon talent en négoce, on sait jamais :


    - Hum, on sait qu'elle est là, tout le monde est au courant. Vous feriez mieux de vous rendre - et de nous la rendre avec - parce qu'un simple panneau de bois ne résistera pas bien longtemps à des assauts sérieux! Nous sommes nombreux derrière cette porte, vous ne pourrez pas vous échapper!

    Et là, je me tournais, totalement à l'impro, vers des demoiselles qui m'accompagnaient et leur chuchotai :

    - Allez-y parlez toutes en même temps pour qu'il y croie!...

    Enfin bon, ça passe ou ça casse pas, au mieux, ça marche. Sinon, j'aurais pas de réponse, ou pas celle que je veux. Au pire, on va toutes mourir. Bah, s'il refuse d'ouvrir, j'aurais qu'à défoncer la porte à gros coups de rangers, elle n'a pas l'air plus solide que les autres portes, à moins qu'elle ne soit blindée de l'intérieur. Seulement, je n'ai même pas eu à finir ma phrase, ni à me servir de mes rangers contre une porte visiblement pas blindée du tout : la jeune femme auparavant plaquée contre le mur avait violemment cogné contre le battant de la porte avec son poing. La serrure se disloqua et la porte s’entrebâilla. Elle avait marqué un point dans mon estime en tout cas. La faible ouverture de la porte ne laissait rien voir de suspect, et rien ne nous sauta au visage non plus. La tension montait, palpable. C'était très angoissant comme situation, et mon blabla n'ayant pas pu servir, je décidai de me rattraper en avançant la première dans cette pièce si effrayante de laquelle je parvenait à présent à distinguer un râle, une respiration rauque et glauque à la fois. Allez, croise les doigts ma vieille, si ça se trouve, tu vas sauver la vie de quelqu'un.

    De prime abord : une chambre normale. Un lit, des placards vides. Rien ne laissant penser que la pièce devant moi était occupée. Elle sentait le renfermé comme si personne n'en avait ouvert les portes ou les fenêtres depuis des mois et des mois. C'est assez désagréable et ça renforce l'impression de film d'horreur qui me pèse depuis avant. 'Fin bref, en plus il fait super sombre, même si on a une lampe de poche, ça rend la scène vachement angoissante. Je n'imagine même pas quelqu'un de cardiaque dans ma situation. On dirait juste que je glisse la tête dans le collet, mais à part ça, tout va bien.


    - Sinon, moi c'est Alexis, et vous? Ca vous dirait de prendre le thé avec moi quand on sera toutes en enfer?

    Ouais, j'ai osé.
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 23
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She



Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

avatar



Spoiler:
 

Son intervention de rage semblait avoir marché car la porte s'ouvrit ... tout simplement. Willow fut la première surprise. Certes, elle était celle qui connaissait le mieux sa force sous sa fragile carrure mais elle ne s'attendait pas à l'ouverture de cette Chambre du Diable. Sûrement que 1459 avait déjà esquinté la porte avec sa carte et les "menaces" de la Jeunette *On va la nommer ainsi, elle semble être lycéenne ou truc du genre* avaient peut être affaiblis psychologiquement et physiquement la porte et le gars à la voix louche de la chambre ...

Se regardant, c'est la Jeunette qui prit les devant suivit par Willow qui voulait mettre un terme à ses inquiétudes et surtout sa curiosité. Bien que la chambre était plongé dans le noir et que -pire !- un râle voulant être effrayant et glauque se fit entendre quand le groupe entra, la Chinoise ne semblait pas inquiète. Enfin, elle se surprenait elle-même par ce sentiment, elle voyait en cette pièce un canular, elle était plus poussé par la curiosité et voulait juste qu'on arrête de se foutre de sa gu**le !

L'Antre du Diable n'en était pas vraiment une, ressemblant à la plupart des chambres de l'hôtel sûrement avec un lit simple fait, des placards vide comme le montraient le fait qu'ils soient ouvert. A l'inverse, la porte et les fenêtre devaient rester fermer depuis un bon bout de temps. L'étudiante retroussa son nez, tic quand elle sentait une odeur désagréable. C'était le cas ici, ça s'entait le renfermé et on se demandait d'où venait la voix de l'enfermé ...

Alors qu'elles s'avançaient peu à peu dans la chambre, suivant la Jeunette, cette dernière se retourna et loin des paroles prévisibles en une telle situation, elle dit avec naturel :


- Sinon, moi c'est Alexis, et vous? Ca vous dirait de prendre le thé avec moi quand on sera toutes en enfer?


