AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: L'hôtel avant la Folie... :: Le rez-de-chaussée
 :: Les cuisines

 
Un thé cher ami ? [PV Nath]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



    J'eus toutes les peines du monde à m'éveiller pleinement ce matin-là. J'étais réveillée bien avant que le soleil d'hiver n'eût atteint le zénith, mais je ne me sentais pas vraiment... Réveillée. Le soleil reflétait d'ailleurs assez bien mon état d'esprit : parfois clair, souvent voilé, mais toujours incertain. Je restai la plupart du temps assise sur mon lit, les bras reposant sur mes genoux repliés sous mon menton. Les lourd rideaux laisser filtrer tout juste assez de lumière pour y voir dans la chambre, mais l'idée ne me vint pas d'aller les écarter. A y jeter un œil dans la chambre, il ne s'y passait rien. Parfois peut-être un mouvement pour ne pas se laisser engourdir - et encore ! - mais l'activité physique était réduite à néant.

    Mon problème était tout autre, c'était sous la masse de mes cheveux que ça bouillonnait. J'avais du mal à me souvenir de la veille. Ce n'était pas de cela que je m'inquiétais, non, ma mémoire n'est pas vraiment brillante, donc je n'y fais pas en attention en général, d'ailleurs, je ne cherche pas toujours à me souvenir de la veille... Le problème ne se situait pas dans l'absence de souvenirs - du moins pas directement - mais plutôt dans ceux qui me restaient. Des espèces de flash bien 'zarb et plutôt flippants. Difficile d'y faire le tri d'ailleurs. Et d'abord, qu'est-ce qui me permet d'affirmer que ce sont bel et bien des souvenirs réels? Si ça se trouve, c'est juste mon subconscient qui me joue des tours pas très gentils... Mouais, ça se tient pas franchement, je n'ai quand même pas de souvenirs de la veille pour remplacer ces "rêves". En résumé, je n'ai toujours pas de solution à cet éternel problème. Enfin, l'éternité est relative... Dans mon cas, elle dure depuis ce matin !

    Je ne sais pas s'il y a plus de détails réels qu'irréels. J'ai eu - admettons que ça soit vrai - une vision fugitive d'un Nathaniel totalement différent de celui que je croyais connaitre. Il avait l'air terriblement cruel. Il frappait un type au regard haineux et malsain. Ça, c'est irréel. Ce qui parait réel, c'est que je me souviens très exactement de ce que j'ai ressenti pendant ce moment qui reste en ma mémoire. J'étais ravie. Ravie mais frustrée. J'ignore pourquoi j'étais frustrée, mais voir Nath agresser ce type me paraissait sur l'instant infiniment satisfaisant. Il me semble éprouver de la haine pour ce garçon, mais je ne l'avais jamais vu avant. Plus tard, je me souviens avoir été effrayée de ce changement de personnalité. Et puis il y a ces phrases étranges qui me reviennent. Ces bribes de phrases plutôt, qui n'ont pas beaucoup de sens à présent, mais qui m'avaient laissée abasourdie sur le coup. Je suis persuadée qu'elles sont pleines de sens et de révélation, je me souviens même du regard glacé que m'avait lancé cet homme quand il avait vu que j'entendais ce qu'il disait. Et à la réflexion, je suis maintenant quasi certaine que c'est à cause de ça que je ne me souviens pas bien de ce qui s'est passé. J'ai été au mauvais endroit au mauvais moment et j'ai dû me prendre un mauvais coup sur la tête. Bien que je n'ai aucune bosse... Raaah! Tout ceci est véritablement inextricable! C'est un cercle sans fin qui me ramène toujours au point de départ : j'ai oublié.


    GROAAAAaAaR

    Mon estomac grogna comme pour me rappeler à l'ordre sur les priorités : manger. Comment ça je pense qu'à bouffer? C'est pas moi qui viens de grogner à l'instant! J'ai faim, c'est tout. Et en plus, il est déjà bientôt quatre heures. Il fallait que je mange un bout. Or, pour trouver à manger, il fallait inévitablement que je sorte de ma chambre et me rende à la salle à manger ou aux cuisines. Ce qui impliquait évidemment de m'exposer aux autres. Et je n'avais absolument aucune envie de rencontrer par "hasard" le rouquin au regard glacé ou encore ce type que le ne connais pas mais que j'avais envie de frapper. Et pas non plus Nathaniel, il me prendrait peut-être pour une folle (et là, ça serait le comble). GROAAa - OUI! C’est bon, j'ai pigé, je vais y aller... Mais bon, pas question d'aller dans le restaurant, il y a trop de monde là-bas, et les trois gus que je viens de citer n'étaient pas les seuls présents dans mes souvenirs, il y en avait d'autres mais leur visage ne me revenait pas assez clairement. Je me décidai donc à bouger, non sans quelques étirements ponctués d'énormes bâillements pachydermiques. Je tournai avec réticence la poignée de ma porte et me dirigeai en rasant les murs vers les cuisines dans l'espoir d'y chaparder un casse-croûte. Je ne croisai que deux personnes mais elles me regardèrent sans doute de travers pour mon comportement pour le moins étrange. Arrivée aux cuisines, je ne pus m'empêcher de pousser un soupir de soulagement. J'y entrai alors que les cuistots avaient déjà fini leur service, elle m'offrait donc un asile de calme et un Eden de nourriture ! Mais au lieu de trouver de quoi me rassasier, je trouvai des ennuis. Et le petit sourire de cet ennui-là me donnait l'atroce sensation qu'il m'avait attendue.
▌Date d'arrivée : 02/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 1422

