AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: Le monde de Caïn :: Tortuga, la cité des pirates
 :: La taverne

 
[Intrigue] La surprise de Barbe-Noire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

Le conteur




Tortuga. Ses habitants suspects, sa marchandise de contrebande et surtout ses tavernes! Lieu idyllique pour les voyageurs éreintés ou juste pour les panses bien imbibées, la taverne de Tortuga vous ébahira par sa faune locale plus que déjantée pour seulement l'achat d'un baril de rhum! Ses femmes avenantes et ses jouxtes plus que tentantes, avouez, vous voulez y planter votre tente! Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin. Alors que les pitreries de saoulards battent leur plein, les vapeurs d'alcool vous font voir les choses les plus perturbantes possibles. Mais serait-ce Barbe-Noire là qui vient d'entrer? Et pourquoi semble-t-il si mécontent?Et oui mes petits loups de mer, Caïn n'a pas créé cet univers pour vous laisser folâtrer à votre guise. Non, non, une ou deux bagarres ne suffisent pas, il veut vous mettre à genoux et écraser le vil humain que vous êtes. Caïn prévoit de chambouler son petit univers onirique pour votre plus grand malheur. Et si ce cher Barbe-Noire vous réservait une petite surprise? Sinclair, Esperanza ou Britannia, aucun de vous, jeunes moussaillons, n'y échappera. Alors risquerez-vous de prendre un autre grog?



Vous avez une semaine pour poster pour ce premier tour de jeu. Il prendra donc fin le lundi 23.01 à minuit (à une ou deux heures près). Concrètement, pour ce tour, vous pourrez boire et vous amuser comme bon vous semble jusqu'à voir une étrange apparition commune pour tous: le mythique maître des cinq océans. Votre rp devra donc obligatoirement se terminer avec cette vision incroyablement terrifiante ou émouvante (ou encore les deux). Vous pouvez décrire son arrivée ou faire quelques salutations, mais votre rp devra s'arrêter avant que Barbe-Noire vienne vous parler. "Papa" est de retour à la maison et il n'a pas l'air content. Fufufufufufu. Ce premier post introduit donc le sujet de cette étrange beuverie (on ne va pas vous faire souffrir tout de suite, bande de marins d'eau douce /baf/). Vous pourrez utiliser des objets (que vous avez en banque), nous serons attentifs à les valider (en postant les effets). Vous pouvez poster un maximum de 3 réponses pour ce tour. Bon jeu !
▌Date d'arrivée : 22/07/2011
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 456

Voir le profil de l'utilisateur

Eren Donovan




Le temps avait enfin tourné, la mer semblait les porter avec une certaines impatience vers les cotes ensablées bien que remplie de l'opulente et magnifique citée de Tortuga, les affaires avaient été assez bonnes pour que la cale soit bien remplies et que les bourses d'apparence vide recèle des trésors dont les femmes pourront allégrement profité une fois son équipage a terre, bref c'est une affaire qui tourne plus que bien, dans ces cas là, comment ne pas être heureux me demandez vous? Et bien c'est simple, j'ai du mal a me réjouir justement parce moi, la femme que je souhaite ne se trouve pas a Tortuga mais je ne peux pas empêcher mes hommes de s'amuser un peu tout de même. C'est pourquoi nous sommes en route pour l'île, le vent comme je le disais, enfin le notait sur le carnet de bord nous y pousse avec force, quoi demander de plus? Un rendez-vous non officiel de pirate semble se dérouler là-bas ce soir, c'est vrai, j'ai reconnu plusieurs bannière et plusieurs navires s'y dirigeant, après tout, la route de Tortuga est connu de tous, on remarque facilement ceux qui s'y rendent, pour la simple et bonne raison que les marins chantent et s'amusent sur le pont au lieu d'avoir cet air farouche et sérieux ordinaire. C'est un changement radical qui a le don de me faire sourire. Il faut se contenter de ce qu'on a et puis, je verrais la femme de mes rêves dans peu de temps, nous nous y rendrons après avoir fait escale sur l'île des rufians en tout genre.

En parlant de ça, nous commençons la manœuvre d'arrimage, après presque douze jour de navigation, croyez moi, ça fait du bien. Cela fait bien plus de temps que nous en sommes en mer certes, mais douze jour en chemin pour la détente et l'amusement pèse plus qu'un mois et demi a bord. Le bateau est très vite accoster et les marins finissent de tous ranger, bien sur, comme il leur ait demander a chaque fois que nous arrivons a un port, ils se doivent d'attendre mon signal pour descendre, c'est pourquoi après quelque mot je leur souhaite un bon amusement et leur donne rendez-vous sur le pont dans trois jours et trois nuits. C'est bien assez croyez moi, surtout qu'ils seront encore tous remplis d'alcool au quatrième matin, nous devrons donc repartir très doucement, par chance, je ne bois pas, ou alors peu.... disons plutôt juste assez pour avoir l'esprit qui divague mais pas encore assez pour m'effondrer. Quoi que, le rhum de Tortuga le premier jour fait que je me laisse facilement aller a plus que la dose normale, mais peut importe puisque de toute manière, nous ne repartons pas le lendemain, ce qui entre nous ne servirais strictement a rien mis a part frustré les gars.

Allez donc vous amusez! Dépensez votre or comme vous le souhaitez, a vous le rhum et les femmes!!

Oui Capitaine!!


Et ils partent, oui je suis capitaine, issus du Britannia je me suis comme qui dirait mis a mon compte, et alors? Tant que je ne dénature pas la flotte tout ira bien. Apres tout nous sommes tous de la même famille, si jamais ils veulent que je mène mon navire dans une guerre contre les français ou les espagnols, je ne voit pas de raison de leur dire non d'autant que certains d'entre eux on une fâcheuse tendance a être des lèche bourses de secondes zones. Mais ce n'est pas le moment d'en parler, comme tout pirate normalement constituer je me suis diriger vers la meilleure taverne de l'île et comme le veux la coutume, le rhum a coulé a flot, les soucis se sont envolés dans les vapeurs d'alcools. La chaleurs moites de quelques corps enlacés de ci de là, les pièces dorées échangées dans un silence presque religieux entre hommes et filles de joie. Les bourses non protégées, pour les petits nouveaux, d'ailleurs, les deux ivrognes de l'entrée vont se sentir bien mal demain lorsqu'ils se trouveront sur la paille, après tous, ils n'avaient qu'a faire attention, nous ne sommes pas des enfants de cœur non plus vous savez? Même les femmes ici sont viciées jusqu'à la moelle des os. J'en ai d'ailleurs repoussées plusieurs en quelques heures, qu'ont elles toutes a vouloir alléger mes bourses, les trois s'entend. Ne faites pas cette tête, il faut savoir parler cru parfois pour être compris, et puis comme je le disais, nous ne sommes pas bourgeois.

Enfin bref, je les aient repoussées en pensant a ma douce et tendre demoiselle qui m'attend sur une île bien plus loin d'ici. Je prends des risques en allant la voir mais qu'a cela ne tienne, je la vois. Et maintenant que j'y pense, le rhum aidant beaucoup, je me suis mis a en parler a mes camarades de tablées, j'en connais trois sur sept. Les autres sont d'un équipage que je n'ai pas encore croisé. Les trois comparses connus sont des anciens du Britannia qui se sont engagés dans d'autres équipages, une franche camaraderie en somme autour de la table les pousseraient presque a écoutés. Et puis, alors que je parlait de la magnifique beauté de ma belle, la porte souffre sur un homme de forte carrure, forcement nous nous sommes tous tuent. Encore plus lorsque nous avons reconnus qui c'était. Ce n'est même pas la peine de le décrire, tout le monde le connais et le reconnais au premier coup d'oeil, même lorsque son sang contient plus d'alcool que d'hémoglobine. Le celebrissime Barbe-Noire se tenait là, juste devant nous. Personnellement j'en ai laisser échapper mon rhum, toute la bouteille toute neuve oui. Ce n'est pas tout les jours que le roi des sept mers vient a Tortuga, et le voir ne serait-ce qu'une fois dans sa vie est soit un honneur soit, le synonyme d'une mort imminente, enfin vu l'endroit ou on le voit, on ne devrait pas avoir trop de problème. Normalement n'est-ce pas?
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

Alexis Bell



YOHO and a bottle of Rhum!

- Du Rhum et des Hommes! voilà ce qu'il me faut mon capitaine!

Les autres représentantes de la gente féminine de mon équipage - assez peu - acquiessèrent à mes paroles avec un enthousiasme non feint. Près de 2 semaines qu'on n'avait pas accosté, et bien un mois qu'on n'avait pas mis les pieds dans une ville digne de ce nom. Quant à Tortuga... Je ne me souviens même plus de la dernière fois que j'ai posé les yeux sur cette cité du vice et de la dépravation. Je mis pied à terre en humant l'air, une expression à la limite de l'extatique collée au visage. Le petit vent était embaumé de toutes les effluves caractéristiques de l'île - y compris celles des pires débauches! L'alcool, la transpiration, les parfum ostensibles des prostituées qui s'acharnaient sur chaque pirate n'ayant pas l'air trop miséreux, les épices des marchands exotiques, le poisson pas toujours frais, les algues échouées, la fumée de pipe, de cigare, de drogues, l'huile pour les bateaux, la rouille, les vomissures, les chiures de mouette et le sang à demi coagulé des marins d'eau douce bagarreurs. Même le doux fumet de la viande mise à rôtir dans toutes les auberges et tavernes des alentours n'était pas aussi délicieux que toutes ces odeurs familières, aussi désagréables soient-elles! Le temps de cette inspiration me fit oublier les piètres mésaventures du trajet de retour à ma terre natale pour me consacrer tout à l'instant présent.

Je hurlai quelques ordres à la va-vite à mes subalternes, ces incapables de mousaillons manchots lorsqu'il s'agissait de se bouger. Au Diable ces crétins superstitieux qui me regardaient de travers! Les équipages Britania - pour la plupart - ne redoutent pas des rumeurs aussi stupides que celles affirmant qu'une femme à bord porte malheur! Grand bien fasse à ces tapettes de français et à ces chiens d'espagnols, toujours à se cacher derrière une cause soi-disant divine ceux-là! Nous on porte la piraterie en véritable valeur et on ne se laisse pas démouter par une superstition. Des femelettes ou des machos : incapables d'admettre qu'on puisse considérer une femme comme leur égale ou pire, leur supérieure. C'est là que ça devient jouissif pour moi, je suis bras droit et celui qui voudra mon poste devr me passer sur le corps car ce soir, il y a de la marchandise réservée aux officiers! On aura droit aux meilleures choses, et je ne compte pas me priver du privilège!

Haaa, Santa, mon cher et tendre Santa... On dirait que je suis une bien vilaine fille, je n'ai pas été sage, mais ça, j'ai fait mon travail, et bien mieux que certains, que ça te plaise ou non! Alors ce soir, pendant que les Esperanza célébreront la naissance éternelle de je ne sais quel mioche baveux, je boirais à ta santé et je te rirais au nez, je re rirais à la barbe. Et tous seront saouls, et tous rouleront sous la table à se bidonner ou à se bagarrer! Parce que ça c'est une vraie fête et qu'on va s'empifrer à s'en faire exploser la panse! Mais d'abord, je dois aller faire un tour en ville, revoir de vieilles connaissances, faire commander l'entretient du navire, 'fin toutes ces taches ingrates qui incombent au bras droit d'un équipage en fait. Bah, rien à faire, je suis chez moi et je vais en profiter avant de me lasser de la terre ferme et de me languir du tangage!

Le soir venu, avant que la nuit ne tombe, je m'étais installée dans une taverne tout aussi bruyante que ses voisines, mais la différance était dans ma connaissance des lieux : le patron était un vieil ami à feu mon père et la plupart de ses employés me connaissaient puisque j'étais une habituée pentant mes séjours sur terre. Comme prévu, le patron me salua entre deux clients et me pose une bouteille sur le bar - son meilleur Rhum. Nous bavardâmes un moment, enchangeâmes nos annectedotes et je fus ravie de voire son visage rubicond se fendre de plus d'un sourire hilare. Un peu plus tard, je suis allée rejoindre une partie d'anciens amis et de mon équipage à une table, saluant de la tête au passage un capitaine Britania, Cutter. Installée un bon moment à la table de mes comparses, je ne comptais plus les cadavres de bouteilles de Rhum sous celle-ci, et deux d'entre nous s'étaient déjà levés pour mettre de leur bonne volonté exacerbée par l'ivresse dans une rixe. Hilare avec mes compagnons de fortune (nous avions bu un nombre incalculable de fois aux pillages réussis qui avaient marqué nos derniers mois en mer) je ne remarquai pas tout de suite le fracas de la lourde porte contre le mur. Je dus attendre la lente déclinaison des voix pour enfin comprendre que le fameu barbe noire nous faisait l'honneur de sa visite. Et à voir tous ces visages, tous n'étaient pas ravis de son apparition!
▌Date d'arrivée : 31/03/2011
▌Commérages : 372

_________________

Voir le profil de l'utilisateur

Jamie McCravatt



Il était une fois, dans une bien étrange bourgade sentant l'ammoniaque et les embruns, un petit prince qui n'en croyait pas ces yeux. Ce petit homme, car oui, il était petit pour son âge, la faute à la soupe aux pas-légumes, avait un rêve, celui de franchir la tanière dorée où les plus grands héros se réunissaient pour faire leur propre éloge sur leurs actes à graver dans une pierre blanche. Comme ils étaient fiers ces princes de la nuit, ces seigneurs des mers et ces lamantins géants! Oui, depuis sa plus tendre enfance, Jamie ne rêvait que d'une seule chose: avoir une nageoire caudale et finir en lamantin pour arriver au sommet de la chaine alimentaire. Priant tous les soirs à côté d'une chandelle et attendant la fée bleue, le jeune prince eut son vœu exaucé par un fêlé avec un bleu sur la joue. Ô que les sept mers et une paire de canards soient embrassés sur tout ce qui flotte de près ou de loin!

