AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 ::  :: Le sous-sol :: La salle de torture

 
Rite de passage et bizutage [PV: Le Fou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

▌Date d'arrivée : 29/12/2010
▌Age du joueur : 24
▌Commérages : 518

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Boum…
Hééé… Moins fort !...
Boum…
Mais bon sang, qui a eu cette idée stupide de faire des travaux à une heure pareille ? Il fait encore nuit…
Boum…
Minute… Mouise, c’est juste mon cœur que j’entends battre. Humpf, je dois avoir la tête salement encombrée pour l’entendre si fort, ou alors j’ai dormi comme une souche. Pfff… Se faire réveiller en pleine nuit par un genre de roulement de tambours c’est pas DU TOUT agréable! Allez, faut tenter de se rendormir.

Raaaah ! C’est pas vrai, qu’est-ce qui m’a pris de m’endormir par terre aussi ? Pas moyen de refermer l’œil (enfin si, mais de là à trouver le sommeil, c’est une autre histoire). Hum… Vu sous un autre angle, on pourrait croire que je me réveille d’une soirée bien arrosée et que je repose sur les lieux mêmes de mes méfaits alcoolisés. Gueule de bois comprise. Sauf que moi, j’aime pas l’alcool ! J’en bois jamais, pas même pour les grandes occasions comme nouvel an –
Nouvel an !


- Bonne annééééééeeeeeeeeee….

… dis-je en m redressant brusquement, le nez dans la poussière la seconde d’après. Maudite chute de tension tiens ! Je maintiens que l’alcool n’a rien à faire là-dedans, on m’a peut-être droguée, mais j’ai pas bu une goutte, na ! Hum ? Personne répond ? Sont p’têtre beurrés comme des petits Lu’ ? Ha non, en fait, à la réflexion, je ne me trouve pas sur les lieux d’une fiesta nocturne, enfin, à moins d’avoir fêté nouvel an dans un caveau humide et sale. Bwouuuh, ça me fiche la chair de poule cet endroit. En me redressant sur mon séant, j’eus tout le loisir d’observer les alentours puisque les images tournèrent en tous sens devant mes yeux. Ça sent la migraine. Bon, serait peut-être temps de se souvenir de ce que j’ai fait hier soir. Je respirai quelques instants sans trop réfléchir pour permettre à mon esprit de chasser l’engourdissement qui le ralentissait. Le résultat fut peu glorieux mais comme je commençais à m’inquiéter sérieusement, je ne cherchai pas à me clarifier les esprits plus que ça, poussée par l’urgence de comprendre ma situation pour le moins insolite. Il fallait faire le point sur la situation. L’exercice consistait en fait à tenter de se souvenir des derniers évènements avant que je ne m’endorme, en espérant que ce fut bien la veille et non plusieurs jours avant.

- Sortez d’ici, Alexis Bell.