_________________

Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-box.forumactif.com

avatar



Spoiler:
 

Un feutre collé sur le crâne, Nathaniel déambulait dans les couloirs de l'hôtel avec un air content, suffisant, blessant collé sur le visage. Les mains dans les poches, on aurait presque pu le voir sautiller gaiement, avançant avec légèreté comme si avoir de sombres pensées pouvait vous alléger d'un poids inexistant. De temps à autres, il saluait une fillette de la main, la faisant crier et s'enfuir sans passer par quatre chemins. L'ombre se délectait de voir son ami terroriser les mortels ainsi mais cela serait bien mieux lorsque la fratrie serait de la partie. Ce n'était qu'une question de temps, bientôt, ils souffriraient. Tous? L'ombre l'espérait mais Nathaniel, Folie suprême, se le refusait. Hazel, James, même Alix, il ne voulait pas les blesser, il ne lui avait rien fait. Par contre, les autres... Caïn serait le premier à souffrir, Abbel aussi. Ils ne l'avaient jamais aimé et Nathaniel les ferait payer. Ils souffriraient et peu importait les moyens, peu importe qui devraient souffrir entre-temps, il les éliminerait. Viendrait ensuite le tour d'Eileen, sa petite princesse avait osé menacer son doudou et Nathaniel ne laisserait pas passer ce crime. Non, sa vengeance serait ô combien douce... L'ombre s'en délectait par avance.

Mais avant que l'acte final ne prenne fin et que les neuf se retrouvent acculés, il y avait encore beaucoup de choses à planifier. Nathaniel n'allait pas chômer et le chapelier, en compagnie de son ami de l'obscurité, comptait bien commencer à mettre les pions en place sur l'échiquier. Le Fou se déplaçait, il allait rendre visite à la reine éthérée et la mettre dans la confidence en cette magnifique après-midi de fin d'année. A eux deux, ils commenceraient les hostilités, amenant Janot dans leur lignée. Oh oui, Nathaniel comptait bien s'amuser. Il allait créer une troupe d'espions, mettre quelques élus dans la confidence, leur annonça qu'il était réellement. Avec leur aide, il espionnerait les huit, les suivant, furetant, les collant telle une ombre dans la nuit noire. Et lorsqu'il aurait réussi à obtenir les informations qu'il lui faudrait, il les anéantirait. Mais chuuut, patience mon ami, tout vient à point à qui sait attendre. Alors attendons mon cher compagnon. Ne nous hâtons pas, ne gâchons point notre plan, gardons la tête froide et tout sera parfait. Face à trois clients discutant dans le salon, un fou. Mais pas n'importe lequel, la Folie dans toute sa splendeur, un psychopathe avec pour Alter Ego une ombre farceuse...

Humant l'air, le chapelier finit par décider de l'endroit où il devait aller. Les cuisines. Notre chère reine avait faim alors quoi de mieux que l'antre du gros gras rat gris pour se sustenter céans?!? Allons, mon cher, suivons votre flair. Discutons avec notre reine bien aimée autour d'une tasse de thé. Si vous y tenez, allons-y, buvons et planifions notre plan de domination. C'est ainsi que le chapelier avait quitté les étages pour se rendre au rez-de-chaussée afin d'aller visiter l'antre d'un gros gras rat gris mal aimé. Tapotant gaiement du pied au même rythme que son palpitant, Nathaniel attendait sagement que la jeune femme arrive gentiment. Alexis, sa belle et douce reine blanche. Il y avait bien longtemps qu'ils n'avaient plus discuté et le chapelier en était tout excité. Quelques minutes suffirent pour voir apparaître l'objet de ses pensées. La jeune adolescente pénétra dans les cuisines et s'arrêta net en voyant « qui » lui faisait face. Après tout, n'était-elle point la seule à se souvenir – bien que cela ne soit que quelques bribes – de ce qui s'était passé durant la rixe de la salle de jeux? Si, oh que si, elle était la seule, avec le jeune Janot, à se souvenir de ce complot.

