AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: Signez le registre! :: Fiches refusées

 
John Smith [Terminé...?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité


Dernière édition par John Smith le Sam 24 Sep - 17:48, édité 11 fois


avatar








John
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥Smith

Prédéfini -- Inventé ♫♫♫♫♫♫♫♫
by NES
by NES
▪▪ Alors, l'ami, prêt à nous dire qui tu es? ♫♫

ϡ Age 20 ans
ϡ Métier Policier
ϡ Nationalité Américaine
ϡ Lieu de naissance Hartford
ϡ Date de naissance 24 décembre 1989


ϡ " Seuls les Super-héros peuvent s'offrir une vie en couleur. "
(c) Alan Moore Crédits
Bercé dans le culte de Captain America, Superman et j'en passe, le terme "d'héroïsme" au sens fantastique du mot, peut prendre un ton relativement réaliste pour notre jeune policier.
Pas de grande cape rouge ondulant au vent, ni de regard-laser mais, une jolie plaque de fonction et un moral à tout épreuve. Comme quoi, il en faut "peu" pour faire un héros.
De loin, c'est juste ridicule. "Tu veux être quoi toi?" -Un héros bien sûr!- y a de quoi cataloguer comme le gars qui n'a pas su dépasser les dix ans d'âge dans sa tête. Car, en effet, John est parfaitement le genre de bon pote qui, lors d'un rendez-vous important et sérieux entre adultes, se chargera avec brio de faire naître le malaise en se ramenant avec un T-Shirt au gros logo de Superman sur les deux faces, parmis les gens en smoking.
"L'est pas méchant hein, seulement limité" pensera-t-on.
Il est vrai que John est difficile à prendre. Il faut savoir le bouger quand celui-ci n'en a pas envie (et s'il n'a pas envie, il ne bougera vraiment pas), et une fois qu'on a réussi à le faire se déplacer, il faut savoir le maîtriser pour limiter la casse. Toujours pas assez ou trop. Dans l'exès le jeunôt, dans l'exès.
Trop impulsif, il se laisse facilement submerger par ses émotions et il devient compliqué de trouver LE neurone encore en fonction pour calmer tout ça. Une personne est en danger? Il fonce, tête baissée. Malgré le fait qu'il soit tout seul/blessé/non armé/ou en possession de tout autre désavantage. Un jour, il y perdra des dents. Pour l'instant, seulements quelques blessures mineures sont à déplorer. Certes, il n'est pas mauvais de jouer les héros, mais de manière non réfléchie on récolte bien plus des pains que des fleurs. "Réfléchiiiit avant de taper!" et non, avec son regard à la "j'entend-du-vent-qui-passe-dans-ma-tête" et son grand sourire, le message n'est visiblement pas passé. A la fois desespérant ou comique, on ne sait plus trop s'il tient du héros ou du clown de compétition.
Pourtant, ce n'est pas sans volonté qu'il s'essaye à faire le héros. Simplement que ça ne se passe jamais comme il l'espérerait. De plus, qu'est-ce-qu'un héros, passé les pouvoirs? Même si Batman était loin d'avoir des pouvoirs... mais nous nous égarons avec ces héroïques comparaisons. Un héros est une personne qui sauve les autres, sans distinctions. Ainsi, John se trouve être une personne d'une grande tolérance. Quelle que soit la couleur de peau, appartenance sociale, attirance sexuelle, notre policier ne voit pas la différence. Tel Superman il se portera au secours de toute personne dans le besoin... ou qu'il croira être dans le besoin.
Un héros est une personne qui rend le sourire aux gens. Donc, lui, personne relativement sympathique, s'essayera à cela. Et si ces débilités inconscientes ne marchent pas, peut-être que ses blagues le pourront. Peut-être.
Comme quoi, au premier abord, on pourrait le croire relativement égoïste et nombriliste à se prendre pour le héros "si fort, si beau, si malin" et tout ça, mais il est en réalité capable d'une grande générosité.
Et enfin, quel est le dernier point qui fait un héros?
Un héros est admiré. Un héros est placé comme exemple. Un héros est entouré.
Et son envie d'héroïsme peut témoigner d'une potentielle solitude. Peut-être John se sent-il trop rapidement seul, et se trouve donc le besoin d'attirer les autres. Sauf qu'il y a les gens qui s'en sortent très bien, avec leur charisme, leur intelligence, leur bonté. Et d'autres... qui s'y prennent comme des manches à balais aveugles et estropiés. John est de ces derniers. C'est bien beau de vouloir être entouré mais, lorsqu'on ne sait pas comment s'y prendre, cela fait des bavures.
Il se trouve malheureusement trop présent. Trop bruyant. Trop inconscient pour pouvoir être réellement capable de s'entourer comme le ferait un héros. Au final, on le remerciera pour l'aide qu'il aura réussi( par chance ? ) à fournir, mais on évitera de rester à ses côtés sans avoir prit une bonne aspirine auparavant.
John n'abandonne pourtant jamais. Tant d'optimisme et de persévérance frisant...ahem non, passant au stade de l'idiotie. Enfin, cela pourrait l'être... s'il n'en était pas conscient. Et bien non, contrairement à ce que l'on croirait, John est tout à fait en conscience de ces moments de "loose" les plus complètes. Il se dit juste que si on passe sa vie à attendre sans agir, on ne fait plus rien de ses mains. C'est une philosophie de vie qui, une fois comprise, peut sembler tout à fait logique.
De toute manière, John pense bien qu'à force de s'inspirer des idoles de son enfance, il pourrait bien atteindre leur niveau...
...non?
by NES
▪▪ Ouvrons une page de ton histoire ♫♫