La Chinoise s'était arrêtée en entendant la dénommée Alexis mais surtout par la surprise de cette proposition. Pas qu'elle soit mauvaise, au contraire, elle apaisait la situation. Après avoir regardé les deux autres femmes comme pour voir leur réaction, elle regarda avec un sourire Alexis et commença sa mini présentation en tendant la main :

- Willow. Et le thé ... je veux bien. On se fait ça demain après avoir trouvé la "Voix"... ?
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395


Dernière édition par Le conteur le Mer 20 Juil - 18:13, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



La porte a été ouverte donc il n'y a plus qu'un seul lancé de dés. Vu qu'aucune "action" n'a été menée à proprement parlé, il n'y aura qu'un seul lancé pour vous deux mesdemoiselles.

Mwhahahaha, excellent. L'une des plus sanglantes propositions red: J'aime.

6. Les demoiselles pénètrent dans les lieux et entament leur recherche tout en discutant normalement lorsque la voix se manifeste. « Un thé sanglant accompagné de petits doigts de pied en condiments. Hihihihi ». Ce chant malsain résonne dans la pièce, vous enivre et finit par stopper brutalement. Une petite fille apparaît derrière la porte de la salle de bain, couverte de sang, et vous sourit à travers son flot de larmes. « Vous aussi, vous venez jouer ? » puis disparaît en claquant la porte derrière elle.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Dés du destin' :
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar




L’heure tourne, l’horloge affiche désormais minuit passé de douze minutes. La porte a finalement été ouverte après maints efforts et nos enquêteuses ont pénétré les lieux. Il faut se hâter, il faut sauver cette femme car après tout, il ne peut réellement pas être trop tard pour elle, n’est-ce pas ? Tâchant de faire fi de la tension palpable, deux demoiselles bavardent tranquillement, comme si de rien n’était, mais leurs cœurs palpitent à l’unisson. C’est alors que la porte de la salle de bain s’ouvre, laissant apparaître une petite fille en pleurs, couverte de sang sur le visage. Son œil droit lui est désormais inefficace puisqu’il a été entaillé par la mystérieuse voix. Ses cheveux lui collent au visage, comme si on l’avait plongé dans de l’eau pour la noyer… Elle vous regarde, vous sourit et termine par dire « Vous aussi, vous venez jouer ? » avant de claquer la porte de la salle de bains.


La révélation est troublante, choquante. Qui est cette gamine ? Est-ce le « elle » mentionné par la voix ? Ou bien autre chose ? Pourquoi tout ce sang ? Ni une, ni deux, vous voilà face à un nouveau problème que vous devez résoudre. Qui osera pénétrer dans la salle de bains en premier ? Vous avez une semaine pour répondre (et cette fois-ci, je serai plus attentif pour la fin du tour qu’au précédent). La première à poster devra arrêter son post à l’ouverture de la porte. Elle ne pourra pas désigner ce qui se cache derrière. Je lancerai le dé pour désigner la suite des évènements. La seconde pourra ensuite poster et ainsi de suite. Bon jeu.
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



    La jeune asiatique qui m'avait la première suivie dans cette chambre si mystérieuse stoppa net à ma proposition. Je ne peux vous nier qu'à cet instant, j'en ai éprouvé une intense satisfaction. Mouahaha! J'ai le pouvoir d'immobiliser les gens à la seule force de ma voix! N'est-ce pas subtil comme manière de procéder? Quel art je possède de placer des phrases aussi incongrues dans des situations opposées mais qui les valent! Je sens que Nathaniel serait très fier de moi à cet instant, bien qu'il soit un peu barge. Enfin peu importe, ne sommes nous pas tous un peu dézingués? N'avons-nous pas tous un soupçon de folie? Moi, je l'affirme haut et fort! Je n'en démord pas, j'ai mon grain de folie, mais vous ne saurez pas quelle taille il a, je le laisse s'exprimer de temps en temps, c'est tout. Histoire qu'il n'enfle pas trop...

