AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: Le monde de Caïn :: Tortuga, la cité des pirates
 :: La taverne

 
Evangélisation du Païen Matt ~ La Rhum du route (ou l'inverse?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

Ryann Stalker



Spoiler:
 

Un léger parfum d'embruns stationne sur les berges du port. La foule compacte ne semble jamais diminuer, telle une colonie de fourmis affairées, chargeant ou déchargeant son bâtiment. Quelques femmes de joie sortent des auberges et viennent aguicher les matelots éreintés par des semaines de traversée, tandis que des marchands assaillent les sous-capitaine et armurier pour vendre leur matériel. Ici, à Tortuga, jamais la vie ne s'arrête, même la nuit. Au bout des quais, un pavillon espagnol qui avait déposé l'ancre en début de matinée. Respectables mains de la couronne de Castille et d'Aragon, la flotte hispanique s'est faite discrète dans ce repère de truands et d'hérétiques. Ils avaient assez à faire à dominer les peuples indigènes, ces autochtones-là étaient une autre mauvaise graine qu'il ne valait mieux pas approcher, au risque de subir les foudres du scorbut ou du typhus.

Néanmoins, l'isolement de la mère-patrie et le manque de contact humain poussait quelques téméraires à quitter le navire pour se mêler aux impies. Une nuit d'encre commençait à tomber et les ruelles ne désengorgeaient pas. Sur le ponton de l'Esperanza, un silhouette fine et jeune se dessinait sous les lueurs des torches qui éclairaient le pont supérieur. A pas de loup, le garçon longea la planche de débarquement pour atteindre les dalles recouvrant la terre ferme. Un peu déstabilisé par ce changement soudain de surface, il marqua une pause. Cela faisait bien trop longtemps qu'il était en mer, et c'était sa première traversée, cette sensation étrange s'atténuera avec le temps sûrement. Prenant appui contre un bollard, pierre d'amarrage, il s'assit quelques minutes avant de reprendre sa route, sans nausée, ni tremblement.

Certains pirates levaient les brigantines, à la recherche d'autres citées côtières à piller, alors que d'autres, fraîchement débarqués plongèrent dans le creux des bras de leurs courtisanes habituelles, qu'il s'agisse d'une femme ou tout simplement un tonnelet de rhum. Un peu nouveau à cet univers de la piraterie, le jeune missionnaire catholique préféra prendre ses distances et trouver un lieu où il pourra se reposer. Certaines ruelles avoisinaient les larges échoppes, mais l'obscurité qui plongeaient les lieux ne les rendaient guère avenante... Continuant à déambuler, le regard un peu inquiet et pourtant méprisant aussi en regardant les locaux de l'île, l'adolescent apercevait au bout des quais deux établissements lui donnant enfin l'impression de civilisation. Grossière méprise que voilà...

Arrivé au pied de la taverne et de l'auberge, il hésita quelle porte pousser jusqu'à ce qu'un homme passe à travers l'une des fenêtres de l'auberge en poussant des insultes. Au pied du garçon, il fendit son visage d'un large sourire baigné du sang qui coulait de son front. Sourire que notre matelot, Ryann Stalker lui rendit avec plaisir, lui écrasant la main au passage avant de s'engouffrer dans la taverne. A peine eut-il ouvert la porte, qu'un flot de parfum âcre de transpiration et d'haleine parfumée à la bière lui montait au nez. Se retenant de vomir, le garçon inspira par la bouche une grande bouffée d'air et s'enfonça vers le fond de la bâtisse, cherchant un coin au calme.

La table était étroite et mal éclairée, mais c'était tant mieux, au moins, il était discret aux yeux des nombreux brigands qui peuplaient les autres tables. Un coup d'œil à l'ensemble de la salle, il constata que certains matelots de l'Esperanza s'étaient aussi joint aux festivités des lieux, pelotant gaiement les quelques femmes qu'ils avaient repêchés sur les quais. Le sourire moqueur au bout des lèvres, Ryann tâchait de retenir les têtes de ces indigents qu'il ne tardera pas à dénoncer au capitaine à son retour. Quelle belle preuve de foi, pour eux qui ont juré leur vie sur l'ordre des Évêques de la couronne. Bien que jeune missionnaire de l'équipage, l'adolescent ne tolérait guère que l'ont crache ainsi sur les vœux faits à l'Église. Alors qu'il se perdait dans son mépris pour la race humaine, une serveuse, de type insulaire et nullement européen vint lui demander ce qu'il désirait boire.