Voilà donc plusieurs mois que le jeune garçonnet voguait à la recherche de sa nageoire caudale, tout en apprenant à se battre à la serpillère, ce qui est fort incommodant en talonnettes mais bon tout apprentissage nécessite une rame et un cheval blanc pour parvenir à ses fins, sinon le lamantin point tu deviendras l'avait enseigné le capitaine... Capitaine... Capitataine... Capitatitaine... Capitatitataine...? Bref, un grand cétacé confirmé et diplômé de Santa-Fe. Un grand homme sur la voie du plus grand même si son extinction de voix le rendait moins crédible, cela ne dénigrait point sa stature devant le regard ébahi du petit prince. Encore que sa tonsure n'était pas enviable non plus. Mais bon, que ne ferait-il pas par amour d'un ami de cétacé? C'est dans ce plan-là que Jamie, puisque oui, le prince a un nom, aussi surprenant soit ce conte, fit mousser le pont jusqu'à faire de tous ses compagnons des moutons. Mais c'était sans compter les bêlements massifs de la gent dauphine qui...


Du Rhum et des Hommes! voilà ce qu'il me faut mon capitaine!

« Oh oui! » Se dit le jeune garçon. Mais... Attendez... A quoi a-t-il dit oui? Au rhum ou aux hommes?Bref, revenons à cette histoire de lamantin, la vérité nous sera peut-être annoncée plus tard, ou pas du tout espérons-le. Tout affairé à nettoyer la crasse qu'il avait mise, le petit prince fut hélé de tous les côtés pour faire sa besogne habituelle. Il faut dire que depuis le jour où LE fée bleu – car c'est un fait, fée est maintenant masculin dans l'esprit de l'apprenti-lamantin – l'avait emmené dans sa maison volant sur l'eau, le fée en question s'était finalement rechigné à le décourager, puisqu'à voir, le royaume se portait mieux sans le petit prince. Pas même un canard n'en voudrait, c'est dire! Heureusement, seul le machin qui avait une nageoire caudale importait dans l'esprit du désormais « plus-prince-mais-c'est-pas-grave-on-va-dire-oui-pour-lui-faire-plaisir ».

Harassé, exténué, à genoux, épuisé, fatigué, laminé, abattu, accablé, anéanti, affaibli, assourdi, cassé, claqué, brisé, défraichi, éreinté, flapi, fini et esquinté, jusqu'au bout du rouleau et même au bord du gouffre, le garçon se sentit tout à coup patraque. Dure vie que d'essayer de rejoindre les sirènes. Enfin, ce n'est pas grave, car c'est avec le pied guilleret qu'il suivait, de loin, les sirènes du même équipage que lui, même s'il aurait préféré qu'elles portent des robes jaunes et soient blondes avec un peu de moustache...Ou juste un lamantin, ça aurait été bien en fait. Et le voilà dans le temple sacré du saint des saints des héros rabbins ou peut-être la crypte des mutins. Qu'il fut estourbi par tant de... de choses ... nouvelles, oui c'est le mot! Et quelle saveur exquise qu'était ce nectar d'ambroisie qu'on lui servait! Ça y est il était au Walhalla et devenu un canard confirmé!

Attablé avec une belle bande d'inconnus et de connus, il vit un baril troué et se demandait si le mouton à l'intérieur respirait encore. Ou s'il savait marcher, ou encore s'il était malade. Peut-être qu'il cachait là-même la tonsure du capi... caporal... capital... cap Gris-Nez... capillaire... capuchon! Qu'importe, il y avait un truc pas net dans ce truc rond troué par un truc, et puis pourquoi le truc qu'on lui a servi c'était en vérité tout sauf du truc d'ambroisie! Insurgeons nous matelots car... Oh, une pièce! Fier de sa trouvaille, les joues rouges et le sourire béat, il remarqua la mine dépitée de certains de ses congénères avant de constater ce changement d'ambiance. L'œil gauche vitreux et le droit qui semblait s'endormir, le petit prince tenta de reconnaitre ce nouvel arrivant plus que préoccupant.


- Serait-ce...? Un lamantin géant!
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

Ryann Stalker



Premier verre. Le goût amer de l'alcool irrite les papilles gustatives du jeune garçon. Quelle boisson infecte pour un lieu tout aussi innommable. Comment les rustres de cet établissement, de cette cité entière même!, osent clamer qu'il s'agit de la seule boisson tolérée?! Y a-t-il seulement une seule personne saine d'esprit sur cette île ou cherchent-ils tous à avoir une cirrhose du foie?! Enragé et maugréant des prières malsaines à l'encontre des locaux de cette îles, Ryann Stalker trempa de nouveau avec dégoût et lenteur ses lèvres dans le godet de fer. La rugosité froide du récipient mêlée à la texture sirupeuse de la boisson parviennent à décrocher une autre grimace, ce qui satisfaisait le maître des lieux au plus haut point. Enfin, c'est ce que le garçon perçu sur l'horrible grimace que venait de faire le patron du comptoir. Une énorme balafre l'avait à jamais dépossédé d'une de ses commissures de lèvre et de la moitié du nez, Ryann savait bien que les espagnols n'étaient pas vraiment les bienvenus en territoire libéré de toutes lois. Enfin, il n'avait qu'à finir ce verre et partir fissa une fois cela fait. Oui, tout simplement...

Deuxième verre. Par tous les diables! En quelle langue faut-il parler à cet ignare à la bedaine proéminente pour dire qu'il n'y a nul besoin de boire un autre verre pour devenir un homme?! Le premier verre lui a suffit à avoir le coeur au bord des lèvres, merci bien. Enfin, soit. Le capitaine l'avait dit avant de débarquer qu'il ne fallait pas causer d'embrouilles avec ces faquins d'anglais et ces maroufles de français. Plus facile à dire qu'à faire, oui! L'alcoolique et l'adolescent se contemplaient dans le blanc de l'oeil. Enfin non, dans le blanc de l'oeil de verre de l'alcoolique serait plus correct.

« Bois! » disait le pilier de comptoir, commençant à triturer nerveusement un coutelas attaché à sa ceinture.

Après un regard acide lancé à son interlocuteur, Ryann but d'une traite le contenu de sa chope. Pris d'une nausée soudaine, il manqua de peu de s'écrouler de son tabouret. Le souffle saccadé et une main à la gorge, l'adolescent se redressa tant bien que mal sous les rires gras de quelques personnes alentours. A peine avait-il repris contrôle de lui, il remarqua avec stupeur que son gobelet vide avait déjà été remplacé par un autre, rempli cette fois-ci. Et pour couronner le tout, l'ivrogne lui lança un sourire de défi. Sombre erreur que de défier le Seigneur, pauvre homme...

Troisi...Non, c'est pas ça... Quatrième? Ou cinq et demi? Mroui, ça doit être ça... Bwarf, qu'importe! Il est bien finalement ce tondu de britannique. C'est un homme un vrai! Il a tout compris de la vie, c'est un ami en or! Le garçon dodelinait de la tête tout en souriant à la blague pas très catholique que venait de lui sortir son « nouvel » ami. S'esclaffant bruyamment, ce dernier s'effondra sur la table dans un bruit lourd, renversant sur lui le restant de sa boisson. A peine inquiet sous les effets euphorisants de la bibine, Ryann siffla son verre avant d'aller se resservir et... Oh? Mais à quelle table était-il? Cherchant la table où on rit beaucoup, il se dirigea vers un groupe hétéroclite composé de Britannia et de Sinclair. Ennemi? Que nenni! L'alcool gai du jeune homme fait que chacun est son ami. Et puis, avouons-le... « Qui saurait se passer de moi?Fufufu... » Se disait-il avant de s'affaler sur un des bancs qui entourait la tablée.

Oh un chiffre comme ça de verre. Il prenait facilement part aux conversations, écoutant avec émoi les récits de ses compagnons de soirée, jurant comme un Britannia et colportant des ragots comme un Sinclair. Pur dicton Esperanza évidemment, point d'offense. En même temps ce n'est pas difficile quand on oublie le prêchi-prêcha de la Bible, la concurrence coriace qui les opposent et son ego énorme. En plein pari débile avec un des pirates, un silence se fit dans la salle. Lançant un regard vers l'entrée, il aperçut la cause de cette ambiance pesante. Un homme de forte stature, à la fois impressionnant et inquiétant s'était invité et regardait dans leur direction. Alors que le jeune garçon avec lequel il avait parié sur le nombre de plumes de canard présente dans un oreiller s'était relevé en récupérant sa pièce, Ryann se raidissait sur sa chaise et tenta de dissimuler sa boisson en la donnant à la jeune fille assis e à côté de lui. C'est pas lui, voilà et ni vu ni connu en plus. Ou du moins, l'alcool lui fait croire qu'il a été discret dans sa tentative de déni.

- Serait-ce...? Un lamantin géant!

*Par Barbe-Noire! Qui est le sot qui a dit cela!? Quoiqu'en plissant les yeux on dirait oui. Mais il est où mon verre tiens? J'ai la bouche pâteuse et la gorge sèche, diantre!*
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 21
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

Andrew W. Loxley



Moi-même, je ne savais vraiment la raison de ma présence à Tortuga, ville que ne me plaisait guère. "Tu es trop coincé, Loxley !", m'avait dit l'un de mes compagnons lors d'une dure journée de labeur sur notre navire, se plaignant du fait que je ne riais pas aussi fort qu'eux sur leurs plaisanteries. Parce que je ne voulais pas être désobligeant, malpoli ou autre chose, mais les plaisanteries des marins n'étaient pas les plus raffinées. Bref, oui, Tortuga, ville de débauche et du rhum, des tavernes pas forcément bien fréquenstées dans toutes les rues, la contrebande qui se trouvait partout, autant vous dire que je m'y sentais comme un poisson dans un véritable désert, sans une seule goutte d'eau à sa disposition... Ou alors, en l'occurrence ici, l'eau s'était transformée en alcool, mais pas n'importe lequel, en rhum. Parce que l'odeur de ce breuvage était partout, sa présence était partout. Et moi, je me trouvais dans cette taverne bruyante, les fesses posées sur petit tabouret et les coudes posées sur le comptoir. Un verre de ce fameux rhum de Tortuga à la main. J'observais du coup de l'oeil les clients qui riaient grotesquement, se lançaient des remarques pas forcément très catholiques, buvaient à en noyer leur sang avec l'alcool, sans bouger.

Notre capitaine nous avait bien dit que nous allions rester ici quelques moments pour prendre du bon temps, comme il nous l'avait dit, mais je n'avais qu'une hâte, c'est reprendre le large. Rien ne valait la vue d'une étendue océanique. En tant que second dudit capitaine, il avait bien fallu que je mette les pieds à terre pour surveiller un minimum l'équipage. Il n'empêche que je me demandais toujours comment j'avais fini second, vu ma petite taille et le fait que je sois plutôt maigre... mais d'après notre capitaine, cette carrure me donnait de la vitesse et de l'agilité et ce n'était pas négligeable. S'il le disait...

Un bandana noué pour cacher une bonne partie de ma chevelure blanche, même si c'était plutôt inutile vu qu'elle s'échappait sur les côtés, j'attendais patiemment... pas grand-chose en fait. Non, j'étais juste là pour jeter un oeil à l'équipage, rien de plus, et donc... Peut-être que j'attendais que le soleil daigne enfin à pointer le bout de son nez pour connaître la décision du capitaine quant à notre nouveau départ en mer. Mais peut-être que nous allions encore rester quelque jours ici, je n'en savais rien. J'avalais le reste de ma chope d'une traite, devant avouer que le goût du rhum n'en était pas moins assez bon. Le tavernier engagea alors la discussion avec moi, pendant laquelle je lui répondais au début timidement avant de prendre pleinement confiance en moi pour avoir l'air tout à fait normal. Je ne savais pas du tout si cette soirée allait être mouvementée ou non, mais j'espérais qu'elle reste calme. Ou qu'une bagarre ne se déclenche pas en plein milieu de la taverne comme ça avait l'air d'être commun ici.

Pourtant, il ne fallait pas compter sur la réputation de Tortuga pour passer une soirée calme. Sentant tout d'un coup le calme qui prenait possession de l'endroit, je me tournais nerveusement vers la porte de la taverne pour y apercevoir... non. Je n'ai rien vu, j'ai vu personne, j'étais pas là, voilà. Cependant, je ne pouvais retirer mes yeux du véritable corsaire Barbe-Noire qui ne semblait pas le plus heureux au monde. Ses yeux féroces se posèrent sur moi. J'ouvris nerveusement grand les yeux, feignant ne pas savoir. Ne pas savoir quoi ? Aucune idée.