« Ma chère reine blanche, votre présence en ces lieux me ravit au plus haut point. Votre beauté illumine cette pièce d'une aura majestueuse qu'elle ne pourra jamais atteindre ni même égaler. Mais si vous le voulez bien, cessons donc tous ces boniments et passons directement aux choses sérieuses. Votre air me laisse à croire que vous savez pourquoi je suis ici, face à vous, ma chère enfant. N'aie-je point raison? A moins que vous ne sachiez pas? Savez-vous qui je suis réellement ma jeune amie? »

Un sourire en coin, une lueur sadique dans les yeux, voici ce que laissait entrapercevoir le chapelier en présence de sa reine. Alexis pouvait s'estimer heureuse d'être une proche du chapelier. L'ombre n'osait point l'attaquer de ce fait. Ils étaient tout et rien à la fois, détestant les mêmes choses et aimant les mêmes personnes. Ils étaient le jour et la nuit, complémentaires et pourtant si différents. Indispensables l'un à l'autre, n'existant pas sans l'autre à ses côtés. Si Nathaniel voulait faire d'Alexis son alliée, l'ombre le suivrait donc dans cette idée. Tournant autour de la jeune femme tel un vautour autour d'un cadavre, Nathaniel jaugeait sa nouvelle recrue d'un regard aiguë. Il finit par s'arrêter face à la jeune femme, la jaugeant de haut en bas. Alexis était digne de confiance, la reine pouvait être mise dans la confidence. Si vous jugez que c'est le cas, je vous suivrai de ce pas. Merci ami d'approuver mon choix avec tant de joie. Je vous fais confiance pour trouver une reine qui sera mettre nos troupes en transe. Assurément, Alexis sera parfaite pour ce rôle. Mais avant tout, éclairons cette jeune étourdie mon ami car je gage qu'elle ne comprend pas grand chose aux nouvelles données.

« Pense à des millénaires multipliés par l'éternité, ajoutés aux temps immémoriaux. J'ai toujours été dans les parages. Mais depuis peu, vos petites affaires ici ont piqué mon intérêt. Vous autres mortels êtes d'un divertissement des plus alléchants. Appelle cette observation du sadisme, de la curiosité de ma part. L'élément le plus durable et important de l'existence est venu pour te voir... Alors, es-tu prête à m'entendre jeune enfant? »

Le fou venait de placer ses pions sur l'échiquier. La reine allait bientôt entrer en scène. Notre fou l'espérait ardemment. La révolte prenait lentement place et l'ombre aima ça. Ce spectacle ô combien admirable prenait doucement forme sous son regard gourmand et un fin sourire sadique apparut sur le visage autrefois enfantin de cet avatar dont il avait pris possession. Nathaniel n'était plus le gentil chapelier, il était tout autre. Quoi exactement? Nul ne le sait vraiment... Chaos lui-même n'avait jamais eu à faire à cette ombre qui grignotait l'âme de son fils. Mais pour l'heure, tergiverser à ce sujet ne nous ferait point avancer. Non, l'ombre ne se souciait point de ce genre de détails. Elle était assoiffée, elle voulait voir ces mortels sombrer dans leurs plus épais cauchemars, les faire plonger dans une nuit d'encre noir, sans aucun espoir. Nathaniel allait rassembler des partisans, des espions pour gonfler les rangs de sa cour. Le fou commençait par mettre la reine dans la confidence, viendrait ensuite la tour, ce cher Janot. Les pièces prenaient positions, attendant sagement que le fou se rebelle face à la guerre. Caïn avait pris la place d'Icare, jouant et se brûlant les ailes.
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Nathaniel. Justement l'un de ceux que je ne voulais absolument pas croiser. Et il m'attendait, ça se voyait! Mais comment aurait-il pu savoir que j'allais venir ici et maintenant? Ou alors... Ou alors oui, c'est un pur hasard, il n'attendait personne et s'amuse juste à l'un de ses petits jeux dont lui seul à le secret, ce doit être ça. Ça expliquerait le petit sourire en coin en tout cas...

- Ma chère reine blanche, votre présence en ces lieux me ravit au plus haut point. Votre beauté illumine cette pièce d'une aura majestueuse qu'elle ne pourra jamais atteindre ni même égaler.

Ces premiers mots me firent sourire, ils me rassurèrent. Il était le même, toujours dans son délire d'Alice au pays des Merveilles qui le rendait si amusant. Toujours avec ses phrases grandiloquentes et sans queue ni tête à dormir debout (qui a dit pléonasme?). Je remarquai cependant qu'il ne m'appelait plus souricette comme à son habitude, mais "reine blanche". Bah, la promotion ne me dérangeait pas plus que ça au final ! J'allais lui en faire la remarque mais il coupa mon élan en continuant son discours.