Trop absorbée par mon exercice peu fructueux, je n’avais eu le temps que de sursauter lorsqu’une porte s’ouvrit bruyamment sur un homme à l’allure étrange. Non qu’il se démarquât du commun des personnes, mais plutôt qu’il représentait exactement « la norme » dans les moindres détails. Trop précisément. Et son visage était trop inexpressif. A son entrée je réalisai que je n’étais pas seule dans la pièce, dans l’ombre, d’autres personnes s’éveillèrent et remuèrent faiblement. Je compris alors que j’étais dans une cellule et certains semblèrent le comprendre en même temps que moi puisque je sentis la peur, voire la panique affluer. Le maton répéta son ordre sur le même ton sec et sans émotion. Désorientée et sortie de force de ma réflexion, je me levai en titubant pour le suivre hors de la sinistre pièce. A peine avais-je atteint la porte que celui-ci la referma derrière moi sur les cris et les appels. Frissonnant de peur, je ne réfléchis pas quant au bien-fondé de mon action : le suivre. De toute manière, je ne connaissais pas les lieux, qu’aurais-je bien pu faire ? Et toujours pas moyen de découvrir comment je me suis fourrée dans cette situation. Petit à petit pourtant, je reconnus l’endroit. La forme des couloirs et la disposition des pièces, en tout cas, n’étaient pas sans faire penser à l’Hotel Dusk. Pourtant, rien d’autre ne ressemblait à ce lieu « normal ». Ici, tous les murs étaient sales, gris, ternes. Les sols et plafonds n’étaient d’ailleurs pas différents. Les seules personnes que l’on croisait dans les couloirs étaient ces matons sans âme presque au garde à vous, impossibles à distraire. Les portes, elles, étaient renforcées. Et de celle devant laquelle mon maton s’arrêta s’échappaient des cris de détresse…
--
La porte s’ouvrit à la volée sur une pièce que j’aurais préféré ne jamais voir, dont j’aurais voulu que l’existence me demeure inconnue. Malheureusement pour moi et l’un de ses occupants, je venais bel et bien de tomber sur la salle de tortures. Le maton me poussa à l’intérieur et en referma irrévocablement la porte. D’instinct, je me jetai contre celle-ci dans l’espoir fou de la rouvrir, puis, contrainte d’admettre que c’était peine perdue, je me plaquai dos à celle-ci pour voir quiconque tenterait de s’approcher de moi, me jurant que je défendrai chèrement ma peau. Mes yeux finirent par se poser sur l’auteur des plaintes que j’avais entendues de l’extérieur, mais je ne pus en distinguer que le corps mis à mal par la torture. Certaines blessures me tirèrent une grimace de compassion et de dégoût à la fois, mais je n’osai pas bouger de ma position. Lorsqu’il demandait qui était entré, je n’osai pas non plus me déclarer présente de peu que l’on ne fasse attention à moi… plus que je ne l’aurais souhaité. Mais le sort resta sourd à mes prières d’être une petite souris qui pourrait fuir en se faufilant sans être vue et quelqu’un entra dans mon champ de vision. Quelqu’un qui, ironie du sort, m’avait quelques fois surnommée « souricette » ou « souris blanche ». Quelqu’un qui avait l’air aussi ravi de me voir que moi terrifiée par son apparition. Quelqu’un qui fit remonter à la surface presque tous les souvenirs de nouvel an qui étaient enfouis dans ma mémoire, me rappelant son terrible « coming-out ». Quelqu’un qui allait me demander de trahir mes amis ; Nathaniel.
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395


Dernière édition par Le conteur le Mer 13 Mar - 10:21, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Ce sujet n’a plus reçu de réponses depuis plusieurs semaines. Si vous ne comptez pas poursuivre le rp, merci de le signaler ici. Le staff se chargera alors de verrouiller le sujet. Si, dans le cas contraire, vous désirez poursuivre l’aventure, merci de donner une réponse rapidement. Histoire de ne pas bloquer l’autre/ les autres joueur(s) au niveau jeu. Ce message sera automatiquement supprimé lorsqu’une réponse aura été donnée.

Cordialement,
Le staff d’HD
▌Date d'arrivée : 15/12/2009
▌Age du joueur : 32
▌Commérages : 395

Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Ce sujet n’a plus reçu de réponses depuis plusieurs semaines. Si vous ne comptez pas poursuivre le rp, merci de le signaler ici. Le staff se chargera alors de verrouiller le sujet. Si, dans le cas contraire, vous désirez poursuivre l’aventure, merci de donner une réponse rapidement. Histoire de ne pas bloquer l’autre/ les autres joueur(s) au niveau jeu. Ce message sera automatiquement supprimé lorsqu’une réponse aura été donnée.

Cordialement,
Le staff d’HD

PS : 2ème relance, dans quinze jours, sans réponse, je clôture Wink
Contenu sponsorisé






Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rite de passage et bizutage [PV: Le Fou]