« Ahem... vous... hum... vous... vous désirez ? »

Par la barbe de Barbe-Noire, je... ! ... ohlà, quel mauvais jeu de mot quand on sait qui se trouve devant soi. Mais quel imbécile pouvais-je faire, moi, corsaire de Sinclair !
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 23
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She




Dernière édition par Willow Lewis le Ven 17 Fév - 23:10, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

Willow Lewis



[Hrp : Désolé du retard et de la maigreur du rp : le boulot me tue et ma connexion internet aussi >>]

Qu’importe que vous soyez sur Terre ou en Mer : tant qu’y a du Rhum, y a tout pour plaire ! Mais attention pas n’importe quelle bouteille ! Non, pas de la pisse de poisson chat mais une bonne fiasque du Roi des Mers, celle qui vous secoue de tout votre long et fait s’entrechoquer les deux neurones de certains. Et si vous voulez avoir une bonne rasade en tant que pirate, y a pas à se poser de question : Tortuga est fait pour vous ! Bien qu’étant comme tous les autres équipages Britannia qui ne se lassent jamais des mers, après deux semaines sans s’amarrer, l’équipage que Will avait rejoint avait décidé de prendre une halte méritée à la plus célèbre des îles pirates.

A peine le pied posé à terre que déjà plusieurs hommes s’esclaffaient et courraient après les femmes des bordels voisins. Will aime souriait d’un air presque mauvais : elle n’avait pas vu Tortuga depuis son départ pour l’équipage Brtannia et donc très longtemps. Les odeurs des marchandises se mêlaient à celles des marchands et celles des pirates qui auraient fait planer rien qu’à l’odeur une jeune précieuse anglaise. Pour les pirates du Britannia, même les rares au féminin, c’était autre chose : plus y a de sens en action, mieux c’est ! Tout le monde descendait et le Capitaine se tourna vers nous pour nous souhaiter bon vent avec l’alcool et les femmes. Les Hommes acquiescèrent mais les femmes ne suivirent qu’à l’exclamation d’Alexis, la sous-capitaine :

- Du Rhum et des Hommes! Voilà ce qu'il me faut mon capitaine !

Will cria un « OUAIS » en levant le poing en signe d’assentiment avant de vérifier si sa bourse ou plutôt ses bourses étaient toujours aussi pleines vu les voleurs du coin… Dans le fond, elle en avait assez de cachées près du corps dans son chapeau, ses bottes, son chemisier… qu’elle se rendrait compte du vol du plus fin des voleurs. Mais Alexis ne semblait pas encore contente du boulot de son équipage car elle donna ses ordres jusqu’au soir tant pour mettre en ordre le bateau que commencer à rapatrier les vivres pour les futures expéditions. Will s’occupa beaucoup de ces tâches là, sans rechigner car un pirate n’a pas le droit de rechigner devant le travail et encore moins le danger.

Mais le soir arriva et avec lui les tonneaux d’alcools tant promis. L’équipage se sépara mais Will reconnu en s’asseyant au bard d’une des tavernes la sous-capitaine ainsi qu’un autre moussaillon du nom de Todd et un jeune mousse un peu crétin que Will avait eu la malchance de rencontré en cuisine… Mais elle s’en fichait pour l’instant car elle était à sa… dix, douze, quatorze… Oui ! Quatorze chope de Rhum et autres alcools à la couleur moins étrange que le goût (et pourtant, un était noir d’encre, pas très courant). Il est vrai qu’elle avait appris assez tard à apprécier l’alcool mais avait gardé une résistance poussée aux différents liquides.

Alors qu’elle attrapait sa quinzième chope (je crois, j’ai pas vu entre temps…) d’une main rageuse de celle du tavernier, la porte de l’édite taverne s’ouvrit avec un bruit de fin du monde (ou presque), jetant un (très) léger froid dans les festivités de pirates. Buvant sa boisson en se retournant, Will vu de son œil gauche, non caché par un bandeau que le pirate qui arrivait n’était pas n’importe qui. Reposant sa chope à demi-bue, elle prit plus de temps pour détailler le nouvel arrivant. Il avait une stature impressionnante, une aura noire qui intime le respect comme peu de Capitaines en a d’aussi forte. Le silence se fit chez certains pour détailler le fort personnage qui avait la mine en colère sous sa barbe aussi noire que le breuvage des chopes. Alors qu’un gamin (que Will espérait ne pas être de Britannia) lançait un
«Un lamantin géant », tout le monde (ou presque) attendait les demandes du symbole de la Piraterie : j’ai nommé Barbe Noire.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

Le conteur




La beuverie battait son plein, mais la simple vision du légendaire capitaine des sept mers a suffi à calmer les ardeurs. Le regard sévère et hautain, la venue de cette légende, sans doute une vision alcoolisée, n'est pas de bon augure. Vous avez fait quelque chose qui lui a déplu, mais quoi? En tout cas, ce qui capte le plus votre intérêt est... son accoutrement. Par Neptune, un pirate de cette prestance portant des loques puantes et souillées? La traversée a du être rude... Le pas lent et pesant, Barbe-Noire s'avance dans la taverne et s'assit bruyamment à côté d'Andrew. Puis... le calme plat. Mal à l'aise, le barman sert l'homme et chacun attend une réaction. Les secondes semblent durer des heures et l'odeur de transpiration a atteint son sommet jusqu'au moment où un brave homme, d'un courage fou ou simplement emmeché lance une blague sur l'accoutrement, assez risible c'est vrai, de cette légende qu'est Barbe-Noire. Deux clans se créent, d'un côté les plus discrets, se retenant de faire tout commentaire, de l'autre, les inconscients raillant avec plaisir l'homme qui faisait trembler tous les équipages. Alors? Vers quel camp vous rangerez-vous bande de crabes?



Vous avez une semaine et demi pour poster pour ce premier tour de jeu. Il prendra donc fin le jeudi 02.02 à minuit (à une ou deux heures près). Concrètement, pour ce tour, vous avez deux choix qui seront déterminants pour la suite de l'intrigue. Tous sous l'effet du rhum, vous pouvez choisir deux types de comportement par rapport à l'arrivée assez peu magistrale de Barbe-Noire (BN pour les intimes). Soit vous préférez rester un simple spectateur et attendez une réaction de Barbe-Noire avant de faire quoi que ce soit d'incorrect, soit vous suivez le premier fou imbibé qui s'est permis d'insulter joyeusement cette icone de la piraterie qu'est Barbe-Noire. Votre rp devra donc obligatoirement se terminer avec un choix clair et net de votre camp, donc soit "balancer des vannes", soit faire profil bas en tremblant de peur. La suite des évènements dépendra de vous, mais gare, Barbe-Noire est susceptible. Fufufufufufu. Alors? On se laisse à la plaisanterie ou on continue de boire dans son coin? Vous pourrez utiliser des objets (que vous avez en banque), nous serons attentifs à les valider (en postant les effets). Vous pouvez poster un maximum de 3 réponses pour ce tour. Bon jeu !
▌Date d'arrivée : 31/03/2011
▌Commérages : 372

_________________

Voir le profil de l'utilisateur

Jamie McCravatt



Il était toujours une fois, dans une tanière sentant le mérou pas frais, un homme qui était sale et sentait le mérou pas frais recevant une bière qui sentait aussi le mérou pas frais alors qu'il a été péché pas plus tard qu'il y a deux semaines dans un bateau sentant le mérou pas frais commandé par un capitaine qui avait une haleine qui sentait le mérou pas frais et revendait son produit au prix d'une sardine pas fraîche.

Et comme il était lamantin mais pas fier et juste un peu bourré et ça c'est important de le dire et puis faire des phrases longues c'est bien et enfin il faut savoir que les pélicans mangent au moins deux fois par jour et seulement en période de régime et avec un talisman vaudou et évidemment pour que cela ne mène à rien. Bref, Jamie était dubitatif et en même temps admiratif quand il vit un pirate se lever et s'esclaffer de la tenue du lamantin géant. Lamantin? Noooon, il était plus que cela. Il était... Oh mais que font ses pieds et ses mains. Prenant des chopes en mains et les cognant l'une contre l'autre, Jamie exécuta quelque air saugrenu sur des pas de danse endiablé avant de s'époumoner en direction du pirate malvenu, mais pourtant mérou.


Dans les bars chinois
Dans le bleu des océans
Dans la fougue d’un chat
Dans les ailes d’un pélican
Dans la force d’un bateau
Dans la couleur d'un drapeau
Je te survivrai

Alors qu'il entonnait cet air tristement célèbre pour son histoire de mérou, le jeune futur lamantin possible mimait avec cynisme sa chanson en cachant ses yeux, suggérant l'affreuse tenue mérouvingienne du nouvel arrivant. Peu mécontent de sa prestation, et encouragé par un pirate un peu trop mérou bourré, il entama des pas de danse en marchant vers Barbe-Noire, roi des sept mérous.

Dans la voile et le vent
Dans le froid des canons
Dans les courants mouvants
Où j'humerai ton onguent pas très bon
Dans la liesse et le sang
Dans les cages des prisons
Je te survivrai

Ca y est, il était lancé et entrainé par une partie du bar en liesse, il offrait une grande trappe dans le dos du bon vieux barbu, avant de prendre un jus de mérou alcoolisé et monter sur la table du bar et poursuivre de plus belle, dans un élan tragico-mérouvant. Ce que l'alcool peut commettre comme bêtise, direz-vous? Voyant un pirate, mais roux, il lui fit un clin d'œil car ça n'avait rien à voir dans sa chanson, ou peut-être était-ce vraiment une invitation à chanter. Quel fripon petit prince mais roublard de lamantin, comme le dirait Lamartine.

Je te survivrai du travestissement
Je te survivrai dans un vrai relent
Je te survivrai comme un manant
Je te survivrai

Ne voyant point l'éclair noir poindre dans le regard du pirate, Jamie, alias « toi prépare toi à finir en rata de mérou », perpétrait en totale insouciance sa chanson qui demeurera longtemps oubliée et sans doute jamais retenue, vu le niveau élevé des esprits de la soirée.

Je te survivrai et tu te sentiras
Je te survivrai regarde-toi
Je te survivrai laule iksday pétédéair de toi
Je te survivrai

Ca y est, fier comme un chat persan, il l'avait dit, tel un soprano avec une voix de mérou qui ne sentait pas très frais. Qui sera le prochain de cette comédie musicale au goût de mérou?

[HRP: désolée, mais cette chanson résonne encore et encore dans ma caboche ._.]
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 23
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She



Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

Willow Lewis



Même en étant saoul, on aurait put remarquer que Barbe-Noire ne sortait pas de sa meilleure expédition simplement par l'état de ses vêtements. Effectivement, pour un pirate de son rang, avoir des haillons en guise d'atours, celui qui était connu pour ses réussites avait plutôt l'air d'une loque. Alors que Will cherchait une indication quelconque de sa venue au bar, il s'asseya au côté d'un homme albinos que la jeune asiatique savait Sinclair. Mais le temps n'étaient pas aux luttes entre équipages, Barbe-Noire se plaçant dans la première des priorités. Alors que le tavernier apportait la commande du pirate, un silence pesant se formait et comme de nombreux silences pesants, il sembla durer des lustres.... Jusqu'à ce qu'un homme s'adresse à la Légende.

Et ce n'était ni pour lui faire honneur ni même (fait déjà insultant) lui demander le pourquoi de sa venue. Et dans le fond, vu son état, le terme "émêché" ne devrait pas suffir et ses paroles critiques sur sa tenue ne firent pas la surprise chez tous. Accompagné d'un rire, le silence à présent brisé, semblait très tendu. Effectivement, tout le monde attendait une réaction de la part de Barbe-Noire qui déjà à l'origine semblait vouloir trouver des boucs-émissaires. Alors que Will se resservait une chope, elle relâcha son visage où un de ses sourcils s'était levé à la critique de l'accoutrement. Son oeil encore en état de voir s'excitait à la vue des pirates (dont certains étaient déjà à terre à cause de l'alcool et ne réagissaient déjà plus), allant notammant de Barbe-Noire au pirate téméraire et assez idiot.

En revanche, bien qu'elle attendait une colère terrible de la part du pirate aux yeux sombres (de colère déjà ?), elle ne pût retenir sa surprise, avalant même de travers quand le jeune mousse qui semblait toujours prendre des drogues dures se mit à chanter (si on peut encore garder ce terme) une chanson que la jeune femme ne connaissait pas et c'était sûrement normal vu les paroles. En même temps, il dansait ou plutôt s'agitait et se tremoussait (on remarque le "mousse") avec des choppes dans chaque mains qui elles-mêmes s'entrechoquaient et se renversaient tant sur lui que sur le sol. Cette mise en scène était assurément destinée à Barbe-Noire dont, pour le coup, Willow le voyait rire devant l'absurdité de la chose.

Il est vrai qu'elle même, bien qu'elle ne rajouta pas de critiques par paroles, elle s'exprima. Et au lieu d'avoir comme d'habitude honte de la jeune recrue anglaise, elle leva sa choppe, un sourire aux lèvres. Elle ne se moquait pas de la Légende mais plus du jeune Jamie (si c'était bien son nom) qui, elle l'avoue, la surprenait à chaque fois. Après, allez savoir si ce signe, même simple, pouvait être mal perçu par le Grand Pirate, un signe d'encouragement à sa ruine. La pirate s'en souciait peu car, quoi qu'il se passe : il y aurait du bon spectacle.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 2057

Voir le profil de l'utilisateur

Ryann Stalker



La bonne humeur et l'ambiance guillerette battait son plein au sein de l'une des nombreuses tavernes de Tortuga. Des amitiés voyaient le jour et des instants de franche camaraderie éméchées laisseront des souvenirs agréables dans les esprits. Oui tout cela aurait été parfait si ce n'est l'arrivée inattendue du plus imposant et respecté des pirates. Alors que les derniers pocherons se roulaient sous les tables afin de soulever les jupes des serveuses, le silence avait élu résidence, s'insinuant dans les moindres coins et recoins de la taverne. Bouches bées, chacun regardait la légende s'engouffrer jusqu'au bar et s'affaler telle une énorme otarie sur un tabouret posé contre le zinc.