    Mais revenons à nos moutons, ne sommes-nous pas en cet instant au beau milieu d'une scène digne des plus grands thrillers de l'histoire? Ou bien d'un grand comique, selon ce qui nous attend véritablement dans cette chambre. Imaginez... Une chambre sombre et sentant le renfermé, à minuit... La porte enfoncée et quatre jeunes femmes seules pour affronter ce que cache cette chambre au chiffre maudit : 1408. Des bruits étranges parviennent nuit et jour de cette chambre, elles ont décidé d'élucider ce mystère, quel qu'en soit le prix. Pas mal non? Ca ferait un super film je trouve. Modifions à présent un peu le scénario... Ajoutons une bande d'ado boutonneux qui se cachent derrière le canapé pour leur foutre la trouille de leur vie et se prennent à la place la raclée de leur vie de la pars de gonz' qui ont défoncé une porte à mains nues? Ca change sacrément la donne hein? Je sais, ne m'applaudissez pas, je vais tout toute façons devenir réalisatrice-chanteuse-actrice-infirmière-maitressesuprêmedumonde-superhéros-magicienne-mèreaufoyer-flic-pilotedechasse-tireused'élite !

    BREF! La chambre était, comme je l'ai dit plus tôt, une chambre d'hôtel non utilisée à première vue. Placards vides entrouverts, lit fait, objets parfaitement rangés à leur place, odeur de renfermé, ... Rien qui ne laissait présager de l'identité de l'occupant de la chambre, si occupant il y avait toutefois. Je me tournai alors vers les autres demoiselles, l'air de dire "heuuuu, et on fait quoi maintenant?" mais ce fut la jeune asiatique qui me tendit la main pour répondre à ma plaisanterie :


    - Willow. Et le thé ... je veux bien. On se fait ça demain après avoir trouvé la "Voix"... ?

    J'ouvris la bouche pour répondre que ce serait avec joie, mais un grincement dans mon dos attira mon attention. Le grincement cynique d'une voix qui répondait à mon appel en eccho à la réponse de Willow. Glaciale, terrifiante. J'en eus des frissons dans le dos rien qu'à l'entendre.

    - Un thé sanglant accompagné de petits doigts de pied en condiments. Hihihihi.

    Par réflexe, mes propres orteils se recroquevillèrent dans mes chaussures d'où partit le frisson qui remonta le long de mon échine. Je vis alors une fillette s'encadrer dans la porte de la salle de bain. Son aspect était aussi misérable qu'un chiot boiteux orphelin et sous la pluie, si je puis dire. Des mèches de cheveux humides barraient son front, collées en tous sens, les traces de sang qui ornaient son visage étaient effacées aux endroits où ses larmes coulaient, que ce soit de son oeil valide ou de l'autre, entaillé. Pourtant, c'est avec un sourire qu'elle nous accueilli en disant d'une petite voix :

    - Vous aussi, vous venez jouer ?

    Et la porte de la salle d'eau se referma sur elle dans un grand bruit de claquement. Le temps que toutes ces informations montent et s'organisent à mon cerveau, une seconde s'écoula. Puis, la colère s'empara de moi : une petite fille était séquestrée ici contre son gré, battue et torturée visiblement. Pire encore : tout ce qu'elle avait subit l'avait peut-être rendue folle! Ce qu'elle disait, son sourire, tout ça n'avait aucun sens au vu des blessures qu'elle portait! Elle était probablement manipulée par son ravisseur et ne savait plus où étaient le bon sens et la douleur. Ni une ni deux, j'avançai d'un pas vif vers la porte à présent close, ne sachant ce que je pourrais bien trouver derrière en murmurant un petit :

    - Par les couilles de ma grand-mère

    rageux. Une fois à bonne distance de la porte, mes pieds armés de Rangers entreprirent de nous ouvrir la voie en un violent "high kick".
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395


Dernière édition par Le conteur le Lun 25 Juil - 18:07, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Le lancé de dés déterminera si la porte est ouverte et l'action qui suivra. Un seul lancé donc.

Mwhahahaha, le hasard ne vous gâte vraiment pas. Si ça peut vous rassurer, aucune solution n'était souhaitable.... red:

6. Le coup d’Alexis n’a pas réussi à ouvrir la porte de la salle de bain, malgré la force qu’elle y a mis. C’est alors qu’une voix rauque s’élève « Patience mes mignonnes, votre tour viendra. Chaque chose en son temps ». Seulement, la voix ne vient pas de la salle de bain. Non, elle vient de derrière vous et la porte d’entrée, la seule chose qui vous reliait au couloir et au salut, se ferme avec fracas. Bon sang, où est l’agresseur ?
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Dés du destin' :
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
L'antre du Diable... Info ou Intox? {Mini-quête}