- Mais si vous le voulez bien, cessons donc tous ces boniments et passons directement aux choses sérieuses. Votre air me laisse à croire que vous savez pourquoi je suis ici, face à vous, ma chère enfant. N'aie-je point raison? A moins que vous ne sachiez pas? Savez-vous qui je suis réellement ma jeune amie?

Si je... savais qui il était vraiment? Bien entendu que non! Tout ce que je sais de Nath c'est qu'il est "légèrement" fêlé, mais que ça le rend spécial et marrant, ça lui donne un certain charme quand on ne sait pas s'il se prend vraiment au sérieux. Je sais qu'il est le lièvre de mars et le chapelier à la fois, mais j'ignore tout de son identité réelle, j'ai déjà eu du mal à obtenir son prénom... Et ce qu'il fait ici, j'en sais foutre rien, ce que tu vois comme air sur mon visage, cher chapelier, c'est l'air de quelqu'un qui panne rien à ce qui lui arrive, qui est complètement paumée et tente de se donner un air d'assurance. Avec ça, comment je suis être censée être assurée, je me le demande. Mais parler de choses sérieuses... C'est on ne peut plus inquiétant, j'en viens à croire qu'il se prend au sérieux justement. OK, on peut plus inquiétant : il commence à me tourner autour avec un regard calculateur et un sourire pour le moins étrange, au plus effrayant. Je flippe! Impossible de le laisser passer dans mon dos, on ne doit jamais tourner le dos à son ennemi. Il n'est pas mon ennemi - pour l'instant - mais il en va de même pour les prédateurs. Et il a tout d'un prédateur là, à me jauger et me tourner autour... Je continuai à le dévisager, perplexe, sans savoir ce que je devais dire ou faire.

- Pense à des millénaires multipliés par l'éternité, ajoutés aux temps immémoriaux -je ne suis pas fan des maths, mai je devine que ça veut dire longtemps... - J'ai toujours été dans les parages. Mais depuis peu, vos petites affaires ici ont piqué mon intérêt. Vous autres mortels êtes d'un divertissement des plus alléchants. Appelle cette observation du sadisme, de la curiosité de ma part.

On oublie les maths et on se concentre sur ce qu'il vient de dire. C'est quoi ça? Une énigme? une charade? Non, on voit bien qu'il parle de lui... Mais pourquoi s'exclut-il des "mortels"? N'est-il plus le lièvre? Ou le Chapelier aurait-il pris la grosse tête et décidé qu'il serait immortel? Ça semble probable quand on connait le personnage, mais je ne suis plus si sûre de le connaitre. C'est bien là le problème des fous, ils sont toujours capables de nous surprendre et nous décontenancer !

- L'élément le plus durable et important de l'existence est venu pour te voir... Alors, es-tu prête à m'entendre jeune enfant?

Il se prend pour une sorte d'être divin? Supérieur? L'être ultime? J'ignorais que sa mégalomanie irait si loin... Je ris jaune, tentant de me faire croire à cette amusante plaisanterie et de garder un certain contrôle de la situation. Mais une petite voix me disait au fond de moi que je ne le tenais plus depuis que j'avais pénétré dans cette pièce. Peut-être même depuis que j'avais décrété que j'avais faim.

- Haha... Ha... Au risque de te décevoir, Nathaniel, je suis complètement Athée, je ne crois en rien qui ressemble au destin ou à un être supérieur. Néanmoins, je veux bien t'écouter cher chapelier, qu'est-ce qui t'amène

Sous ces airs faussement assurés, je vous assure que je n'en menais pas large...
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Ce sujet n’a plus reçu de réponses depuis plusieurs semaines. Si vous ne comptez pas poursuivre le rp, merci de le signaler ici. Le staff se chargera alors de verrouiller le sujet. Si, dans le cas contraire, vous désirez poursuivre l’aventure, merci de donner une réponse rapidement. Histoire de ne pas bloquer l’autre/ les autres joueur(s) au niveau jeu. Ce message sera automatiquement supprimé lorsqu’une réponse aura été donnée.

Cordialement,
Le staff d’HD
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Ce sujet n’a plus reçu de réponses depuis plusieurs semaines. Si vous ne comptez pas poursuivre le rp, merci de le signaler ici. Le staff se chargera alors de verrouiller le sujet. Si, dans le cas contraire, vous désirez poursuivre l’aventure, merci de donner une réponse rapidement. Histoire de ne pas bloquer l’autre/ les autres joueur(s) au niveau jeu. Ce message sera automatiquement supprimé lorsqu’une réponse aura été donnée.

Cordialement,
Le staff d’HD

PS : 2ème relance, dans quinze jours, sans réponse, je clôture Wink
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Un thé cher ami ? [PV Nath]