-PAN! T'es mort!-

Son histoire commence lors de sa mort...

-Attends! Je peux pas être mort! Je suis le Shérif!-
-N'importe quoi! On a dit que t'étais l'Indien!-
-Non non non! Je suis le héros de l'histoire!!!!-
-T'es le plus jeune! Ou tu fais l'Indien, ou tu fais la fille en detresse!-
-Pas question!-

...dans un jeu de Cow-boy avec ses frères.

James et Peter, voilà comment qu'ils s'appelaient, les deux aînés. Et la dispute se passa comme à l'ordinaire. Elle se finit en roulade dans la terre, à tirer les cheveux et à mordre ce qui passait. John, aussi jeune qu'il soit, était sans conteste le plus hargneux.
Et, cette fois-ci comme les autres, ce fut leur mère qui les arrêta. Ils se sont relevés et ont fixés leurs baskets tandis qu'elle les réprimandait de l'état dans lequel ils avaient mit leurs vêtements avant de les renvoyer dans leur chambre.
John, aussitôt sa porte fermée, fila dans sous son lit, il en sortit un grand bac de plastique contenant des comics a en exploser, alors que, des années plus tard, il y aurait des magazines d'un tout autre genre cachées sous son lit.
Il en saisit un, presque religieusement, d'un de ces héros préféré. Le héros des héros. Superman. Assit en tailleur sur le sol de sa chambre, il tournait les pages imprimées de la bande-dessinée, son imagination d'enfant s'évadant.
Il se voyait aux côtés de Superman. Comme un acolyte. L'aidant à se battre face au maléfique Lex Luthor ou à l'effrayant Metallo. Puis, petit à petit, il prendrait de l'expérience de ces combats et il deviendrait lui-même un héros!
Il fut coupé dans ses héroïques projets par la voix de sa mère qui l'appelait pour le diner.
Tous les petits garçons ont un jour rêvé d'être un héros.
Lui, il ne s'en est jamais détaché.