Oui, dans son état d'ébriété, et aidé de la phrase sortie par son voisin de table, Ryann avait des visions très animalières de l'arrivant. Ajoutez à cela que le légendaire pirate sentait vraiment le chacal, la comparaison était facile pour l'adolescent. Tandis que chacun guettait le moindre mouvement de Barbe-Noire, quelques sourires niais ou simplement méchant s'étirait sur les commissures des lèvres de quelques clients. Voir la terreur des mers ainsi accoutrée, cela prêtait à rire pour les plus audacieux. Cela donnait même des idées de grandeur aux plus téméraires, voyant là une opportunité de détrôner le grand lord des océans. Mais cela n'était pas à l'ordre du jour pour Ryann, plus occupé à voir ce qui restait comme fond de bière dans son godet.

Et c'est à cet instant précis qu'il ratait le début des festivités. Sortant de la masse, un homme un peu bourru et complètement bourré héla Barbe-Noire dans une bourrade amicale. Le flot de paroles qui sortait de sa bouche puant l'alcool et les restes de son repas mal digéré restait incompréhensible dans la majorité mais une chose était certaine, ce n'était rien de très flatteur. Petit à petit, les éclats de rire firent surface et l'établissement retrouvait en partie son ambiance habituelle. Quelques pirates sérieux ou moins francs se gardaient de tout commentaire ou de participer aux railleries, tandis que d'autres crachaient leur humour empli de fiel à l'encontre de l'homme tant respecté auparavant.

Éberlué par cette agitation soudaine, Stalker regardait d'un air idiot ce qu'il se passait. Il se fit vivement bousculer par son voisin Britannia qui se mit à chanter et danser, si l'on pouvait appeler cela ainsi, à l'intention de Barbe-Noire. Et quelle œuvre! Une comédie musicale aurait été du plus bel effet mais Ryann s'égarait en pensant à des choses qui n'existait pas. Comédie musicale? Quelle sottise est-ce cela? Certains pirates fredonnaient des chansons paillardes en même temps que le jeune chanteur, Barbe-Noire lui restait de marbre. Pourtant n'importe quel pirate aurait pris la mouche face à de pareilles insultes, mais pas lui et cela ne sembla pas contrarier les occupants, dont Ryann.

En effet, emporté par cet élan de gouaille, le jeune membre de l'équipage hispanique se décidait à rejoindre la fête. Buvant le restant de sa boisson, il s'essuya la bouche du revers de la main et s'élançait vers le bar, tout sourire et enlaça Barbe-Noire avant de faire mine de le renifler et s'évanouir à l'odeur.


-Pouah, mais dites donc mon cher. Ce n'est pas un bâtiment pirate que vous dirigez mais une poissonnerie! Voilà donc où vous vous tapissez depuis tant d'années!?

Et pour s'amuser encore plus, il tenait du bout des doigts un des pans de la veste du pirate et les scrutait d'un air songeur avant de lui tapoter l'épaule et lui remettre une pièce en main.

-Tiens mon enfant, je t'offre au moins cette charité là car par pitié, quelle loque vous faites! On dirait que vous vous êtes roulé dans votre fange. Comprenez que je ne vous fasse pas la bise, fufu!
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

Alexis Bell



Gue-gue-guegneugneu ? Je rêve ou j’ai la berlue ? Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan on l’aurait quand même su si l’Barbe Noire avait décidé de faire escale à c’te bonne vieille Tortuga, pas vrai ? Bah en tout cas, il a certainement pas perdu de poids, sûrement la raison de la confusion du petit mousse là-bas. Il est tout rouge le p’tiot ! Il doit pas tenir l’alcool pour comparer c’vieux pirate à un… Lamantin. Ouais ‘fin un lamantin for mal sapé pour un marin si respecté ! Et l’autre blondinet – enfin plutôt blanc, certainement un accident avec ces soi-disant teintures que vendent des charlatans en ville – il a bien raison de trembler ! A son âge, moi aussi, je pense que j’aurais tremblé, mais n’allez surtout pas le répéter, mon autorité en prendrait un sacré coup et l’équipage serait ingérable ! Mais… Allons bon, il n’y a que des mauviettes ici ? L’alcool est-il donc monté à la tête de tout le monde ? Possible, sinon ce fou n’aurait pas osé lancer une boutade si audacieuse au légendaire pirate ! Bon, c’est vrai qu’à y regarder plus en détails, il est franchement rapiécé son manteau, et je ne parle pas de l’état de ses godasses, de vrais gruyères ouais ! Et puis bon, je n’irai pas m’approcher vérifier l’odeur. Mais bon sang, ça reste quand même Barbe Noire ! L’habit ne fait pas le moine, et sa réputation de Terreur des mers, il ne l’a pas volée non plus !

Dans les bars chinois
Dans le bleu des océans
Dans la fougue d’un chat
Dans les ailes d’un pélican


Agueuheuheuheuuuuuuuuu ! Il se drogue le petit ? Le pauvre enfant… Espérons qu’il ne soit pas des Brit’… Faudrait voir à pas s’attirer les foudres de c’pirate là ! Et NON, je ne me drogue pas moi ! Et je tiens parfaitement l’alcool. Encore heureux, sinon la souris volante de tout à l’heure, je n’aurais pas pu l’éviter, contrairement à mon voisin de table. Et pis ce crétin là…

- Hé marin d’eau douce ! S’tu voulais crever fallait m’le dire, j’aurais pu me charger d’aller nourrir la poiscaille ! M’enfin on dérange pas seigneur Barb’Noire pour les basses besognes !

Vous assure que ça devait pas passer pour une insulte à sa personne ! Mouais… J’ai ‘t-être un peu foiré mon coup pour l’instant. Mais ‘lui veux pas de mal à c’pirate. J’ai pas peur, mais je suis pas folle non plus. ‘Paraitrait qu’il aurait su mettre un équipage en déroute simplement parce qu’ils l’ont aperçu (et qu’ils avaient des comptes à lui rendre aussi). Et on raconte qu’un seul de ses navires est capable de couler une flotte entière de rafiots ! Tous des marins d’eau douce sur leur rafiot qui prend l’eau ! Hoho, mais c’est que j’ai l’âme poète ce soir, héhééééééé. L’homme me foudroya du regard, mais je le soutins, l’œil froid mais le sourire moqueur. Moqueur et narquois, comme quelques pirates de la salle après mon intervention. Qu’ils rient ! Je n’en perdrai pas ma superbe pour autant et attablée avec mes camarades je n’en demeurerai pas moins majestueuse (ouais, j’ai encore chouré le beau manteau du cap’tain). Qu’ils rient ! C’est de leur insouciance que je tire ma force ! Mais si, vous savez, les hommes ne se méfient des femmes que pour leur langue de vipère ! Hé bien voilà un machisme mal placé qui m’avantage pour une fois ! Et…

-Pouah, mais dites donc mon cher. Ce n'est pas un bâtiment pirate que vous dirigez mais une poissonnerie! Voilà donc où vous vous tapissez depuis tant d'années!? Tiens mon enfant, je t'offre au moins cette charité là car par pitié, quelle loque vous faites! On dirait que vous vous êtes roulé dans votre fange. Comprenez que je ne vous fasse pas la bise, fufu!


Avec des mimiques exagérées à l’appui de ses propos, le pirate qui s’était amusé à saluer « amicalement » le grand pirate en vint à lui faire l’aumône. Tsssssk vu son accent, c’est certainement un espagnol celui-là ! Et je ne résiste jamais à l’appel d’un bel espagnol, surtout s’il est à peine plus jeune que moi. De manière à ce qu’il ait bien le temps d’admirer ma démarche, je me frayai un chemin sans difficulté jusqu’à lui. Exprès pour lui, j’avais le regard ardent et jouais sur mes pas pour arrondir mes courbes féminines au bon moment (oui, ça s’appelle rouler du c*l). J’entendis quelques sifflets dans la salle (ça siffle pour un rien un mec de toute manière, suffit qu’une gonzesse se mette en mode chauffage pour que la testostérone sature la pièce) mais ne me retournai pas, il fallait que je donne au « petit » l’impression qu’il n’existait que lui. Je m’assis sur un tabouret, le plus proche de lui (en prenant soin de le laisser entre Barbe Noire et moi), et écartai très légèrement mon manteau de mes cuisses, juste assez pour que ça soit excitant pour n’importe quel possesseur de bourses, et je ne parle pas d’argent. Les yeux plantés dans les siens, je m’accordai un clin d’œil à mon ami barman pour qu’il me serve un remontant que je siroterai devant le jeune homme. Il était comme hypnotisé par mes yeux, et je fus soulagée de savoir qu’il était assez saoul pour l’être (sans alcool, mon numéro n’aurait jamais marché, à moins qu’il ne soit en manque).

- Hey, l’espagnol. Dis-moi, tu n’aurais pas l’un ou l’autre territoire « païen » à « évangéliser » dans le coin ? Ton aumône pourrait leur servie à eux, tu ne crois pas ? Ou bien… Tu pourrais te servir de cet argent pour te payer un autre verre avec moi, non ?

Malgré l’acidité sous-jacente de mes paroles, j’avais gardé une voix doucereuse et sensuelle pour que ça marche. Qu’est-ce que devait marcher ? Détourner l’attention de Barbe Noire, pour éviter un désastre…. Ou l’amoindrir au minimum !

C’est ça, le pouvoir des femmes !
▌Date d'arrivée : 23/01/2012
▌Commérages : 3

Voir le profil de l'utilisateur

[Barbe-Noire]



Le pas lent et pesant, Barbe-Noire s'était avancé dans la taverne et avait scruté d'un œil sévère l'assemblée ici présente. Triste spectacle qu'on lui offrait. Tellement risible qu'il empruntait avant tout le chemin pour arriver au comptoir. Le calme se faisant, il était plus facile ainsi d'imposer de sa grandeur et de son autorité. D'un coup d'œil perçant, il scruta le gérant de l'établissement qui s'empressa de lui servir l'un de ses meilleurs crus, gracieusement offert par la maison, cela va sans dire. Avec aise, il sirotait sa consommation en regardant du coin de l'œil le jeune Sinclair aux cheveux blancs à ses côtés. Le jeune tremblait de peur sur son tabouret, ce qui eut pour effet d'afficher un sourire moqueur à la terreur des mers. Cependant, ce sentiment de crainte et respect ne semblait pas avoir traversé tous les esprits.

Un jeune blanc-bec au pied bot s'était dégagé de la foule pour accoster Barbe-Noire, non sans un soupçon de raillerie. Notre homme s'amusait avec un plaisir non dissimulé à détailler de pied en cap la défroque du capitaine renommé. Certes, il n'était pas à son avantage mais qui dans cette salle aurait eu le courage de traverser le triangle des Bermudes et d'en revenir indemne? Haussant un sourcil, Barbe-Noire s'était retourné sur son tabouret pour observer plus attentivement l'imbécile. Au moment-même, quelques compagnons mal en point reprenaient le flambeau, un à un, avec autant de répartie qu'une moule aphone. Pathétique descendance. Avait-il été un modèle pour de pareils badauds? Non merci!

Ces sombres crétins s'enfonçaient d'ailleurs dans leur bourbier, à commencer par cet ivrogne qui s'était exclamé voir un lamantin. Voulait-il finir le premier sur le supplice de la planche? Ou bien être empalé sur les récifs rocheux dans les recoins les plus reculés de Tortuga? Qui sait... Néanmoins son petit numéro de scène semblait amuser la galerie, même une jeune Britannia, assez discrète s'était mise à trinquer. Oh oui, bien sûr, elle pouvait bien trinquer à la bêtise du jeune homme, mais dans le doute et en voyant l'état de la majorité, si ce n'est tout le monde, il ne préférait pas l'épargner. Après tout, les plus calmes peuvent toujours se garder de dire ce qu'ils pensent bien haut.

Mais le spectacle ne s'arrêtait pas là. Oh non! Cela aurait été bien triste de ne pas s'enfoncer davantage dans la pitrerie qu'adoraient ces misérables minables. Un Esperanza, chose rare dans un lieu dénué de tout catholicisme, s'était incombé soudainement un tache de piété envers le pirate. Était-ce une blague? Devait-il rire ou directement lui couper ce qu'il faut pour devenir eunuque? Heureusement, ou malheureusement, une femme, lie et terreur des navires, s'était avancé pour rabattre le caquet. Non sans essayer de mettre en avant ses atouts. Aussi dangereuses que les sirènes, ces bonnes femmes... C'en fut même assez, Barbe-Noire en avait assez vu pour légitimer le sermon qu'il avait préparé.

Avec violence, il posa son verre et se levait. Il dépassait facilement tous les clients debout, et sa prestance, malgré ses vêtements, n'avaient pas perdu de son effet. Jetant un regard circulaire dans la salle, il prit la parole, d'une voix grave et puissante.


-Que vois-je ici?! De quoi se moque-t-on?!

Le ton était sec et méprisant. Nul doute, Barbe-Noire n'était pas venu pour faire autre chose que donner la fessée à tous ces bons-à-rien. En deux phrases, il avait réussi à faire trembler les lieux et chacun s'écarta, effrayé, de son passage. Courroucé, il se planta devant chaque équipage, les contemplant droit dans les yeux. Le numéro avait duré quelques minutes, mais semblait duré des heures. Des rires nerveux fusaient dans la salle, mais furent vite tus quand Barbe-Noire regardait de ce côté. Revenant, sur ses pas, il posa sa main gauche sur l'épaule du jeune Sinclair qui était assis à ses côtés. Enfonçant ses longs doigts comme les serres d'un rapace, il retenait le français et l'invita à le regarder droit dans les yeux. Certes, le jeune homme n'avait rien fait de particulier, mais les vents marins lui ont apportés les antécédents du français et du reste de son bâtiment.