Boire? Aaaah c'est vrai, il est dans une taverne, finalement, il aurait mieux fait de rester dans sa cabine à prêcher pour le Seigneur plutôt que de mettre ses pieds dans un lieu si denué de sacré. Lorgnant sur sa bourse, pingre comme un homme d'église qu'il est, il regarda la femme avant de commencer une phrase qui fut interrompue en chemin.


- Femme, apportez-moi ....
▌Date d'arrivée : 09/06/2011
▌Age du joueur : 33
▌Commérages : 463

Voir le profil de l'utilisateur

Matt McCravatt



Adieu les embruns de l’océan et bonjour les catins, mes braves gens. Matt souriait de toutes ses dents alors qu’il admirait la magnifique ville de Tortuga où il se trouvait actuellement. L’Esperanza avait accosté en matinée et l’équipage s’affairait depuis à réapprovisionner sa cargaison malgré la répugnance de certains « soldats de Dieu » à pactiser avec cette opprobre piraterie. Matt faisait davantage parti de la catégorie des « aventuriers en quête de défis ». C’est ainsi qu’une fois acquitté des tâches qui lui incombaient, notre jeune guerrier s’était aventuré hors du bâtiment espagnol à la recherche d’un quelconque défi à réaliser. La nuit, depuis bien longtemps, était tombée mais jamais la ville ne désemplissait. Les pirates s’affairaient en tous sens, braillant insanités et quolibets à qui voulait bien les écouter. Les bagarres succédaient au troc de femmes de joie lorsque les prix ne convenaient pas. Notre jeune aventurier en était tout émoustillé et il tenta rapidement de faire partie de ce clan bien particulier. Mais il faut bien l’avouer, comme toujours, il ne brilla guère par sa performance vous vous en douterez. C’est ainsi qu’il se ramassa plus d’une gifle enflammée.

« Mais reviens donc vile guenon ! Je suis sûr que tu voudrais bien jouer à saute-moutons ! »

Et vlam, une autre dans le tas mais quel drame ! En même temps, il faut bien l’avouer, Matt l’avait bien mérité. Bon, d’accord, la précédente n’aurait pas dû tant s’emporter, Matt n’avait fait que la tripoter. Ce n’était guère une insulte vous savez… Tout est relatif, vous en conviendrez ! Mais qu’à cela ne tienne, notre jeune zéro finirait bien par la monter cette hyène affamée, il suffisait juste de savoir comment la ferrer. Et pour se faire, quoi de mieux que d’aller observer ces gaillards qui trainaient là les fesses à l’air ? Gloussant tel un adolescent (qu’il est mais n’allons point le lui faire remarquer), Matt se dirigea vers cette auberge où ripailles rimaient avec trouvailles. Les hommes cajolaient leur tonnelet de bière tandis que les catins se trémoussaient les seins à l’air. Cette danse tribale était des plus enivrantes et Matt, abdiquant, finit par se gargariser de cette vision abasourdissante. Tâtant avec dextérité tout obus se trouvant à sa portée, Matt pouvait enfin savourer de peloter sans se faire taper. Il aurait bien continué à prouver qu’il était un homme complet (encore que l’on puisse se questionner à ce sujet) s’il n’avait point entendu une voix vaguement familière venue de par derrière.