Le matin, il quitta la maison avec ces deux frères, cartable sur le dos. Il alla pour marcher sur la pelouse à l'avant de la maison, lorsque sa mère, à la fenêtre, le réprimanda. Puis, voyant que ses aînés avaient déjà enfourchés leurs vélos, il se mit à courir pour attraper le sien qui arborait fièrement les couleurs des USA. Il se mit à pédaler de toutes ses forces pour rattraper les plus grands. A leur vitesse habituelle, ils traversèrent la petite banlieue résidentielle d'Hartford, dans le Cunnecticut. L'école primaire du quartier n'étaient pas bien loin, d'où le fait qu'ils s'y rendaient seuls.
A l'école, on disait de John qu'il était bien trop dissipé. Il est vrai que son attention avait facilement fait d'être absorbée par ce qu'il se passait au delà de la fenêtre de la classe. Et, à la récréation, quand ses amis parlaient:
-Moi, je veux être un joueur de Baseball pro!-
-Moi, je serai un héros!-
-Héros, c'est pas un vrai métier ça!-
Alors, John gonflait les joues et se vexait. Parfois même, il donnait des poings. Il n'aimait pas qu'on se moque de ce qu'il admirait. S'il voulait être un héros, il le pourrait!
Il arrivait aussi que parfois, il voit une petite fille se faire tirer les cheveux ou embêter de quelque manière que ce soit par d'autres garçons, alors, aussitôt, il fonçait, même s'il était seul. Souvent, il revenait couvert de bleus et de coupures.
-Jo'! T'es un idiot- Lui disait Peter.
-Non! Je suis un héros!-
Et l'autre ne voyait pas quoi répondre face à l'air déterminé du plus jeune.
-... Si tu le dis.-
Il n'en fallait pas plus pour décrocher un sourire rayonnant de John.

Longtemps, il réfléchit avant de choisir un "vrai" métier qui ne soit pas celui de héros. Un jour, après avoir lu une énième aventure de Superman, le petit blond arriva en courant vers son groupe de copain.
-Je sais ce que je vais faire! Je serai aviateur!!!-
-Aviateur?-
-Ouai! Un aviateur militaire! Comme ça je volerai dans le ciel comme un oiseau!!- expliqua-t-il en tendant les bras -Et avec ma mitrailleuse je défendrai le pays et le sauverai des ennemis! Panpanpanpanpan!!!!! -
C'était un avenir qui aurait pu lui convenir. Il sauverai la patrie en volant parmi les nuages, tel un super-héros. Pas de pouvoirs, mais une bonne carlingue de métal. Du moment que le résultat et le même, ça compte non? C'est ainsi que John partit sur cette première idée de métier, il inventait les exploits qui perpétuerait dans le ciel, sous le regard admiratif de ses copains. Oui, il était fier d'avoir trouvé.
Pourtant, un jour, tout s'est écroulé.
Il ne sait plus vraiment à partir de quand. Peut-être quand il est allé voir son père en se plaignant qu'il n'arrivait plus à lire correctement ses comics. Peut-être lorsque sa mère l'a emmené chez un "médecin des yeux". Peut-être lorsqu'on l'a amené chez un opticien. Peut-être lorsqu'il est rentré à la maison avec une paire de lunettes nouvellement achetée bien vissées sur son nez.
Des lunettes.
Oui, des lunettes.
Et il se rappelle très bien de son premier dîner en famille avec ses nouvelles compagnes oculaires.

-...ppffff...-
-Arrête de rire!-
Un silence.
De trois secondes.
-..mmpfff ! ...-
-Ne te moque pas!!!-
- mais je...ahaha...rigole pas ..- Puis son frère éclata de rire.
-C'est pas drôle!-
-... T'as un air d'rat de bibliothèque...-

John aurait bien lancé le contenu de sa cuillère, une bonne purée fait maison, au visage de ses frères si son père ne s'était pas mit à toussoter pour rappeler à nos si énergiques garçons qu'ils étaient présentement à table avec leur parents et que tout débordement de comportement pouvait se terminer en une jolie punition.
Le calme revint et le repas se termina en silence.

A l'école, il avait été tout fier de dire à son professeur qu'il voulait devenir aviateur. Mais, quand celui-ci le regarda avec un sourire désolé en plus expliquant que pour devenir aviateur, il fallait être titulaire d'une très bonne vue, le petit John se décomposa.