-Sinclair! Que de déception vous êtes! Vous vous enorgueillissez de violences inutiles et sans profit! Et quand la situation ne part pas à votre avantage, vous fuyez, sans aucun remord! Est-ce donc comme cela qu'agisse les corsaires, des purs gredins de basse classe?

Tournant les talons, il s'adressa au prétentieux espagnol qui avait osé lui faire l'aumône. Le gamin gloussait en voyant le jeune albinos trembler sur place, mais il fut moins fier quand il ne put réprimer un hoquet de surprise quand il comprit que son heure était venue.

-Ne gloussez pas Esperanza! Vous pensez valoir mieux?! Et votre mission divine et droiture dont vous vous réclamez tant, où est-elle en ce moment, dites-moi?! Vous sentez vous grandi parmi ce que vous considérez comme la lie de ce monde?!

Un silence de plomb hantait la salle sur ces derniers mots. Certes, les paroles n'étaient pas accueillies avec joie de la part des deux équipages, mais chacun se taisaient car Barbe-Noire n'allait pas en rester là. Tous le savaient, il restait encore un équipage épargné, mais pas pour longtemps. Le jeune roux qui était resté sur place, le zigoto aux lamantins et les deux demoiselles... Ses propres enfants. Les vrais pirates tels qu'il les avait imaginé, étaient tombés bien bas et ça il comptait bien leur faire connaître le fond de sa pensée. Fustigeant du regard les Britannia, le grand Barbe-Noire acheva son blâme auprès des trois leaders des océans.

-Britannia... Quelle honte je ressens pour vous. Vous les pirates cruels et sans manière, vous voilà attablé avec l'ennemi, plus soucieux de boire que de répandre terreur et sang. Est-ce là le modèle que je vous ai transmis? Cela suffit dès à présent! Conduisez-vous en pirates, en corsaires ou conquistadors, et rien d'autre! Avez-vous rangé votre fierté pour un baril de rhum, bande de manchots cul-de-jattes?!
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

Le conteur




La beuverie et les railleries allaient bon train, mais l'action soudaine du légendaire capitaine des sept mers a suffi à calmer les ardeurs. Le regard sévère et hautain, vous avez fait quelque chose qui lui a déplu, mais quoi? Le pas lent et pesant, Barbe-Noire s'avance dans la taverne et entame son sermon. "Que vois-je ici?! De quoi se moque-t-on?!". Sa voix grave et profonde faisait trembler les lieux et chacun s'écarta, effrayé, de son passage. Courroucé, il se planta devant chaque équipage. Tout d'abord le jeune albinos français. "Sinclair! Que de déception vous êtes! Vous vous enorgueillissez de violences inutiles et sans profit! Est-ce donc comme cela qu'agisse les corsaires, des purs gredins de basse classe?" Tournant les talons, il s'adressa au prétentieux espagnol "Ne gloussez pas Esperanza! Vous pensez valoir mieux?! Et votre mission divine et droiture dont vous vous réclamez tant, où est-elle en ce moment, dites-moi?!". Un silence de plomb hantait la salle sur ces derniers mots. Tous le savaient, il restait encore un équipage épargné, mais pas pour longtemps. Fustigeant du regard les Britannia, le grand Barbe-Noire acheva son blâme auprès des trois leaders des océans. "Britannia... Quelle honte je ressens pour vous. Vous les pirates cruels et sans manière, vous voilà attablé avec l'ennemi, plus soucieux de boire que de répandre terreur et sang. Est-ce là le modèle que je vous ai transmis? Cela suffit dès à présent! Conduisez-vous en pirates, en corsaires ou conquistadors, et rien d'autre! Avez-vous rangé votre fierté pour un baril de rhum, bande manchots cul-de-jattes?!"



Vous avez une semaine et demi pour poster pour ce troisième tour de jeu. Il prendra donc fin le vendredi 17.02 à minuit (à une ou deux heures près). Concrètement, pour ce tour, vous avez deux choix qui seront déterminants pour la suite de l'intrigue. Tous sous l'effet du rhum, vous pouvez choisir deux types de comportement par rapport au discours de Barbe-Noire. Votre tempérament pirate revient au triple galop et vous vous insurgez face au maître des mers, réclamant son sang et sa barbe. De quel droit ose-t-il vous juger? A l'inverse, le discours de Barbe-Noire vous a chamboulé, vous vous sentez indignes et jurez de prêter votre lame contre tous ceux qui sortiraient du droit chemin, ceci est votre deuxième choix. En gros, il faudra soit se rallier à Barbe-Noire, soit vous liguer contre lui. Votre rp devra donc obligatoirement se terminer avec un choix clair et net de votre camp. Le vent de la bataille dépend de vous, c'est le gérant de l'établissement qui va encore être content. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je sens qu'il y aura de la bagarre. Fufufufufufu. Alors? On écoute le patron ou on assume ses dérives? Vous pourrez utiliser des objets (que vous avez en banque), nous serons attentifs à les valider (en postant les effets). Vous pouvez poster un maximum de 3 réponses pour ce tour. Bon jeu !
▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

Alexis Bell



Echec. C’était un bel échec. Ho, je n’avais pas tout à fait raté mon coup, j’avais bel et bien réussi à détourner l’attention du jeune espagnol ! Mais bon, visiblement, Barbe noire était suffisamment échaudé pour réagir, j’avais agi trop tard. Bon, d’un côté, je comprends aisément qu’il réagisse. Je suis persuadée que je n’aurais pas eu la moitié de son self-control si j’avais été à sa place. Lorsqu’il se leva, sa masse s’imposa à tous et sembla remplir l’espace entier de la pièce. C’était comme si plus personne ne pouvait lui échapper. Un silence lourd, pesant s’attarda sur la salle tandis qu’il se livrait à une sorte d’inspection des équipages présents. Il semblait nous détailler silencieusement, un à un, comme pour nous jauger. La plupart d’entre nous, donc moi, n’osions pas le quitter des yeux. D’autres encore gardaient la tête baissée comme pour se faire tout petit et ne pas attirer l’attention sur eux. Mais de ceux qui le suivaient des yeux, peu avaient le culot de soutenir son regard. J’osai, une seconde. Mais je vis ses yeux lancer des éclairs noirs et lourds de reproches. Ça sent le roussi pour nous !

-Sinclair! Que de déception vous êtes! Vous vous enorgueillissez de violences inutiles et sans profit! Et quand la situation ne part pas à votre avantage, vous fuyez, sans aucun remord! Est-ce donc comme cela qu'agisse les corsaires, des purs gredins de basse classe?

Pauvre petit… Il n’avait probablement rien demandé, et je suis presque sûre que c’était un bon français, mais à présent, ses yeux trahissaient une sourde angoisse. Mais je ne fus pas dupe, et je pense que tout le monde avait bien compris le message : ce petit n’avait rien à voir en particulier avec Barbe-Noire, mais ces paroles s’adressaient à l’ensemble des Sinclair qui pourraient l’entendre. Et si ce que je crains se réalise, on est franchement mal barrés… Hélas, c’est fini… Après avoir laissé planer une seconde de doute, il s’est retourné brusquement vers le jeune Espagnol qui manque de s’étouffer en comprenant que c’était son tour de subir le courroux du terrifiant pirate.

-Ne gloussez pas Esperanza! Vous pensez valoir mieux?! Et votre mission divine et droiture dont vous vous réclamez tant, où est-elle en ce moment, dites-moi?! Vous sentez vous grandi parmi ce que vous considérez comme la lie de ce monde?!

Bien envoyé… Ca ressemble assez à la remarque que je lui avais envoyée somme toute. Sauf qu’elle était dite avec un peu moins de… Délicatesse et subtilité. Mais ce n’était pas le moment de faire la fière ni la maline, c’était plutôt le moment de serrer les dents dans l’attente de la suite, qui serait immanquablement destinée à l’équipage anglais. Pourtant, je me demandais ce qu’il allait bien pouvoir nous reprocher… Piller sans remords, les violences inutiles… Tout ça c’est ce qui nous caractérise, on n’a pas à nous en vouloir pour…

-Britannia... Quelle honte je ressens pour vous. Vous les pirates cruels et sans manière, vous voilà attablé avec l'ennemi, plus soucieux de boire que de répandre terreur et sang. Est-ce là le modèle que je vous ai transmis? Cela suffit dès à présent! Conduisez-vous en pirates, en corsaires ou conquistadors, et rien d'autre! Avez-vous rangé votre fierté pour un baril de rhum, bande de manchots cul-de-jattes?!


Ah… il le prend comme ça alors ? Son problème, c’est l’alcool ? Mais c’est très recherché comme blâme dites-moi ! Hé bien, voulait-il toucher à notre fierté ? Il a gagné il me semble, les Esperanza et les Sinclair ne sont plus les seuls à l’assassiner du regard je crois. Serait-il devenu suicidaire ces derniers jours ?

- Hé bien… Grand Pirate… Et ta fierté à toi, tu l’as mise au placard ? Quand on se trimballe dans des loques miteuses et malodorantes, il ne faut pas venir se plaindre que quelques pirates qui ne tiennent pas l’alcool en profitent pour se moquer de toi : nous ne sommes pas des anges. Mais peut-être as-tu un problème avec l’alcool ? Ton dernier voyage t’aurait-il sevré de ce délicieux breuvage un peu trop longtemps à ton goût ? Ou as-tu oublié ce qui fait toute la réputation des bonnes tavernes de Tortuga ? Hé bien dans ce cas, laisse-moi te rafraîchir la mémoire, il s’agit des rixes ! Et ce n’est pas en cantonnant les équipages chacun dans sa taverne qu’on obtient beaucoup de grabuge. Nous sommes des Pirates ! Tu es bien place pour le savoir, et les Britania en particulier recherchent l’affrontement ! A quoi bon nous séparer ? Boire avec un français ne fera pas de moi son alliée, et ce n’est pas parce que je trinque avec un Esperanza que demain je ne vais pas l’attaquer ! Mais s tu veux un bon exemple, va voir un peu la taverne anglaise du « Joli Rouge », vois comme elle est miteuse !

Un instant, histoire de reprendre mon souffle, je laissai à Barbe-Noire le temps de digérer mes assertions. Mais je n’avais pas fini, pas encore !

- Tu comprends ? ensuite, je vais parler au nom des Britania, parce que tes accusations ne resteront pas sans réponse : saurais-tu me dire combien de batailles ont été dominées puis gagnées par le pavillon anglais, le Jolly Roger ? Tu comprends ce que tu viens de dire ? Les Britania, des manchots ? Et puis quoi encore ? Alors tu vas probablement te mettre dans une colère noire, ou tu vas faire quelque chose qui ne va certainement pas me plaire, mais je n’ai provoqué personne, je t’ai simplement répondu. Et tu sais pourquoi je ne fais que répondre ? Parce que j’éprouve un immense respect pour la Terreur des Mers que tu es, même si je ne peux laisser ce genre de paroles sans réponses !

Je fis une nouvelle pause, tâchant de ma calmer : je venais de réaliser que je commençais à m’emporter un peu trop…

- Enfin, j’imagine que tu n’es pas idiot, et que tu savais ce que tu faisais en nous provoquant, mais à mon tour de te poser une vraie question : que viens-tu vraiment faire ici, dis-moi ? Tu as cherché à nous faire réagir ? Ou le grand Barbe-Noire se serait-il transformé en simple moralisateur ? Permets-moi d’en douter…

Ça pour en douter, j’en doutais ! Je suis persuadée qu’il a un autre but, mais je serais curieuse de savoir ce qu’il a en tête ! et non, je n’ai pas signé mon arrêt de mort. Mais on n’insulte pas impunément le drapeau anglais.
▌Date d'arrivée : 22/07/2011
▌Age du joueur : 25
▌Commérages : 456

Voir le profil de l'utilisateur

Eren Donovan




J'ai comme qui dirais eu une absence, plus ou moins longue certes mais ça ne m'empêche pas de regarder le grand barbe noire s'avancer vers le comptoir, ce qu'il veut je n'en sais rien, pourquoi aujourd'hui je ne sais non plus. Alexis viens de rabattre le caquet de cet idiot d'Esperanza, bon d'accord, lui je l'aime déjà pas a la base alors, et voila que Monsieur le grand pirate en rajoute sur les deux rivaux. Sinclair et Esperanza sont visés chacun leur tour, je sens que le notre arrive. Et mon sang s'échauffe tout seul, je sens qu'il a aussi quelque que chose a nous reprocher, qu'il y a quelque chose qui le dérange. Je me suis donc dors et déjà lever, préparer a y répondre alors que le calme est fait.

La plupart acceptent la remontrance, du moins je pense qu'ils vont l'accepter, après tout il serait folie de se dresser contre le grand Barbe-Noire non? C'est vrai, il est très grand, il me dépasse largement, et il dépasse le capitaine de flotte de Britannia je pense. Quoi qu'il faudrait vraiment regarder ça, mais il devrait le dépasser. Enfin là n'est pas la question, qu'on s'en prennent aux Sinclair ou aux Esperanza d'accord, même si certains sont des connaissances. Mais les Britannia tous les membre de notre ordre de piraterie sont ma famille, nous avons tous été présentés, on se connaient presque tous. On se serrera les coudes en mer comme sur terre pour piller et couler les riches bateaux marchand ou aider a la libération de nos frères ou de nos soeurs si nous le pouvons.