Avisant son ami moussaillon et camarade de perfection, Matt observa Ryann dont l’œil sceptique prouvait qu’il aurait souhaité se retrouver ailleurs qu’entouré de ces étranges loustiques. Après tout, en tant que jeune homme de foi, il était tout à fait normal qu’il n’apprécia guère la présence de ces étranges congénères. Enfin, tout est relatif car Matt avait aussi choisi la même voie et pourtant il s’amusait croyez-moi. Hélas pour lui, Matt n’était pas réputé pour comprendre ce qu’un regard peut bien signifier. Du coup, convaincu que son ami était venu ici pour s’amuser, il sautilla gaiement jusqu’à la table qu’il s’était octroyé. Seul à cette table éloignée, il était hors de question que son camarade de perfection ne soit point le centre de l’attention. Ryann était en train de passer commande comme vous vous en doutiez et la magnifique et ô combien mélodieuse voix de notre zéro titularisé l’empêcha de terminer sa tirade entamée. Sautant à son cou comme une pucelle voudrait embrasser son valeureux guerrier, Matt hurla dans les tympans de Ryann car c’est bien connu, un McCravatt fait tout pour se faire remarquer, au grand dam de ses connaissances.


« Du rhum, des femmes et d’la bière nom de Dieu ! Ca fait une paie qu’on a pas touché terre. Ryann, arrête ton air coincé, on dirait que t’as un bâton enfoncé dans ton c… Ola, ma belle, viens ici, laisse-moi tâter tes mamelles ! »

Commande passée, Matt oublia bien vite son ami de tablée. Heureusement pour ce pauvre Ryann délaissé, une gifle eut tôt fait de ramener son compagnon pour la soirée. Euphorique malgré ce coup sadique, Matt embarqua son camarade dans une chanson paillarde qu’il avait entendu chanter en Camargue. Ayant oublié la moitié des mots, cela nous donnait une cacophonie plutôt qu’un magnifique concerto (en admettant qu’une chanson paillarde puisse atteindre ce niveau). Ballotant son ami de gauche à droite, Matt attendait qu’on lui apporte sa pinte bien froide. Une jeune serveuse arriva bien vite et Matt ne s’arrêta pas de faire le pitre, écopant d’un regard désabusé de la part de la serveuse bien loin d’être charmée. C’est que notre jeune zéro n’est pas doué comme vous le savez. Il est mal éduqué et incompétent qui plus est, bref, un cas désespéré. Bien peu soucieux d’attirer tous les regards de l’assemblée, Matt continuait de pousser la chansonnette en criant à tu tête. Une bière et une chanson plus tard et il cessa enfin d’importuner tous les gens présents dans ce bar. Malheureusement pour Ryann, c’est sur lui que se rabattit notre jeune ami.

« Que Dieu m’en soit témoin, jamais je n’aurai imaginé te retrouver en pareil endroit c’est certain ! Tu me déçois. J’aurai espéré que tu m’attendes avant d’aller draguer à tout va. Mais bon, je te pardonne, après tout, je suis tellement doué qu’il fallait bien que tu prennes de l’avance sinon j’aurai d’office gagné. Allez, combien va-t-on en engrosser avant de retourner en mer mon cher ? »

La soirée était mal partie… Enfin, sans doute pour notre ami Stalker. Pour l’autre, ce n’est pas dit, il semble s’amuser comme un petit fou moi je vous le dis.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 33
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

Le conteur



Ce sujet n’a plus reçu de réponses depuis plusieurs semaines. Si vous ne comptez pas poursuivre le rp, merci de le signaler ici. Le staff se chargera alors de verrouiller le sujet. Si, dans le cas contraire, vous désirez poursuivre l’aventure, merci de donner une réponse rapidement. Histoire de ne pas bloquer l’autre/ les autres joueur(s) au niveau jeu. Ce message sera automatiquement supprimé lorsqu’une réponse aura été donnée.

Cordialement,
Le staff d’HD
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 33
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

Le conteur



Ce sujet n’a plus reçu de réponses depuis plusieurs semaines. Si vous ne comptez pas poursuivre le rp, merci de le signaler ici. Le staff se chargera alors de verrouiller le sujet. Si, dans le cas contraire, vous désirez poursuivre l’aventure, merci de donner une réponse rapidement. Histoire de ne pas bloquer l’autre/ les autres joueur(s) au niveau jeu. Ce message sera automatiquement supprimé lorsqu’une réponse aura été donnée.

Cordialement,
Le staff d’HD

2eme relance, si d'ici quinze jours, il n'y a pas de news, on verrouille.
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Evangélisation du Païen Matt ~ La Rhum du route (ou l'inverse?)