Et hop, retour à la case départ.

Il resta plusieurs jours. Plus d'une semaine peut-être, à taper du pied dans les cailloux en réfléchissant à ce qu'il pu faire comme métier héroïque sans que sa vue baissante ne pose de réel problème. Avant de repartir à ses activités habituelles. Il avait le temps de réfléchir à son orientation après tout, il n'était encore qu'un enfant.

La révélation se fit quelques années plus tard.

John entrait alors tout juste dans l'adolescence. Il avait des occupations de son âge, entre les entraînements de baseball du collège, les courses de vélos dans les environs avec ses copains, ou bien quand ils essayaient d'observer discrètement dans les filles dans leurs vestiaires.
Malgré les années qui s'écoulaient lentement, John restait toujours aussi passionné par l'univers des Super-Héros et sa collections de comics n'en faisait que grandir.

Ce jour-là, il avait été voir ses copains, mais, pour une raison dont il ne se souviendrait sans doute plus à présent, ils avaient voulu rentrer chez eux en passant dans un quartier dit "difficile". Eux, ils avaient pas fait attention, les garçons avaient juste trouvé que les murs des maisons étaient plus décrépis qu'ailleurs, sans plus.
C'était un peu lugubres, mais, ils étaient des garçons, ils se laissaient pas impressionner par si peu!
C'est alors qu'ils assistèrent à une scène, qui fut l'effet d'une véritable illumination pour le jeune John.
Il y avait une femme, non loin. Un homme passa à ses côtés et attrapa son sac avant de se mettre à courir alors que la dame criait. Soudainement, un policier en uniforme arriva et se saisit du vile voleur, le plaquant contre un mur fermement et lui passant les menottes aux poignets.

Un héros.

Un héros!

Un vrai!

C'est ainsi que John se lança dans la voie de policier.
Et cette fois-ci, sa vue ne poserait pas de problème. De plus, il pourrait enfin mettre en application ce qui lui avait fait promettre son père, de sauver la veuve et l'orphelin, et le petit John avait promit, sans que son géniteur ne se doute que son rejeton prendrait cette promesse autant au sérieux.

Sa famille fut bien fière de lui. Il deviendrait un gardien de la paix après tout! Le premier de la famille! Quoique les plus âgés ne purent s'empêcher de le comparer au grand-père, ancien militaire des USA de la Seconde Guerre Mondiale. Quelque part, ils trouvaient que c'était la même chose.

Pourtant, l'enthousiasme et la fierté retomba lors d'un repas familial. C'était Thanksgiving, le père avait coupé la dinde et ils avaient commencé à manger, parlant et riant, simplement. John avait alors seize ans.
-Hé Jo' , tu veux encore de la dinde?-
-Ouai ok! ... Ah et au fait je suis gay.-
Les bruits de la table cessèrent. John ajouta :-Sinon Mom' tu peux me passer le plat de pâtes s'il te plait?... Mom' ?-

On ne sait plus si c'est la crispation subite suivie d'une couleur faciale verdâtre du père, ou le visage de la mère qui tomba soudainement dans son plat qui surprit le plus après l'annonce. La grand-mère, par contre, se mit à rire :-Je le savais! Je le savais!-

Finalement, le père conclu comme accord de ne rien dire, du moment que John ne lui en parlait plus, et sa mère l'accepta car elle préféra penser "du moment qu'il est heureux". Ses frères n'osèrent pas le charrier à ce sujet, après tout, qui sait comment leur père aurait pu réagir en les entendant.

Heureusement pour la figure génitrice, John se trouvait plus occupé à travailler ses muscles en vue de sa future carrière de grand policier plutôt qu'à lui parler de son orientation sexuelle. Et cette fois-ci, il s'accrocha le John. Se serait mentir de dire que le jeune n'avait aucune volonté, bien au contraire. Il montrait une détermination de fer que rien ne semblait pouvoir ébranler. Si bien qu'il finit par l'obtenir, son badge et son uniforme. Il pu même aller en service dans la grande ville de New York. La Grande Pomme où se cachaient foule de criminels qui n'attendaient que lui!
Il pourrait être enfin un vrai héros. Vrai de vrai.
...Enfin presque.