C'est la loi pirates non? Alors tout Barbe-Noire qu'il soit je ne le laisserais pas insulter l'honneur et la famille Britannia, du moins pas tant que je serais en vie. Qui me reprochera de le défié pour l'honneur de notre flotte? Nous avons toujours été de sanguinaires et de fous marins risquant chaque jour la mort. Alors un peu plus un peu moins. Et je préfère encore mourir dans une rixe a Tortuga de la main de Barbe Noire en tentant de regagner notre honneur que mourir telle un chien la queue entre les patte dans une cellule française ou espagnole. C'est clair.

Britannia... Quelle honte je ressens pour vous. Vous les pirates cruels et sans manière, vous voilà attablé avec l'ennemi, plus soucieux de boire que de répandre terreur et sang. Est-ce là le modèle que je vous ai transmis? Cela suffit dès à présent! Conduisez-vous en pirates, en corsaires ou conquistadors, et rien d'autre! Avez-vous rangé votre fierté pour un baril de rhum, bande de manchots cul-de-jattes?!

Ca y est, s'en est trop. Alexis l'a déjà pris en grippe. Et comme quelques uns des notre nous venons la soutenir, comme un seul et même front face a ce pirate là. Certes il est le grand patron mais ce n'est pas une raison pour détruire des générations de vie de pirates. On a beau être les petits jeune, je pense qu'il comprends qu'on ne se laissera pas faire, Alexis n'a jamais eu sa langue dans sa poche et c'est bien pour ça qu'on l'apprécie autant.

Tu comprends ? ensuite, je vais parler au nom des Britania, parce que tes accusations ne resteront pas sans réponse : saurais-tu me dire combien de batailles ont été dominées puis gagnées par le pavillon anglais, le Jolly Roger ? Tu comprends ce que tu viens de dire ? Les Britania, des manchots ? Et puis quoi encore ? Alors tu vas probablement te mettre dans une colère noire, ou tu vas faire quelque chose qui ne va certainement pas me plaire, mais je n’ai provoqué personne, je t’ai simplement répondu. Et tu sais pourquoi je ne fais que répondre ? Parce que j’éprouve un immense respect pour la Terreur des Mers que tu es, même si je ne peux laisser ce genre de paroles sans réponses !


Durant la légère pause d'Alexis, tout en sachant qu'elle n'a pas finie je me permet de glisser mon propre ressenti.

Tu as beau être le plus grand d'entre nous, tu n'a a nous dictez notre conduite. Notre honneur n'est en rien entaché puisque nous buvons et mangeons à Tortuga, a ce que tout le monde sait, tu en a autant profitez que nous de cette île et personne ne venait te faire la morale, et tu n'était pas non plus dans cet état d'esprit quand tu as visiter la couche des femmes. Tout comme Alexis je suis surement aussi suicidaire qu'elle mais je ne te permet pas d'entacher ainsi l'honneur des Britannia alors que tu n'est pas non plus un exemple de droiture. La piraterie si elle était aussi figée que tu semble l'être serait déjà morte de la mains des empires.

Enfin, j’imagine que tu n’es pas idiot, et que tu savais ce que tu faisais en nous provoquant, mais à mon tour de te poser une vraie question : que viens-tu vraiment faire ici, dis-moi ? Tu as cherché à nous faire réagir ? Ou le grand Barbe-Noire se serait-il transformé en simple moralisateur ? Permets-moi d’en douter…

J'hoche doucement la tête en fixant l'illustre personnage, nous sommes les premier a nous dresser contre lui, mais le murmure des français et des espagnols semble promettre d'autre soulèvement. Pour moi il est clair que si il pensait me soumettre par sa simple présence il se fourre la main dans le shrapnel. J'ai ma fierté de pirate et les Britannia l'ont autant que moi quand je vois Alexis. Alors s'il cherche a nous défié ou nous tester, je suis pret. Même si je risque fort de mourir si je me bat en duel avec lui, mais après tout ce serait un honneur en même temps qu'une bonne cause. Et entre nous je suis soulager que nous faisions mine d'un certain barrage face a lui.
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 23
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She



Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

Willow Lewis



Alors que le jeune Britannia faisait son numéro, ce fut au tour d'un de ses fanatiques espagnols de s'y mettre... et pas qu'un peu. Déjà, pour la jeune pirate, ces Esperanza ne sont que des arrogants, pensant être supérieurs à tout le monde et se croyant donc aptes à choisir la religion de la planète entière. Encore, si chacun reste dans son coin, ça peut passer... mais si un s'approche trop d'elle, un petit couteau pourrait passer de sa main au cou de son ennemi... Mais en cet instant, ce ne fut ni elle ou ni un des Britannia qu'il nargua. Non ! Bien pire : le Grand Barbe Noire lui-même ! Le critiquant ouvertement sur son accoutrement mais sans non plus écarter l'odeur qui, il faut l'avouer, exhalait toute la taverne. Il alla même utiliser les mots aux antipodes de la Légende tel que "mon enfant" et "loque" et achevant sa tirade (avec grande fierté ?!) en donnant une pièce comme on en donne aux enfants atteint de lèpres... si on les approche et qu'on desserre notre bourse bien sûr...

Mais, il ne fallait pas croire que la situation était bien mal ! Non car dès qu'Alexis parla, un sourire d'assentiment naquit sur le visage de l'asiatique. Il n'y avait pas beaucoup de femmes pirates reconnues mais il fallait l'avouer que la sous-capitaine était loin d'être la moins reconnue de toutes. Déjà atteindre un tel poste, c'était bien mais avoir de l'autorité (et tout ce qu'elle souhaitait), c'était autre chose. Et ce n'était pas que par des paroles directes qu'elle faisait respecter ses codes mais aussi ses charmes. Alors avec ce petit arrogant d'espagnol, pensez vous ! Will avait raison quand elle avait prévu qu'il y aurait du spectacle, le rire pouvant s'afficher en voyant les bouches des hommes de la taverne s'ouvrirent de façon béat à la marche calibrée de la pirate. Mais le spectacle ne vint pas seulement par le rire, ça aurait trop simple...

Barbe Noire était toujours présent donc ça ne pouvait
pas être simple. Quand il se mit à parler, si des sourires, des rires, des critiques ou de simples paroles avaient fusé : tout s'était tu. Car si la voix du pirate était comparée à ceux d'une tempête de Calypso, ce n'était là qu'un euphémisme. Ces paroles étaient déclamées avec une voix pesante et grave, tel un père n'ayant pas besoin de hurler pour que ses enfants se soumettent. Les enfants ici, c'étaient les pirates des différents équipages et aujourd'hui, c'étaient le jour des remontrances. Il décida de parler à chaque équipage en regardant un des membres mais tous, sans exception, écoutait, attendait son tour... Car après le reproche aux Sinclair par l'intermédiaire de l'Albinos et le blâme des Esperanza, le tour des Anglais vint... et pas dans la douceur :


- Britannia... Quelle honte je ressens pour vous. Vous les pirates cruels et sans manière, vous voilà attablé avec l'ennemi, plus soucieux de boire que de répandre terreur et sang. Est-ce là le modèle que je vous ai transmis ? Cela suffit dès à présent ! Conduisez-vous en pirates, en corsaires ou conquistadors, et rien d'autre! Avez-vous rangé votre fierté pour un baril de rhum, bande de manchots cul-de-jattes ?!

Il avait finit en parlant à tous mais le message était bien plus qu'une simple réprimande, il cherchait les équipages... et il allait les trouver et sans tarder. Oui, si impossible n'est pas français alors intraitable est anglais. Et Barbe Noire était Anglais comme tous les Britannia de la salle. Willow avait déjà perdu son sourire, non son attention mais là, elle avait même reposé sa choppe, c'est dire. Ces yeux étaient noirs comme le néant car selon elle, ce n'est pas parce qu'il était une Légende, qu'il pouvait insulter le drapeau sous lequel elle combattait (et pillait et buvait aussi). Elle s'était levée et n'était pas la seule car Alexis, douée pour s'exprimer juste ainsi que Todd, le pirate aux cheveux rouges qui était tout aussi représentant anglais.

Tous deux alternèrent le discours, renvoyant en pleine face les propos du Grand Pirate qui, c'est sûr, n'avait jamais été le plus Saint en taverne et pas à sa première visite de Tortuga. L'Honneur chez les pirates, c'est une des choses les plus importantes, plus que votre vie car un équipage c'est pas le genre de chose que tu peux changer comme de chemise (et encore la chemise on ne la change pas souvent). Et là, Barbe Noire avait fait remonter la colère des Britannia (et sûrement pas seulement) les traitant tout de même de cul-de-jattes plus intéressé à l'alcool que leur activité pirate. Un pirate reste un pirate, ce n'est pas parce qu'il boit, qu'il devient inoffensif (c'est même parfois l'inverse). La sous-capitaine finit par une conclusion tout à fait pertinente, se mettant au dessus d'un Barbe Noire ayant mal joué son jeu :


- Enfin, j’imagine que tu n’es pas idiot, et que tu savais ce que tu faisais en nous provoquant, mais à mon tour de te poser une vraie question : que viens-tu vraiment faire ici, dis-moi ? Tu as cherché à nous faire réagir ? Ou le grand Barbe-Noire se serait-il transformé en simple moralisateur ? Permets-moi d’en douter…

Willow s'était peu à peu placée aux côtés de ses deux compagnons, fixant d'un oeil noir le pirate, non un regard d'insolence mais plutôt de défi, le défi de dire la réelle raison de sa venue et non se défouler sur les pirates "innocents". Ne lâchant pas son regard, ses doigts jouaient avec un petit couteau : elle ne voulait aucunement l'envoyer sur le pirate pour qui elle avait beaucoup de respect même dans cette situation, mais ce petit geste la détendait. Elle aurait très bien s'exprimer aussi mais Alexis et Todd avait dit ce qu'il y avait à dire, pas besoin d'exprimer un avis qui était clair : ce n'est pas parce qu'on a une grande réputation que l'on peut ouvertement critiquer des pirates, même qui se soûlent car ils restent pirates avant tout !
▌Date d'arrivée : 20/12/2010
▌Age du joueur : 21
▌Commérages : 422

Voir le profil de l'utilisateur

Andrew W. Loxley



Je déglutis durement en sentant le regard de la Terreur des Mers se poser sur moi. C'était bien la première fois que je voyais Barbe-Noire d'aussi près, et les rumeurs qui courraient à son sujet n'étaient pas fausses. Cet homme, ce pirate, ce corsaire était bien le plus respecté et le plus effrayant de tous. A côté, moi, petit, maigre, un bandana noué sur des cheveux blancs anormaux qui me valait des remarques qui doutaient de mon appartenance à la race humaine à cause de cette couleur inhabituelle et absolument rare voire pratiquement inexistante, pas une once de barbe sur le visage ou presque, timide et incapable d'aligner quelques mots sans bafouiller, je n'étais pas grand-chose. Rectification, je n'étais rien. Oh que oui, le légendaire Barbe-Noire m'impressionnait.

Après avoir prononcé quelques mots à son égard, j'eus l'immense honneur - ou bien tout le contraire, à vous de voir... la compagnie d'un pirate n'est pas forcément la meilleure - de voir le fameux corsaire s'asseoir à mes côtés. J'ouvris grand mes yeux gris, mes mains tremblantes tenant ma choppe de rhum avec anxiété. A cette distance, à peine quelques centimètres, si j'esquissais le moindre geste, je pouvais sans problème me recevoir un coup en pleine figure et mourir sur le coup, parce que je ne doutais pas de la force qu'enfermaient ces bras. Sur ce, je n'osais pas bouger d'un pouce, me demandant si ce silence pesant qui régnait dans la taverne allait finir un jour. Visiblement, non. Puis d'un coup, un homme qui devait être fou depuis un bon moment lança quelques paroles qu'il allait sûrement amèrement regretter en direction de la Terreur des Mers du monde entier.

Enfin, pour le moment, c'était moi qui allait prendre, vu le regard que ce dernier me jetait. Je lançais un regard de détresse aux clients de la taverne lorsqu'il me saisit tellement fermement l'épaule que j'en souffrais, mais personne ne bougea d'un pouce. Quelque part, je les comprenais, donc je n'avais rien à dire. Planter mon regard dans celui de Barbe-Noire fut alors l'une des tâches les plus difficiles de ma vie, mais je le fis. Tant bien que mal. Alors qu'il me reprochait les actions des Sinclair tout au long de ces dernières années. Je hochais la tête pour montrer que je n'allais pas le contredire et que j'étais entièrement d'accord avec lui alors que je ne savais pas du tout réellement quoi penser. Que devrais-je penser en face d'un tel homme ?

Dire que je n'étais que le second du capitaine du navire des Sinclair... Mais peut-être qu'avec une place comme celle-ci, je me devais de ramasser les pots cassés, et c'était le moment. Je fermais les yeux de terreur quand Barbe-Noire s'adressa aux Esperanza et Britannia. Ils n'étaient pas mes alliés, mais j'avais pitié d'eux. Mais quelque part, la légende n'avait-elle pas tort ? Des ennemis qui buvaient ensemble, et autres choses... La piraterie n'était-elle pas tombée bien bas ? Mais en même temps, le concept de piraterie... n'était pas très glorieux. Non, nous, corsaires, nous n'avions aucune règle à suivre. Nous étions libres. Mais avais-je le courage de sortir ces mots au célèbre Barbe-Noire ?

J'étais le seul Sinclair présent, je me devais de défendre la fierté de nos chers français, non ?

« Loin de moi l'idée de vous insulter ou de vous tenir tête, Barbe-Noire... Mais peut-être avons-nous tort, Sinclair, Esperanza, Britannia, mais la piraterie n'a jamais été bien dictée et encadrée par des règles bien précises.... Si... Si... Si les Esperanza et Britannia ont envie de partager une table et du rhum le temps d'une soirée, ils n'ont qu'à le faire... Je... Je veux dire... Les pirates sont des hommes libres, c'est bien ça la piraterie, non ? »

Immédiatement, je regrettais mes paroles... mais j'étais d'accord avec ce que je disais pour une fois.

« Ceci étant, je n'ai rien à dicter à Barbe-Noire. »

J'essayais tant bien que mal de me rattraper, mais je ne pouvais faire marche arrière, je venais de tenir tête au corsaire le plus connus du monde entier.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 31
▌Commérages : 2057

_________________


Voir le profil de l'utilisateur

Ryann Stalker



*Ch'ais pas c'qu'y a mais ch'uis raplapla d'un coup. P'têt trop d'rhum ou d'boisson? Naaaan, ça doit just'êt' l'odeur, c'sûr... Et puis... C'est qi-ui c'te sirène v'nue d'nul'part? Bon, je dois avoueeeer qu'elle se déhanche plutôt bien pour... Oh! Ohohoh! Mais c'est pour moi qu'elle fait ça? Je savais qu'j'avais un charme inimimi...initia... boarf, du charme quoi! C'est tout moi et ça rime avec mon prénom en plus. Mouais non, j'suis pas sûr en fait mais c'est pas grave j'ai la têt' dans l'lard.*

Alors que les joutes verbales continuaient bon train, vous aurez tous compris que Ryann était complètement H.S. . Debout près du bar et tenant difficilement sur ses deux jambes, l'adolescent s'était resservi une chope et observait d'un œil surpris et content le spectacle de la jeune Britannia. Après tout, son ego se regonflait, même s'il ne comprenait rien de ce qu'elle disait, plus occupé à regarder d'un air ahuri la demoiselle et ses hanches que le blanc de ses yeux. Aaaah l'alcool vous détruit toute une image que vous vous êtes acharné à construire. Manquant de peu sa chope en l'avançant vers lui, il regardait donc, les yeux mi-clos, ce qui avait donné une allure autant chaloupée à la midinette qui s'était intercalée entre lui et... Et qui déjà?

Pendant qu'il essayait de se rappeler de son propre prénom et matait en même temps la dame, comme tout bon jeune adolescent en plein questionnement qui rendrait fier son père (enfin à moitié dans ce cas-ci), le garçon se disait, bourré, que cela n'avait rien à voir car la banane à côté de lui lui disait que tout ça c'était un rêve et donc que ses actes ne seraient pas retenus. Hochant la tête en signe d'approbation face à cette banane sortie de nulle part, sauf peut-être de l'esprit embrumé du jeune espagnol, la voix de Barbe-Noire le faisait sortir de sa torpeur. Mais c'est qu'on avait du spectacle dans la salle. Le Maître de maison enguirlandait sans vergogne un jeune français qui s'était caché dans son coin. Et paf! Dans les dents, vicieux corsaires! Ça leur apprendra à faire n'importe quoi sur les mers du Seigneur, le vrai, pas le Biscuit.

Ricanant face aux remontrances pour l'albinos, l'hispanique manqua d'avaler de travers sa boisson quand Barbe-Noire glapit à son encontre. Comment osait-il lui dicter sa conduite?! Lui qui n'a rien à lui dire, bouc satanique! Ryann sentit en lui monter la rage et se mit donc à reprendre une bonne rasade, quoi de plus normal. Puis le déclic. Le capitaine avait complètement raison. Le Père les regardait d'en haut et lui, missionnaire, buvait au lieu d'enseigner et transmettre sa culture?! Mais quelle folie! D'un geste rapide, le garçon fit un signe de croix et commença à prier et implorer le pardon.

Au même moment, quand il exécutait des prières un peu floues et illogiques pour Seigneur Banane, serf du singe à trois-têtes, les Britannia entamaient une mutinerie envers leur propre dieu. Les scolopendres! Aucun respect d'autrui! De vrais pirates! C'en est honteux de voir pareils rapaces picorer sur leur déchet de capitaine, car c'est vrai qu'il avait l'air d'une loque, mais là n'est plus la question. Outré par tant d'indiscipline, Ryann se leva. Enfin, non... Il se redressait en s'agrippant au comptoir et tituba pour s'approcher du pauvre monsieur maltraité par ses sous-fifres. Comme il le comprenait. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait qu'il avait déjà eu le même traitement, mais où et comment, cela restait une bonne question.

Dégainant son pistolet à silex, l'hispanique le rangea en pensant que c'était une banane. Mieux valait sortir le sabre, mais pas de pot, il n'avait qu'une Bible. Observant d'un air songeur ce mystérieux ouvrage, il écoutait d'une oreille sourde les Sinclair et Britannia déblatérer leur plaidoyer. La seule chose qui comptait, c'était de donner une bonne fessée à ces mutins, c'était tout. Une fois le calme tombé, Ryann se tournait vers Barbe-Noire et lui adressait la parole:


-Ne vous laissez pas faire! Bien qu'ennemi à la base, je vous accompagne pour rosser ces mécréants sans respect. Plumons les dans du goudron!
▌Date d'arrivée : 31/03/2011
▌Commérages : 372

_________________

Voir le profil de l'utilisateur

Jamie McCravatt



Wizzz, wizzz et woushh, woushh faisait la mouche! D'une simple escarmouche; il avait une touche dans ses babouches. Ça faisait zboub et puis sploup avant que la soupe ne se coupe. Et là un lamantin géant apparu, tout de nu vêtu, en voilà un m'as-tu vu! Et floc, floc faisait sa chaussette au point que sa tête ressemblait à une fourchette. Tss, tss, tss...Triste masse que cette tignasse de badass... Jamie trônait comme un porcelet sur un tonnelet. Sa longue tirade lui avait mis les neurones en rade et le voilà malade. Pas de pot pour un sot sans sceau. Et dire qu'il avait loupé le reste des festivités pour faire du cassoulet! Et maintenant, le voilà les bras ballants à regarder les intervenants face au plaignant.

Oui, il était toujours une fois un petit prince enlevé rêvant d'être un lamantin qui a un peu bu et au final s'est retrouvé bitu. Faisant montre de ses prouesses de pseudo-castrat, le garçonnet avait oublié que l'abus de substances légalement illicites pour son âge fort peu avancé, aussi bien physiquement que mentalement, lui nuirait la santé. Et quelle santé! Jamais un petit prince n'avait été aussi heureux de se retrouver auprès d'un tonneau. Bon certes, ce qui restait au fond est désormais gâché, mais voilà un petit prince bien soulagé. Heureux comme un trépied, il se demandait tout en relevant si un canard à trois pattes existait quelque part dans le monde, parce que l'air de rien, ça doit être vraiment effrayant. Frissonnant à cette pensée, le garçon sursauta quand Barbe-Noire éleva la voix. Brandissant son tonneau en unique moyen de défense contre le dragon rugissant, il se disait que quitte à tout faire flamber, autant le faire avec un dragon et un tonnelet quasi-vide.


-Britannia... Quelle honte je ressens pour vous. Vous les pirates cruels et sans manière, vous voilà attablé avec l'ennemi, plus soucieux de boire que de répandre terreur et sang. Est-ce là le modèle que je vous ai transmis? Cela suffit dès à présent! Conduisez-vous en pirates, en corsaires ou conquistadors, et rien d'autre! Avez-vous rangé votre fierté pour un baril de rhum, bande de manchots cul-de-jattes?!

Des larmes salées coulaient sur ses joues. Certains pourraient penser que c'est parce qu'il vient de se faire insulter, mais non. Comment ça? Les manchots étaient devenus cul-de-jattes et les Britannia n'avaient rien fait pour ces cousins des lamantins? Jamie fit tomber dans un grand fracas le tonnelet au grand déplaisir de ses voisins. Le petit prince en était bouleversé. Pendant que les manchots ne pouvaient plus glisser sur leurs arrière-train fort seyant et confortable, lui, il avait osé ne rien faire de constructif. Quel mauvais lamantin il ferait. D'ailleurs, il le vit là, pas loin de lui, un manchot cul-de-jattes qui avait du mal à se relever, aux couleurs du drapeau espagnol. Pauvre chose...

Mais ce qui attristait deux fois plus le jeune garçon, c'était le fait que le reste de l'équipage britannique enguirlandait ce noble partisan de la SPA, les célèbres Sapeurs Pompiers de l'Antarctique. Et même les ours blancs s'y mettaient! Mais dans quel monde vit-on? Jamie fut effondré en voyant l'ours polaire murmurer timidement mais assez clairement le fond de sa pensée. Quelle folie! Si même les ours parlait le langage humain, s'en était fini d'eux! Il fallait trouver une solution. Et vite!

C'est alors qu'il le vit, le manchot se redressait sur ses papattes toutes molles et demandait de l'aide au brave membre de Greenpeace, car il sentait fort la baleine. Et ça c'était beau... Ému comme un perroquet et heureux comme une fougère pour lamantin, Jamie saisit un tabouret et lança son regard le plus menaçant aux fieffés ennemis de la couronne espagnole. Les manchots sont nos amis, espagnols ou britanniques enfin!


-C'en est fini de vous, Pingouins déculottés. Vous devriez arrêter de martyriser les bêtes et les bienfaiteurs. Mutinons nous pour savoir qui est le plus fort! Les biscuits chocolatés souriants ou bien les ... euh... vous savez très bien! Enfin, hum, voilà,... Mais restons sages quand même, j'ai la santé fragile...
▌Date d'arrivée : 23/01/2012
▌Commérages : 3

Voir le profil de l'utilisateur

[Barbe-Noire]



Barbe-Noire le savait bien que parmi les trois équipages, pirates, conquistadors ou corsaires, la majorité ne comptait pas forcément des enfants de chœur. A peine eut-il proféré ses paroles, plusieurs s'insurgeaient des reproches qui leur ont été faits. Diantre... Il devait s'avouer que leur soif de liberté et surtout de rébellion avait dépassé les limites et était monté à la tête des plus raisonnables. Cela le surprit donc à moitié quand il voyait les trois-quart des Britannia, ses propres descendants, exiger réparation. Il y avait avant tout cette jeune femme qui s'était amusée à débiner l'honneur des Esperanza. Gardant sa stature fière et calme, il écoutait avec attention chacun des mots qu'on lui balançait.

Des insultes et encore du venin. Ces femmes sont pire que des vipères. Si seulement elles apprenaient à tenir leur langue avant de juger hâtivement. Oh oui, elle avait raison au sujet des rixes, mais là n'était pas le propos de son sermon. Elle pensait que tout était une question de taverne? Tristes alcooliques... Ils ne se doutaient guère que Barbe-Noire avait des yeux et des oreilles aux quatre coins du globe? Qu'il n'avait pas appris que Todd Cutter, capitaine Britannia, et Henri Potier, Sinclair débauché, s'étaient encanaillés? Que la jeune miss Bell avait commencé à faire du gringue à l'hispanique mégalomane? Chacune des paroles que continuait de proférer la jeune demoiselle glissait sur lui. Il se contentait de faire apparaître progressivement un sourire suffisant, presque attendri par tant de naïveté.


- Certes, j'ai eu vent de vos victoires, mais qu'en est-il de votre propre personne? Avec tout le respect que je vous dois également, mademoiselle.

Il observait d'un oeil amusé la demoiselle qui s'égosillait, accompagnée désormais de Cutter, afin de s'informer du pourquoi de sa visite. Voilà la question qu'il attendait fermement. Jetant un regard mécontent en direction du rouquin Britannia, Barbe-Noire le scrutait. Son commentaire lui avait fortement déplu. Tomber dans les mains de l'empire? Et puis quoi encore! C'est justement dans ce but là qu'il était venu leur remonter les bretelles. Fini les bagatelles dans les tavernes, les temps sont durs et il en était de même pour la piraterie. Oui la liberté, l'autonomie, c'était une bien belle chose, mais qu'en est-il des valeurs, des principes qu'il avait eu tant de mal à ériger? Etait-il devenu aussi l'une de ces figures d'autorité qu'il maudissait ardemment? Ces deux-là allaient comprendre la fureur de Barbe-Noire et subir la surprise qu'il leur préparait.

Plus discrètement, la jeune Lewis, britannique également, et le français albinos, Loxley, s'étaient joints à la coalition liguée contre le maitre des sept océans. L'alcool leur était tous monté à la tête?! Commettraient-ils pareil impair envers une figure si respectée? Soit. S'il devait fesser plus de gens, il n'hésiterait pas. D'un geste lent, Barbe-Noire posa sa main sur son sabre quand il fut interrompu par le garçon Esperanza qui lui offrait son assistance. En voilà une surprise! L'un des suppôts de ses pires ennemis s'était rallié à lui. C'était bien réel, le monde ne tournait plus rond dans leur caboches à tous. Sans même parler de l'intervention du dernier Britannia, chanteur à ses heures perdues, sur laquelle Barbe-Noire ne s'étalera pas, n'ayant pas saisi un traître mot de ce qui a été dit.

C'en était plus qu'assez. Barbe-Noire contempla une dernière fois chacun des intervenants et lâcha un énorme soupir. Et puis, d'un geste brusque, il dégaina son sabre et fixait avec fureur les quatre ligués contre lui.


- Je constate que vous avez perdu toute raison! Ce que vous faites? De la « Piraterie »? Ah! Je crache sur votre « piraterie », vous n'y connaissez rien, vous n'êtes que des gosses sous-doués et sans respect! Votre parjure ne restera pas impuni. Bien au contraire... Préparez-vous, car je vous défie...dans une bataille navale!