Car il n'est pas facile de supporter l'humeur énergique du jeune américain, pour ne pas dire que c'est une chose "impossible". A la fois trop dissipé et trop actif. Ses co-équipiers avaient tendance à s'arracher les cheveux. John avait même cru en entendre certains supplier leur supérieur de changer de partenaire. Le jeunot pensait juste que c'était à cause de son charisme tellement héroïque qu'ils ne pouvaient le supporter.
C'était vrai... dans une certaine mesure.
Quel est le partenaire qu'il a gardé le plus longtemps dans ses débuts?... Un vieux de la vielle à moustache, qui finit par craquer au bout d'une semaine et trois heures, avant d'annoncer à leur supérieur que, ou il changeait, ou il lui tirait une balle dans la tête pour lui faire fermer sa gueule une bonne fois pour toute. Et sans doute qu'il n'était pas le seul à avoir ce genre de pensées envers le John.

Finalement, on lui attribua un certain... Arthur Clifford. Première rencontre, John tomba sous le charme. Il était LE flic. Le policier qui n'a rien à se reprocher. L'exemple à suivre. Si quelqu'un lui apprendrait à tenir les ficelles du métier et ainsi à devenir un vrai héros, ça serait lui!
Ainsi commença une relation entre maux de tête pour le britannique et grands rires pour l'américain. Le jour et la nuit, les deux.
D'ailleurs, John ne semble toujours pas avoir comprit que cette affectation était loin d'être une joie pour le Arthur. Chut, laissez lui croire.
Et puis, au bout d'un certain temps, sans savoir si cela venait des soupirs (exaspérés) du Cop' Clifford ou du fait de se faire remettre à sa place, le coeur de l'américain flancha . Certes, son partenaire était bien loin de l'archétype de la-demoiselle-en-détresse-qui-a-besoin-d'un-héros-pour-la-sauver mais (c'est la crise, on fait avec ce qu'on a) qu'importe! Il était son genre! Et comme chez John, on est loin d'être doué pour le relationnel, cette affection se fit sentir par le fait qu'il fut encore plus présent (ô malheur) ,bruyant (ô ciel) et énergique (ô ciel qui nous tombe sur la tête). Que du bonheur (en toute ironie).

Quelque part, John mettait de la bonne volonté quand Arthur essayait de le former. Mais, quand on est atteint d'une dégénérescence héroïquement neuronale, rien n'y fait. Pour cette raison peut-être qu'il libéra le français que son collègue venait de coffrer, malgré le fait qu'il n'aimait pas les regards que lançait ce dernier à Arthur. Il n'était qu'un nudiste en cavale, il n'avait perpétué aucun crime grave, John ne voyait pas la raison de cette arrestation. Mais, lorsque son co-équipier sonna la chasse-au-français-nudiste, l'américain ne fut que (trop) heureux de conduire (comme un fou) leur voiture de fonction. Hé! C'était comme dans les films de flics à la télé!

Deux claquages de portières plus tard, les deux entrèrent dans cet étrange hôtel dans lequel le français se serait réfugié.

... Ils n'en sont toujours pas sortis.

Il faut dire que son partenaire semble particulièrement méfiant envers cet endroit. Et si Arthur a un pressentiment, c'est qu'il est vrai! Donc ils restent à fureter dans les lieux. La seule chose qui dérange vraiment John, c'est de ne pas avoir de quoi recharger sa console quand les heures se font trop longues. A part ceci, cette inspection approfondie des lieux lui permet de rester avec son cher britannique... Que du bonheur pour le John.