Tintement de chope tombant au sol. Comment? Le grand Barbe-Noire veut lancer une offensive en pleine mer à côté de Tortuga? Aurait-il perdu la tête? Alors que plusieurs marins s'étonnaient de cette mesure radicale, mais tellement propre au plus grand pirate de tous les temps, ce dernier tourna les talons en direction de la sortie...Ou plutôt du bar. Pointant son sabre sous le nez du patron de l'établissement, Barbe-noire ordonna des consignes bien précises et surtout surprenantes.

-Vous, le gérant! Dégagez une table tout de suite et apportez-moi des cartons et des pions, ou quelque chose qui s'en rapproche fera l'affaire également! Et plus vite que cela ou je vous ligote au sommet du mat de mon navire, nu comme un ver et allez faire connaissance de nos compagnes mouettes! Elles sont voraces ces jours-ci.

Manquant de trébucher et de tout renverser derrière son comptoir, le pauvre homme se pressa aussi vite qu'il put pour rassembler plusieurs cartons et bricoles servant de pions. Aménageant la table sous les ordres de Barbe-Noire, le terrain était fin prêt pour la bataille navale du siècle. Trônant devant l'un des plateaux de jeu, il s'adressa à l'assemblée qui l'entourait.

-Et alors? Vous allez rester planté là encore longtemps et faire trainer la partie, ou vous préférez gober des mouches?
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

Le conteur




Ca y est l'assut est lancé! Barbe-Noire provoque chaun des équipages et ceux-ci répliquent. Et quelle surprise! Son propre sang se défie de lui tandis que se joignent à lui un ennemi et un ivrogne fou. Blessé et énervé par tant d'incompréhension, Barbe-Noire décide de sortir l'artillerie lourde et de défier directement les mutins. "Je constate que vous avez perdu toute raison! Ce que vous faites? De la « Piraterie »? Ah! Je crache sur votre « piraterie », vous n'y connaissez rien, vous n'êtes que des gosses sous-doués et sans respect! Votre parjure ne restera pas impuni. Bien au contraire... Préparez-vous, car je vous défie...dans une bataille navale!" Choc dans l'assemblée, le grand Barbe-Noire veut lancer une offensive en pleine mer à côté de Tortuga? Aurait-il perdu la tête? Alors que plusieurs marins s'étonnaient de cette mesure radicale, mais tellement propre au plus grand pirate de tous les temps, ce dernier tourna les talons en direction de la sortie...Ou plutôt du bar. Pointant son sabre sous le nez du patron de l'établissement, Barbe-noire ordonna des consignes bien précises et surtout surprenantes."Vous, le gérant! Dégagez une table tout de suite et apportez-moi des cartons et des pions, ou quelque chose qui s'en rapproche fera l'affaire également!" L'homme s'exéute tandis que Barbe-Noire prend place, attendant ses adversaires face à lui et plaçant derrière lui ses deux alliés. "Et alors? Vous allez rester planté là encore longtemps et faire trainer la partie, ou vous préférez gober des mouches?"



Voici enfin la suite! Le staff s'excuse pour ce retard imprévu. Vous avez une semaine et demi pour poster pour ce quatrième tour de jeu. Il prendra donc fin le mercredi 07.03 à minuit (à une ou deux heures près). Concrètement, pour ce tour, vous n'avez aucune consigne stricte, si ce n'est de s'amuser. Barbe-Noire a décidé de vous donner la raclée de votre vie, en vous défiant à la bataille navale. Non, non, pas la grande avec de magnifiques canons et voiles, mais juste le jeu de plateau. Bah oui, nous sommes dans un rêve non? Un peu de surréalisme donc! Bref, nos deux équipes ont été formées, celle des anti-BN (Alexis, Todd, Willow et Andrew) et celle des pro-BN (Ryann et Jamie). Comment jouer? Ma foi, soyez imaginatifs et faites évoluer la partie. Selon votre réponse, Barbe-Noire pourra intervenir avec un petit rp. Chacun devra se défendre, lancer des stratégies ou bien tricher, pour mettre à plat ventre l'équipe adverse. Tous les coups sont permis, c'est une question d'honneur qui est en jeu! Fufufufufufu. Alors? On lance les paris sur qui? "Et alors? Vous allez rester planté là encore longtemps et faire trainer la partie, ou vous préférez gober des mouches?" Vous pourrez utiliser des objets (que vous avez en banque), nous serons attentifs à les valider (en postant les effets). Vous pouvez poster un maximum de 3 réponses pour ce tour. Bon jeu !
▌Date d'arrivée : 19/01/2011
▌Age du joueur : 23
▌Commérages : 1342

_________________
Willow Lewis Wei
« Tant qu'on ose se battre,
même si on essuie des échecs,
on est digne de respect. »
~ Lao She




Dernière édition par Willow Lewis le Ven 2 Mar - 12:53, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://the-stories-never-end.tumblr.com/

Willow Lewis



Les Britannia se regroupaient donc pour tenir tête au grand Barbe-Noire et fut même rejoint par l'Albinos français qui, bien que craintif, osa dire ses pensées car qui n'est pas pirate qui n'ose pas ! Mais quand on l'est et que ça nous tient à coeur, notamment quand on insulte les siens même en étant déjà une Légende sans être mort de façon héroïque, alors oui : on ose et on dit en face.

Mais malheureusement, parmi les pirates Britannia, respectueux de leur liberté d'expression et de leur fierté, il y a certains cas que l'on ne peut repêcher et pour le coup, Jamie le mousse dansant, venait de montrer son entrée dans la dite catégorie. Le regard que lui jeta Willow signifiait un direct "Mais qu'est-ce que tu fous, crétin ! Arrête de baragouiner des absurdités et viens avec nous !" mais bon... ce n'était qu'un regard et elle ne sut comment et pourquoi, mais elle se retint de l'étrangler... Sûrement car cela n'aurait servit de toute façon à rien.

Elle ne fit même pas un commentaire quand, précédent Jamie, l'Esperanza se posta à côté de Barbe Noire. Après tout, il recherchait surtout protection, se mettant où le vent est le plus favorable. Mais... le vent tourne mon cher, pensa-t-elle, le vent tourne et fait gaffe à ne pas t'envoler et tomber par dessus le bord, car personne ne se souciera alors de toi !

Barbe Noire lui agit en renvoyant tout d'abord les dires d'Alexis mais cela ne faisait que retarder la vraie décision. Aussi fier que le sont tous les Britannia, il ne lâcha pas le morceau alors tant qu'à avoir tort (car selon Will : il a tort), autant aller jusqu'au bout. Et c'est ainsi, qu'après avoir craché encore un peu de venin sur les pirates traités de gosses (qui est le gosse ici, on se le demande ?), il lança l'assaut !

Une bataille navale ? C'est ça qu'il voulait ?! Et bien, il allait l'avoir ! Les Britannia ne sont pas des pirates reconnus pour rien et la stratégie, ils l'ont encore bien en tête. La Chinoise ne doutait pas de leur réussite avec Alexis dans leur rang ainsi que Todd qui avait déjà fait ses preuves. Le français aussi pourrait donner une aide... Mais au lieu d'attendre des directives, Willow fit ce qu'elle avait toujours fait : attaquer pour mieux défendre.

Elle s'assit donc sur une chaise, après s'être concertée avec l'équipe pour le placement de leur propre grille... Oui, il n'y avait aucune raison que cela ne marche pas... Mais au lieu d'attendre une première attaque de l'ennemi, elle regarda droit dans les yeux Barbe Noire, sans sourciller car elle n'avait pas peur, plus aucune peur ne venait, juste l'envie de gagner car les Britannia gagneraient ! Elle lança donc, son bras levé comme tout abordage qu'il se doit :


- A l'attaaaaque... Lancez une torpille en
J-10 ! On va pas leur laisser le temps de se reposer dans leur rhum !

Marcherait, marcherait pas ? Advienne que pourra ! Si ça marche pas là, la prochaine serait la bonne car le principal était de ne pas abandonner !
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

Le conteur



Le membre 'Ryann Stalker' a effectué l'action suivante : Jeu de hasard

'Dés du destin' :
3(car l'image ne s'affiche plus)

Merci à Willow de s'être lancée! Voilà après délibération, nous avons décidé de vous faire faire une véritable bataille navale (avec les cartes et les pions, oui messieurs dames! ).

Les règles sont simples, dans votre rp, vous annoncerez que vous lancez votre offensive en "*-*" et un lancé de dé déterminera si vous avez touché, ou non, un navire.

En gros, c'est le staff qui gère votre partie vous vous contentez de faire vos propositions, de tricher ou de complètement bouleverser la partie d'une façon ou d'une autre (tout interrompre, proposer un poker, aller aux toilettes, etc. Bref, n'importe quoi qui perturbera le clan adverse).

Voici donc le résultat de la tentative de Willow: 3

Avec un chiffre impair, vous touchez donc un des navires de votre adversaire!

Félicitons donc l'équipe des anti-BN qui a marqué en J-10 (le plateau faisant 10 cases sur 10, vous avez donc marquez tout en bas à droite du plateau de BN). L'équipe des pro-BN peut commencer à trembler et à trouver une nouvelle stratégie (ou pas, ça dépend d'eux :p ).
▌Date d'arrivée : 31/03/2011
▌Commérages : 372

_________________

Voir le profil de l'utilisateur

Jamie McCravatt



Il était un jour, au pays des contes, un ogre mal-léché qui régnait en maître sur une famille Ours qui aimait la soupe parce qu'ils ne savaient cultiver que les choux. Crise financière au pays des fraises oblige. Cet ogre, surnommé Machin-Cameron à la barbe velue et ressemblant à du charbon, avait ordonné une récession sur le pourcentage de jus de fraises exportés aux pays avoisinants. En calculant les bénéfices communs des entreprises, il en avait déduit qu'une réduction fiscale devait survenir en ce jour de l'an de la fraise verte. D'où la soupe au choux, produit illégalement exporté du royaume des hologrammes, parce qu'ils ne savent pas quoi en faire. Et au milieu de tout ça? Boucle de Châtaigne qui avait été virée de son emploi pour finir parmi la famille Ours.

Après avoir été chassés par trois petits cochons, eux-mêmes expropriés par le Loup parce qu'il avait un pécule à pourvoir sur le terrain, la famille Ours, composée de Papa Ours, Maman Ours et Enfant Ours, voyageait et pillait les magasins de bols et dormait dans les tanières récemment rackettées, le groupe évidemment accompagné de Boucle de Châtaigne, fausse brune et fausse fille de renom. Et les voici dans une maison avec exactement pas de place. Il faut dire que le roi des souris mélanistiques, ami des grenouilles princières, et Casse-Noisette, juste un casse-noisette, avait colporté déjà que le profit des ventes en betteraves sucrières, essentiellement inexistantes dans les soupes aux choux, avait fini en déficit de 4%. Horreur et comble malheur, tout le monde se servit une autre soupe aux choux pour noyer son chagrin.

Et c'était au moment où la tarification des fraises tagada atteignait des plafonds insoupçonnés que surgit l'ogre, préposé à l'indexation des biens immobiliers de l'état fraisier, et accessoirement contrôleur fiscal. La panique pris place et on assomma l'ogre avant de le planquer dans le placard, après tout il était trop monstrueux pour cette réunion. Manque de pots de miel, il était plus coriace que la famille ours réunie et il taxait chacun d'une imposition de 50% sur la rhubarbe et la réglisse. Ceci marqua la fin de ce tendre compte de fée. Maman Ours gronda, accompagnée par Enfant Ours. Papa Ours hocha la tête parce que c'est la seule chose qu'il pouvait hocher pour l'instant et le roi des souris mélanistiques proposa de conclure un plan Marshallmallow pour mieux soudoyer la bête. Triste ogre de sort. Par un heureux hasard cupide, l'ogre avait signé un contrat de mariage, alliance tarifaire comprise, avec Casse-Noisette, car il fallait bien que quelqu'un les casse, et Boucle de Châtaigne, car elle avait oublié qu'elle était en phase de devenir un oursin.


- Votre parjure ne restera pas impuni. Bien au contraire... Préparez-vous, car je vous défie...dans une bataille navale!

Hum, oui, c'est logique, tout devait se faire en plongée sous-Marine, le bois de Casse-Noisette flotte très bien. Mais en fait, non. L'ogre était plus vicieux que cela et Boucle de Châtaigne bava sa soupe aux choux tellement le plan proposé était machiavéliquement ordonné. Quel coquin de comptable. Feuille d'impôt contre calculette, la lutte allait être rude et dure puisque c'est un palindrome. Et Papa Ours lança l'offensive, en envoyant le formulaire J-10 du prêt régulier sur la personne et les impôts sur la fortune! Coup rude pour la maisonnée Ogre qui formait un magnifique couple de trinité frauduleuse. Lançant un regard en coin à ses complices de bois et d'horreur, Boucle de Châtaigne saisissait que l'opportunité de galvaniser le peuple avec une nouvelle loi sur le retrait bancaire était immédiate.

Arborant fièrement son doigt et enchainant des pas de transformation en Super Maître de Justice, la métamorphose en éblouit plus d'un homme d'affaire.


- Pulilimpa et par le pouvoir du prisme de croissant aux fraises! Je te choisis J-10 ! Mange cette soupe aux choux de Bruxelles, capitale des déductions majoritaires.

Maintenant, reste à savoir si la calculatrice notera « error » ou une réponse incompréhensible...
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
[Intrigue] La surprise de Barbe-Noire