by NES
▪▪ Et toi derrière l'écran, viens ici! ♫♫

ϡ Pseudo : Appelez moi comme vous le souhaitez
ϡ Age : 18 ans
ϡ Niveau rp : vraiment vraiment très moyen...
ϡ Disponibilité rp : Tout dépendra de l'activité irl. J’essaierai d'être la plus présente possible.
ϡ Comment es-tu arrivé? Prise d'une insomnie, j'ai surfé sur le net et suis passé de forum en forum. De partenaire en partenaire... quand , je suis tombée sur celui-ci. Et, attirée par une force inconnue et mystérieuse, j'ai feuilleté les prédéfinis, et, au moment où j'allais cliquer sur "fermer" ... j'ai vu CE personnage. Et j'ai craqué, je me suis immédiatement inscrite. --
ϡ Un avis? Très beau forum. Très bon contexte (même si je suis encore un peu dans le flou). Très beaux prédéfinis. Très beau niveau de rp (que je n'attendrai jamais TuT).
ϡ Code : Validé par le flic alcoolique

▌Date d'arrivée : 21/06/2011
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 1104

Voir le profil de l'utilisateur

avatar





/MODE JOUEUSE ON/ HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!!!!! John John, te voilà enfin! Je t'attendais ô flic débile de mon coeur /PAN/ /MODE JOUEUSE OFF/

/MODE ARTHUR ON/ Merde, déjà que j'étais plus tranquille avec l'autre français, maintenant, voilà que je me tape mon boulet de collègue... ô joie.... /MODE ARTHUR OFF/

Erm... Ma crise d'hystérie aiguë étant finie, Arthur ayant joué son "mauvais rôle", je te souhaite la bienvenue parmi nous John red: Je valide ton code déjà. Bonne chance pour la fiche et n'hésite pas si besoin Wink
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



John-John! Tu étais plus qu'attendu par notre policier british!

Merci d'être là, il était intenable *3*


Bienvenue sur le forum en tout cas, et n'hésite pas à poser tes questions au staff, on y répondra du mieux possible Wink

Bon courage pour ta fiche et surtout, amuse-toi bien ici!
Invité
Invité


avatar



Mon seul ami. Arthur.
John, ne me le retire pas.

Bienvenue, tout de même ~
▌Date d'arrivée : 02/12/2009
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 1422

_________________

Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-box.forumactif.com

avatar



Oh! Un policier super héros red:
Bienvenue parmi nous. Très joli début de fiche, je sens qu'un certain collègue à toi va être ravi de te voir *ou pas*
Invité
Invité


avatar



JOHHHHHHHHHHHHHHHN!!!! Tu étais vraiment beaucoup beaucoup beaucoup attendu!!!!!

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!!!!!
Invité
Invité


avatar



Oh là, merci de cet accueil ^^ J'espère pouvoir bientôt vous (embêter) éblouir avec ma si (bruyante) héroïque présence.


Et je pense avoir fini... xX
▌Date d'arrivée : 21/06/2011
▌Age du joueur : 30
▌Commérages : 1104

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Je ne te valide pas red: Pas envie de souffrir de ton énergie héroïque... Non, mais sérieux, comment ça c'est la crise on fait avec ce qu'on a? Suspect Je te zutte sale amerloc' *va bouder*

Comme on était en droit de s'attendre de la part de quelqu'un qui a interprété Amérique, tu as superbement bien cerné le personnage. John est un boulet héros dans toute sa splendeur

Je te valide donc avec plaisir John, même si mon personnage ne le fait pas avec "autant" de plaisir. Nous logeons dans la chambre 1400. Elle sera bientôt créée donc pas de soucis si tu ne la vois pas "rapidement" red: .En attendant, si tu veux rp "dans la chambre", tu peux le faire à l'étage et on déplacera le sujet au bon endroit lors de la maj Wink Je t'invite à créer ton carnet de rps {ici} et ton carnet de liens {là-bas}. Ton compte en banque sera créé aujourd'hui sans doute red:

Je pense avoir tout dit alors bon jeu parmi nous et amuse-toi bien surtout à faire souffrir quelques personnes et à amuser la galerie pour d'autres
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
John Smith [Terminé...?]